Brexit : les banques britanniques n'ont pas assez de fonds propres en cas de choc

 |   |  293  mots
Le gouverneur de la Bank of England estime qu'il faut une extra-vigilance dans le contexte du Brexit.
Le gouverneur de la Bank of England estime qu'il faut une "extra-vigilance" dans le contexte du Brexit. (Crédits : BoE)
La Banque d'Angleterre leur demande d'augmenter de plus de 12 milliards d'euros leurs capitaux de secours d'ici à la fin de l'année prochaine, pour faire face aux risques liés au crédit à la consommation et au Brexit.

Le contexte du Brexit conduit à une "extra-vigilance" a expliqué le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mark Carney, dans son rapport de stabilité financière 2017. La banque centrale britannique a prévenu ce mardi les banques du pays qu'elles allaient devoir renforcer leurs fonds propres de 11,4 milliards de livres sterling (12,87 milliards d'euros) supplémentaires d'ici à la fin de l'année prochaine.

La Bank of England leur demande d'augmenter leur "coussin de fonds propres contra-cycliques" dans le jargon, capitaux qui pourront être mobilisés rapidement en cas de choc, y compris en cas de "hard Brexit", de divorce entre le Royaume-Uni et l'Union européenne sans accord commercial de substitution, qui pourrait menacer la stabilité financière. Le relèvement du taux servant à calculer le montant des fonds propres se fera en deux étapes, en juin 2018 et en novembre 2018.

Banques coussin capitaux BoE

Alerte sur le crédit conso

Or la banque centrale britannique s'inquiète parce que les établissements britanniques ont accordé avec libéralité des prêts ces derniers mois. L'ensemble des crédits à la consommation a augmenté de 10,3% l'an passé, plus vite que les revenus des ménages. Les règles d'octroi de ces prêts vont être durcies le mois prochain pour resserrer un peu le robinet.

Banques UK crédit conso BoE

[Taux de croissance annuelle des crédits à la consommation et des revenus des ménages au Royaume-Uni depuis 2013]

 Le gouverneur a également souligné les risques de l'économie mondiale, en particulier :

"Le niveau élevé de l'endettement rend la Chine vulnérable à des chocs. Cela pourrait affecter l'économie mondiale et les banques britanniques."

Les prochains stress tests mesureront d'ailleurs l'impact de la volatilité sur les marchés sur les banques, tout comme les variations de valeur d'actifs tels que les obligations d'entreprises et l'immobilier commercial, dans leur bilan.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/07/2017 à 15:26 :
bien sûr voilà la vérité :( https://www.youtube.com/watch?v=52qPxDE4HmI
en plus il fabrique de la monaie pour leurs banques et vous fait croire à une énorme fausse dette :( la fr,usa,uk,de,ru,jap en fait se sont eux la matrix systhem fear slave genre l 'arc cancer fake :( écouter les sources de Benjamin Fulford le 24 juillet 2017 youtube ou Eric-Régis Fiorile :( https://www.youtube.com/watch?v=KBZfXwifOJw

ceux-là vous parles liser et écouter leurs dirent :(
a écrit le 29/06/2017 à 10:34 :
Les banques britanniques ont le même problèmes que les banques françaises. Toutefois les françaises semblent avoir protester auprès de Bruxelles/Bâle( qui a demandé une augmentation ) pour justifier le niveau de leurs réserves.
Est-ce que la question est résolue ou non???
a écrit le 29/06/2017 à 7:54 :
le probleme n est pas si ca vas imploser ...mais quand ...vive l or en suisse ...!!
a écrit le 29/06/2017 à 7:33 :
Décidément le Brexit, certains l'ont bien en travers. Pensez-vous réellement que la situation des banques italiennes (Banques de Sienne, Montéi di Pachi ...), espagnoles, allemandes (Deutsche Bank), irlandaises (AIB) soient plus enviables ? Combien de milliards d'euros le "sauvetage" de ces banques coûte-t-il aux contribuables européens ; ils sont où les fonds propres de ces banques ? Pensez-vous que le gouvernement anglais ne fera rien pour les sauver en cas de difficultés majeures. Mais qu'importe, l'essentiel est de noircir le tableau et de continuer dans la prédiction catastrophique en souhaitant qu'elle se réalisera. Permettez-moi de penser que le Brexit ira à son terme et que tout se passera bien pour le Royaume Uni.
Réponse de le 29/06/2017 à 14:24 :
Dans combien d'années?
a écrit le 29/06/2017 à 7:06 :
Donc vous pensez que les banques françaises italiennes espagnoles ont elles assez de fond propre, arrétez le délire ?
a écrit le 28/06/2017 à 21:58 :
Aucune banque n'a assez de fonds propres pour résister à un krach comme la crise des subprimes si les banques centrales n'interviennent pas. Il faut arrêter de faire semblant de croire que les normes comptables nous sauveront alors qu'elles nous étranglent : imposer davantage de fonds propres signifie mécaniquement moins de prêts en proportion de ces fonds... Et réévaluer systématiquement les moins values correspond à une démarche autodestructrice alors que tant qu'on n'a pas vendu on n'a pas perdu. Mieux vaut un peu de fiction qui permet d'attendre et de gagner du temps qu'une réalité comptable où nous sommes tous en faillite et tout de suite. C'est comme l'alcool qui tue lentement : ça tombe bien, on n'est pas pressés...
a écrit le 28/06/2017 à 19:11 :
Il n'y a pas besoin d'être prix Nobel d'économie pour se rendre compte avec le graphique que la croissance au Royaume-Uni est en train de se faire à credit. A mon avis la banque d'Angleterre à volontairement fait preuve de laxisme pour éviter un choc de confiance suite au vote du Brexit mais il y aura obligatoirement un contre-coup sur la consommation des ménages.
a écrit le 28/06/2017 à 14:52 :
Je crains fort que "les capitaux de secours" ne soient qu'une traduction bien approximative des "réserves bancaires". Entre les bac +2, merci Jospin, qui ne savent pas lire ni écrire correctement et les traducteurs bon marché, nous vivons dans une époque bien triste :-)
a écrit le 28/06/2017 à 11:17 :
Le crédit à la consommation poussé à l'excès est un facteur de ruine économique, sociale, écologique. C'est une forme de prêt qui profite aux riches et détruit les moins aisés. Le marketing , la publicité, la pression sociale sont les facteurs aggravant du recours à ce type de crédit. Ils sont un danger pour les banques, comme semble l'avoir compris la Banque d'Angleterre. Il n'est sans doute pas possible d'interdire ces prêts, mais mieux les encadrer, exclure certaines catégories de produits "superflus" tout en obligeant les banques à affecter une partie du produit de ces prêts à leurs fonds propres.
a écrit le 28/06/2017 à 9:19 :
Ces précautions semblent saines.
Réponse de le 29/06/2017 à 14:26 :
...et nécessaires.
a écrit le 28/06/2017 à 9:05 :
Les crédits à la consommation, tout comme la fusion entre banques de dépôts et d'investissement sont des preuves que notre système est oligarchique étant donné que ce sont deux phénomènes particulièrement nuisibles pour les citoyens.
Réponse de le 28/06/2017 à 11:27 :
Le credit a la consommation en soit n est pas forcement negatif. Si par ex vous achetez une voiture a credit et ca vous permet de trouver un travail au lieu d etre chomeur, c est une bonne operation pour tout le monde (le vendeur de voiture, vous et la banque). La ou ca devient critique c ets quna les gens empruntent pour des futilites ou se retrouvent a faire des credits pour rembourser d autres credits...


La distinction banque de depot/investissement est illusoire (avec vos depots une banque va faire des prets. Et a qui va t elle preter ? a des gens qui veulent investir). Et si on veut refaire une separation banque d affaire/banque depot, rappelez vous que Lehman Brothers etait une banque d affaire pas de depot. donc pas la panacee non plus
Réponse de le 28/06/2017 à 15:05 :
Il n'y a pas de panacée en matière financière par contre depuis le temps nous avons des certitudes et nous savons que c'est la spéculation qui rend les banques fragiles et donc sans séparation des banques de dépôts de celles d'investissements c'est l'épargne de tous les clients qui est menacée alors que des millions de gens n'ont rien demandé ils peuvent se retrouver sur la paille du jour au lendemain à cause de la volonté de très riches qui auront fait unen ouvelle fois des erreurs.

Par contre que cette séparation ne soit pas est tout bénéfice pour les banques forcément vu que les états viendront toujours combler les déficits que créeront les spéculateurs afin justement pour ne pas léser de millions de gens il est donc bien évident que pour le milieu financier cette fusion est vitale.

Par contre ce que les possédants ne voient pas c'est qu'ils épuisent un peu plus tous les jours les finances des états qui un jour ne pourront plus rembourser leurs bêtises, du coup il est évident que la bourse peut continuer à faire n'importe quoi comme elle le fait jusqu'au jour ou c'est l'ensemble de l'économie qui va y passer.

Le crédit à la consommation est négatif tout d'abord parce que les taux de remboursement sont honteusement hauts mais aussi parce que comme vous le dites l'argent appelant l'argent le crédit appelle le crédit et avec toutes les convoitises que porte notre société marchande difficile de ne pas perdre les pédales.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :