La Tribune

Renault ne s'opposera pas à la nomination de Carlos Tavares comme patron de PSA

Renault ne s'opposera pas à la nomination de son ancien numéro 2, Carlos Tavares, à la tête de PSA
Renault ne s'opposera pas à la nomination de son ancien numéro 2, Carlos Tavares, à la tête de PSA
Alain-Gabriel Verdevoye  |   -  717  mots
Renault ne fera pas barrage à l'arrivée de Carlos Tavares, ex-numéro 2 du groupe, chez PSA, selon une source industrielle. La clause de non-concurrence devrait être levée.

Renault "ne s'opposera pas" à l'arrivée de Carlos Tavares, ex-numéro 2 du groupe, chez PSA, selon une source industrielle. PSA Peugeot Citroën doit annoncer ce lundi après bourse la nomination de Carlos Tavares. Pour remplacer d'ici à l'été prochain Philippe Varin à sa tête. "Il y a une clause de non-concurrence. Et il faut que la clause soit levée pour que Carlos Tavares puisse accepter le poste qu'on lui propose chez PSA", explique officieusement Renault.

Pas intérêt à l'écroulement de PSA

Mais, "Renault n'a pas intérêt à ce que  PSA s'écroule. Il ne fera donc pas barrage", affirme notre informateur. On voit mal en effet Carlos Ghosn, PDG de Renault, se mettre tout le monde à dos en refusant que Carlos Tavares, qu'il a limogé l'été dernier après des déclarations jugées intempestives, rejoigne PSA pour sauver ce dernier de la crise dans laquelle il est englué.

Pourtant, Carlos Tavares connaît, et pour cause, tous les secrets de Renault - et de son allié japonais Nissan -, les plans des futurs produits, les coûts de revient en fabrication... Chez Renault, toutefois, on relativise. "Les deux entreprises sont très différentes. Même s'il veut tenir compte de tout ce qu'il connaît de l'avenir de Renault, ça va lui prendre trois ans chez PSA  pour préparer la riposte. A ce moment-là, Renault en sera à une autre étape. Ce n'est donc pas très grave", souligne une source bien informée.

Négociations avec Dongfeng

Philippe Varin, président du directoire depuis 2009, va céder les rênes de PSA . Il doit toutefois au préalable conclure une nouvelle alliance stratégique pour PSA, après le ratage de son rapprochement avec le japonais Mitsubishi, puis le semi-échec de son mariage avec GM. Il négocie actuellement une vaste alliance avec le consortium chinois Dongfeng, en vue d'une augmentation de capital jusqu'à trois milliards d'euros. Cette opération verrait l'Etat français et Dongfeng prendre chacun une participation de l'ordre de 20-30% dans le constructeur, toujours d'après l'agence Reuters. "Une lettre d'intention entre PSA Peugeot Citroën et Dongfeng pourrait être signée avant Noël", affirmait récemment une source interne du groupe auto français. 

Une expérience intercontinentale

Ingénieur d'origine portugaise, passionné et fin connaisseur de l'automobile, Carlos Tavares apportera au groupe PSA les talents et les connaissances stratégiques et technologiques  qui lui manquent. Ce sportif, qui dispute à ses heures de loisirs des épreuves avec sa propre voiture de course, pourra rivaliser avec les spécialistes de l'automobile que sont la plupart des patrons des constructeurs allemands !

Ce centralien arrivé chez Renault en 1981, où il a notamment dirigé le projet de la Mégane, est parti chez Nissan en 2004 . Homme lige de Carlos Ghosn, il a notamment été responsable de la stratégie et du planning des produits au sein de l'allié nippon de Renault, avant de devenir le patron de la zone Amériques du groupe japonais. Il est revenu chez Renault en 2011 comme Directeur général délégué, pour remplacer Patrick Pelata, sacrifié par Carlos Ghosn à cause de la pseudo affaire d'espionnage.

Polyglotte, cet homme réputé austère, intègre, travailleur et exigeant, supportait mal chez Renault d'être cantonné au rôle de numéro 2. A l'initiative du projet de renaissance de la marque sportive Alpine au sein de l'ex-Régie, Carlos Tavares apportera, outre sa connaissance de l'automobile, sa vision internationale et sa vaste culture d'entreprise japonaise et anglo-saxonne. Cet excellent patron opérationnel n'a toutefois jamais eu encore la responsabilité stratégique d'un constructeur. Rude gageure, vu l'état de PSA.

Crise financière profonde

PSA a vu son chiffre d'affaires baisser de 3,7% sur un an au troisième trimestre, et de 3,8% sur les neuf premiers mois de l'année, alors que les incertitudes sur son avenir restent vives. Sa division automobile, qui se trouve au cœur de ses activités, demeure lourdement déficitaire, avec une perte opérationnelle de 510 millions d'euros sur le premier semestre. PSA devrait encore brûler 1,5 milliard d'euros de cash cette année! Les usines tournent en Europe à 74% à peine de leurs capacités, et même à 61% seulement sur la seule France. C'est peu.

Réagir

Commentaires

Pas obligé de suivre la mode.  a écrit le 03/12/2013 à 12:31 :

Pourquoi qu'il fait suivre la mode des boites DSG?
Le groupe VW auraient pu éviter la très mauvaise publicité concernant la fiabilité de ses boites DSG qui cassent tout le temps, s'ils avaient agit dès le début pour résoudre le problème. Mais non ils ont agit comme des margoulins en voulant attendre que les ennuis arrivent au client après les deux ans de garantie! Comme çà c'es le client qui paye.
Le chinois ne se sont pas laissé faire et maintenant çà coute cher pour eux et pire pour leur image!

toto  a écrit le 25/11/2013 à 18:33 :

A chacun son rôle P VARIN a taillé dans le vif et amputé C TAVARES devra redresser ce qu'il reste de l'entreprise. Dernier travail de P VARIN le volet coopération avec DONFEG? quel domage que les coopération européenne ai avortées.

pilotin  a répondu le 25/11/2013 à 19:34:

Il ne resterait plus qu'à l'Etat Français d'inciter Renault et P.S.A à Fusionner. Memes plates formes, memes organes mécaniques, donc énormes économies en ce domaine pour les deux groupes. Bureaux de style indépendants à chaque marque : aspect extérieur et intérieur. Les marques Peugeot et Citroen fonctionnent de la sorte. Et enfin fusion des réseaux de distribution à l'international.

Grotesque  a répondu le 25/11/2013 à 19:57:

@pilotin
votre idée est grotesque, c'est comme si vous regroupiez VW Opel et Ford allemagne, cela n'a aucun sens et aucune chance de réussir.

De surcroît, Renault est en plein déclin, on ne fait pas un bien portant en associant 2 grands malades.

larsul  a répondu le 25/11/2013 à 20:49:

"on ne fait pas un bien portant en associant 2 grands malades."..ça me rappelle le commentaire du patron de Daimler lors de l'annonce de l'Alliance entre Renault et Nissan "on ne fait pas un cheval de course avec 2 anes" - on connait le résultat: il vient maintenant chercher Renault pour acheter des petits moteurs diesel et pour renouveler la smart....ceci dit, d'accord avec vous, l'idée est grotesque

réalité  a répondu le 25/11/2013 à 22:26:

la réalité c'est que Renault fait des pertes depuis le lancement de l'erreur industrielle Dacia et que Nissan voit ses profits se réduire en peau de chagrin après que furent vendus les bijoux defamille !!!

tatou_pho  a écrit le 25/11/2013 à 18:26 :

voir le site de PSA: il siège au directoire au 1er janvier jusqu'à ce qu'il prenne en main PSA en 2014.....

PSA  a écrit le 25/11/2013 à 18:11 :

c 'est fait consulter le site de PSA

HS  a écrit le 25/11/2013 à 16:02 :

Alain-Gabriel Verdevoye, auteur de cet article n'y connaît vraisemblablement rien en clauses de concurrences, vu le titre de son papier hors-sujet. Une clause de non-concurrence n'est valable que si celle-ci est rémunérée et acceptée par le salarié en départ. Renault n'a pas la main, c'est bien Carlos Tavares qui décide. Renault ne peut s'opposer, Renault n'a rien à dire.
Cependant, Alain-Gabriel Verdevoye à la vue de votre article, on sait déjà que votre future clause de non-conccurence s'élèvera aux alentours de 0€ (au centime près), vu vos compétences...

Réponse  a répondu le 25/11/2013 à 16:53:

Vos remises en cause inutilement agressives semblent hors sujet. Nous maintenons nos informations!!!

par ici la monnaie  a écrit le 25/11/2013 à 15:47 :

M. VARIN, merci de rendre tout l'argent que vous avez pris.
On espère également que vous ne prendrez aucun parachute (même en plomb) ni aucune retraite chapeau: on vous surveille.

@patriote  a répondu le 25/11/2013 à 18:12:

article, encore une fois orienté , M. VARIN peut rester droit dans ses bottes, psa sort des produits premium au niveau des meilleurs et son plan cash fonctionne exactement en ligne avec ses annonces Messieurs un peu de respect ! merci M. VARIN

Quelleréussite?  a répondu le 25/11/2013 à 19:25:

Il est tellement bon, ce Varin, que la famille Peugeot veut lui trouver un successeur depuis plusieurs mois!!! Il a échoué avec Mitsubishi, signé une alliance avec GM qui ne correspond pas à ses attentes. Les produits "premium" DS marchent moyennement. Si la petite DS3 fonctionne correctement, ce n'est pas le cas des DS4 ni DS5. PSA est en retard sur les boîtes à double embrayage, les moteurs à essence de moyenne cylindrée (les seuls qui marchent hors d'Europe)... Ses plans d'expansion en Russie et au Brésil ont échoué. Bref, PSA est au bord de l'effondrement, à tel point qu'il doit trouver un Dongfeng pour lui apporter de l'argent frais.