Eurofighter : Airbus sur le gril brûlant de la justice allemande

 |   |  357  mots
Le magazine allemand Der Spiegel affirme dans un article à paraître samedi que le parquet général de Munich prépare des mises en accusation dans le cadre de la vente de 18 Eurofighter à l'Autriche.
Le magazine allemand Der Spiegel affirme dans un article à paraître samedi que le parquet général de Munich "prépare des mises en accusation" dans le cadre de la vente de 18 Eurofighter à l'Autriche. (Crédits : Reuters)
En Allemagne, l'enquête pour d'éventuels faits de corruption est sur le point d'être bouclée. La presse allemande révèle que le parquet général de Munich "prépare des mises en accusation".

Une enquête pour corruption, menée en Allemagne contre l'avionneur Airbus autour de la vente d'avions de combat Eurofighter à l'Autriche, va "bientôt" être bouclée, a indiqué vendredi le parquet général de Munich (sud) à l'AFP. Parallèlement aux procédures menées à Vienne, en France et au Royaume-Uni, la justice bavaroise "enquête depuis 2012" contre le groupe franco-allemand et ses investigations "approchent de leur terme", selon Hildegard Bäumler-Hösl, magistrate du parquet général.

"Nous déciderons dans la foulée", soit d'un non-lieu soit de la tenue d'un procès, a-t-elle précisé, mais "pour l'heure nous disposons de peu de preuves de corruption".

A l'inverse, le magazine Der Spiegel affirme dans un article à paraître samedi que le parquet "prépare des mises en accusation", sans citer de sources ni préciser qui se verrait renvoyé devant un tribunal. "L'affirmation du Spiegel (...) n'est basée sur aucune déclaration ou communication de la part du parquet", a riposté Airbus auprès de l'AFP, refusant de commenter sur le fond les quelques extraits de l'article, qui ne sera publié que samedi dans son intégralité.

Des pots de vin?

Selon l'hebdomadaire, les enquêteurs bavarois ont mis au jour les manœuvres "d'un département parisien" d'Airbus, vraisemblablement le marketing international, pour créer "des sociétés écrans" autour de son ancienne filiale de maintenance aéronautique, Vector Aerospace, cédée à l'été à l'américain Standard Aero. Ce montage aurait permis "de verser des pots de vin à des décideurs basés en Autriche", poursuit le Spiegel, pour la vente controversée de 18 avions de combat Eurofighter pour 2 milliards d'euros en 2003, ramenée en 2007 à 15 appareils pour environ 1,7 milliard d'euros.

Ce contrat fait déjà l'objet d'une enquête judiciaire en Autriche, où l'État a porté plainte en février contre Airbus, auquel il réclame entre 183,4 millions d'euros et 1,1 milliard d'euros pour des commissions facturées en catimini. L'avionneur est par ailleurs visé par deux enquêtes menées en France et au Royaume-Uni pour des soupçons de corruption dans ses activités britanniques d'aviation civile.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/10/2017 à 19:30 :
Et les constructeurs américains sont blanc comme neige? Dans le domaine des ventes d'armes, c'est corruption à tous les niveaux et ceux qui vendent le plus sont évidement ceux qui sont le plus corrompus, parce qu'ils ont les moyens de corrompre.
Réponse de le 06/10/2017 à 21:47 :
Relisez l'article, on parle d' AIRBUS...
Réponse de le 08/10/2017 à 10:43 :
La différence avec les US ? Ils n'ont pas besoin de graisser des pattes. C'est au niveau politique, des pressions bien plus importantes que quelques millions à des politiciens véreux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :