Voiture autonome : la Californie somme Uber de cesser ses tests

 |   |  361  mots
Après Pittsburgh, le service de réservations de voitures avec chauffeur avait décidé de lancer mercredi une nouvelle phase de test à San Francisco pour affiner sa technologie.
Après Pittsburgh, le service de réservations de voitures avec chauffeur avait décidé de lancer mercredi une nouvelle phase de test à San Francisco pour affiner sa technologie. (Crédits : REUTERS/Aaron Josefczyk)
Le département des véhicules à moteur demande à Uber de retirer ses véhicules de la route... faute d'autorisation.

La Californie ne veut des voitures autonomes d'Uber sur ses routes. Pour le moment. "Il est illégal [pour l'entreprise] de faire rouler des véhicules sans chauffeur sur des routes publiques tant qu'elle n'a pas reçu le permis (adéquat, ndlr)", a assuré un responsable du Département des véhicules à moteur (DMV) de Californie, Brian Soublet, dans un courrier adressé à Uber. L'avertissement est clair.

Un technicien à bord

Après Pittsburgh, le service de réservations de voitures avec chauffeur avait décidé de lancer mercredi une nouvelle phase de test à San Francisco pour affiner sa technologie dans le secteur très porteur des voitures autonomes. Concrètement, n'importe quel utilisateur de l'application mobile d'Uber commandant une voiture à San Francisco pouvait se voir attribuer un véhicule sans chauffeur mais embarquant un technicien pour reprendre le contrôle en cas d'urgence.

Les autorités californiennes ont toutefois porté un très rapide coup d'arrêt à cette expérience, exigeant par ailleurs de plus grandes garanties en matière de sécurité. "Il est essentiel qu'Uber prenne les mesures appropriées pour assurer la sécurité du public", assure Brian Soublet, agitant la menace de poursuites. "Si Uber ne confirme pas immédiatement qu'il cessera son expérience et qu'il demandera un permis, le DMV engagera des actions judiciaires."

Uber impatient

Uber a récemment mis les bouchées doubles en  matière de véhicules autonomes. En plus de ses tests, il a aussi racheté il y a quelques mois la startup Otto, qui s'est spécialisée dans les logiciels pour camions sans chauffeur et avait conclu en octobre un premier trajet de 200 kilomètres avec un poids lourd pour livrer de la bière aux Etats-Unis.

Plusieurs grands acteurs du secteur technologique, dont Apple, et la plupart des grands constructeurs automobiles travaillent actuellement sur les voitures autonomes, pour lesquelles certains comme Ford ou BMW font miroiter une production en série à horizon 2021.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/12/2016 à 11:20 :
LA VOITURE OU LE CANION AUTONOME NE POURAS ROULEZ QUE DANS DES COULOIRS PREDIFINIE POUR L INSTANT?MAIS IL RESTE ENCORE DES PROGRES A FAIRE DANS LES VEHICULES DE STRANPORT NON POLLUANT???
Réponse de le 15/12/2016 à 12:04 :
Je comprends pas que les commentaires de cette personne soit publiés.. bourrés de faute et en majuscule...
a écrit le 15/12/2016 à 10:44 :
Cela semble logique mais dans notre société faite par les milliardaires pour les milliardaires on comprend bien que ceux-ci n'en ont rien à faire des règlements et autres la principale loi étant l'argent.

Les politiciens finiront comme les journalistes, on les remplacera par des communicants de multinationales de la finance, déjà ceux de GS sont un peu partout à des postes de responsabilités publiques, en France également et des logiciels de gestion que l'on nous vendra comme "intelligence artificielle".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :