Standard & Poor’s s'essaie à la finance catholique

 |   |  245  mots
Ce nouvel indice catholique s'adresse à tout investisseur catholique, et en particulier aux administrateurs des patrimoines de diocèses ou d'institutions catholiques telles que des universités.
Ce nouvel indice catholique s'adresse à tout investisseur catholique, et en particulier aux administrateurs des patrimoines de diocèses ou d'institutions catholiques telles que des universités. (Crédits : Reuters)
S'inspirant du le modèle de la finance islamique, l’agence de notation Standard & Poor’s vient de lancer un indice qui respecte les valeurs catholiques. Pour y figurer, les entreprises intéressées devront respecter un certain nombre de règles.

Peu de temps après les déclarations du pape François sur le "capitalisme sauvage", l'agence de notation américaine Standard & Poor's a annoncé dans un communiqué de presse diffusé ce vendredi 27 août qu'elle lançait un indice catholique.

Par principe, toutes les entreprises qui réalisent plus de 1% de leur chiffre d'affaires grâce à l'avortement, la contraception, la recherche sur les cellules souches, la pornographie, les programmes érotiques ou l'armement seront exclues.

Les entreprises qui souhaiteront figurer dans ce nouvel indice devront se conformer aux valeurs édictées par la Conférence des évêques des États-Unis, a précisé Standard & Poor's. Depuis plus de 20 ans, cette organisation publie des recommandations d'investissements responsables dans lesquelles figurent notamment le refus d'investir dans des entreprises qui pratiquent la discrimination raciale ou entre hommes et femmes.

Une cible précise

Ce nouvel indice catholique s'adresse à tout investisseur catholique, et en particulier aux administrateurs des patrimoines de diocèses ou d'institutions catholiques telles que des universités.

"Je salue la création de l'indice S&P 500 des valeurs catholiques et soutiens ses règles de sélection. Il est important que les investisseurs aient une mesure représentative des entreprises du S&P 500 qui respectent les règles de l'investissement socialement responsables établies par la Conférence des évêques", a souligné le Père Séamus Finn, un responsable de la congrégation des Missionnaires oblats de Marie-Immaculée.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/08/2015 à 16:17 :
Alors là, si Standard & Rich's s'essaie à la finance catholique, (les pauvres ´ Poors ' ils n'ont à priori pas pas de sous à placer, juste des Kalachs qui se trouvent à priori sous les bancs publics), il reste un peu d'espoir : allumons un cierge. Quand on voit que la bourse yoyote comme un circuit de montagnes (russes), moi, catholique ou pas, je met mon grisbi de côté (et surtout pas à la banque, ni dans un coffre dans la banque parce que quand elle sera fermée je ferais quoi ?). Mais ma cassette est bien maigre : elle ne me permet que de réaliser un plan "BDC" : boîtes de conserves à stocker. Mais ça, au moins, c'est du réel et ça peut servir. Du sonnant et trébuchant. Avec un peu d'humour la encore, mais la réalité (du plan BDC) n'est pas loin...
a écrit le 23/08/2015 à 12:13 :
@Drolax 22/8/2015
Interessantes vos réflexions.
Elles me rappellent cet article (traduisez par un traducteur online de l allemand vers le francais) http://sz-magazin.sueddeutsche.de/texte/anzeigen/43404/2/1
Les acheteurs d'actions (aussi les investisseurs catholiques?), qu'ils soient des classes moyennes ou autres, accélèrent l'esclavage. Bref: il y a un harakiri collectif (les classes moyennes disparaissent.. juste un petit rappel) juste à cause du désir de placer son fric. Il faudrait remettre tout ca moralement en ordre (retirer le droit d'une entreprise de vendre des actions ou bien les retirer de la bourse pendant des phases de conflits sociaux, pas de possibilité d emettre des actions sans un minimum d'éthique, ..). Il faut protéger les junkies des actions (classes moyennes ou autres), de la bourse.
a écrit le 22/08/2015 à 12:38 :
Si on parle finances, est-ce pour décerner des médailles aux banques ou Etats en faillite et pour mettre les salariés précaires au chômage par faillites bancaires. L’Europe ne fonctionnerait-elle pas sur la tête en récompensant les partisans de la destruction de l’être humain : on gagne en appauvrissant la société, on prône cela comme modèle mondial ?
On nous sert des absurdités du type plus y a de monnaie, plus y a de croissance, mais depuis « la crise » il n’y a jamais eu autant de monnaie et aussi peu de croissance… surtout en Europe qui rivalise de chômage et de baisse du PIB, un boulet de non croissance pour le globe.
On y prône 604h par habitant et le travail non rémunéré alias stage comme modèle mondial alors qu’on parle de droits…
Il y aurait des ingénieurs à trente mille brut et des clercs de notaire à 3810 net selon les publications, on trouve des annonces à 40 000, des infirmiers débutants à 1700 brut, des aides médicales à 1300 net et des profs bac+5 en emploi précaires à 1486,32 brut, des avocats au smic pour 60h selon des témoignages, le mérite c’est quoi ? La cherté des logements c’est plus valorisé que de soigner les gens ? Et à moins de 25 ans on est en sous-smic… on trouve des chauffeurs d’Etat débutant voire délégué à 6000 brut, c’est bac+combien ?
On parle d’attaque de trains, on joue les far west en préliminaires des triangulaires électorales ? Est-ce un empêchement d’attaque contre un charlie ? En Espagne on parle mouvement de protestation sur une mobilisation démocratique, est-ce une défaillance de l’euro ?
En Europe , dans le Parlement certains Etats font des baisses du produit par habitant, aurons-nous des médailles pour les représentants ?
L'Europe catholique n'est-elle pas l'Europe du chômage voire de la paresse?
Réponse de le 24/08/2015 à 9:21 :
Pour rappel, l'europe n'est pas dirigée par les catholiques, mais par les francs maçons. CF Chirac et les racines chrétiennes de l'europe.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :