SpaceX : explosion sur le pas de tir lors d'un test moteur

 |   |  428  mots
(Crédits : NASA)
Une explosion s'est produite jeudi sur le pas de tir d'une fusée Falcon 9 de SpaceX, rapportent plusieurs médias américains qui font état d'un panache de fumée noire s'élevant au-dessus du site de Cap Canaveral, en Floride.

Une fusée Falcon 9 de SpaceX a explosé jeudi sur son pas de tir à Cap Canaveral en Floride lors d'un test de ses moteurs, détruisant le lanceur et le satellite sans faire de blessé, a indiqué un porte-parole de la société américaine dans un courriel.

"SpaceX peut confirmer que lors des préparatifs pour un essai statique de mise à feu des moteurs, une anomalie s'est produite qui a résulté dans la perte du véhicule et de son chargement", a précisé Phil Larson de la société SpaceX.

[ VIDEO ] L'explosion (à 1'8") de la fusée Falcon 9 de SpaceX, filmée par USLaunchReport, ce jeudi 1er septembre 2016

Deuxième explosion en trois mois

Les occupants d'immeubles situés à plusieurs kilomètres du site disent avoir ressenti le souffle de l'explosion qui s'est produite avant le lancement d'un satellite de communication.

Falcon devait lancer le satellite israélien de communication Amos-6 tôt vendredi. Il s'agit du deuxième accident pour SpaceX dont une fusée Falcon 9 avait explosé le 28 juin 2015 peu après le lancement de son vaisseau Dragon en route pour une mission d'approvisionnement de la Station spatiale internationale (ISS).

La porte-parole de la Nasa a indiqué que les services d'urgence du Centre spatial Kennedy tout proche surveillaient la situation et procédaient à des analyses de l'air pour assurer la sûreté des employés. La direction du Centre spatial a recommandé à tout le personnel de rester à l'intérieur des bâtiments jusqu'à nouvel ordre.

Une explosion qui tombe au mauvais moment

Mardi, la société SpaceX avait confirmé avoir conclu un accord avec la firme de télécommunications luxembourgeoise SES SA. Le lancement est, pour le moment, toujours prévu en fin d'année.

Pour le responsable technique de SES, Martin Halliwell, le prix a été un critère déterminant dans le choix de l'opérateur pour déployer le satellite : "Nous pensons que des fusées réutilisables vont ouvrir une nouvelle ère des vols spatiaux et faciliter l'accès à l'espace en termes de coûts et de gestion des lancements."

Les termes du contrat n'ont pas été dévoilés. Cependant, Elon Musk, patron de SpaceX (et de Tesla), avait expliqué en avril que le carburant pour la fusée coûtait 300.000 dollars, la construction du lanceur étant quant à elle évaluée à 60 millions de dollars. La société américaine pourrait néanmoins consentir un rabais de 30%, étant donné que le premier étage du lanceur Falcon 9 aurait dû être récupéré à six reprises.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/09/2016 à 11:48 :
Juin 2015 => Septembre 2016 = 1 an et 3 mois...
a écrit le 02/09/2016 à 9:27 :
Encore !?

Mais c'est pas grave les actionnaires, ces gens tellement éclairés, vont suivre le beau parleur sans hésiter.
a écrit le 01/09/2016 à 22:33 :
Ce lanceur la ne sera vraisemblablement pas réutilisable..
a écrit le 01/09/2016 à 20:01 :
Excellente nouvelle ! Space X encore au tapis tandis que Ariane 5 va de record en records... Notre belle société Européenne à encore de beaux jours devant elle...
En Europe, on est plus cher mais ca fonctionne...
Entre Tesla qui ne gagne pas d'argent et Space X qui vit grâce aux accords passés avec la NASA... les financiers américains ont du soucis à se faire avec les sociétés de Monsieur Musk... Si vous avez encore de l'argent à jeter par les fenêtres, vous pouvez en donner aux millions de malheureux qui peuplent les USA...
a écrit le 01/09/2016 à 19:33 :
Le gros problème pour Space X c' est que les investisseurs privés n' aiment pas, mais pas du tout l' incertitude. Autant une agence spatiale public peut réclamer des centaines de millions de dollars ou d' euros pour boucher les trous pendant un conjoncture ou des aleas difficiles; autant des "privés" demanderont des comptes avec un retour sur invests prévisible. Sinon ils arrêteront les frais et ne remettront pas au pot -sans fond-. Si la confiance cesse, le capital fuit et la boite coule, c'est la dure loi du capitalisme US (et ailleurs). Elon Musk use a la vitesse V le cash et la confiance sur Tesla et Space X. Qui sera le premier à quitter le navire ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :