Paris veut interdire tous les moteurs thermiques... Et après ?

 |   |  958  mots
Les besoins de mobilité des franciliens seront immenses à horizon 2030. L'interdiction d'accès aux moteurs thermiques pourraient empêcher les classes populaires d'accéder à la ville de Paris.
Les besoins de mobilité des franciliens seront immenses à horizon 2030. L'interdiction d'accès aux moteurs thermiques pourraient empêcher les classes populaires d'accéder à la ville de Paris. (Crédits : Photo by Nil Castellví on Unsplash)
La ville de Paris a annoncé qu'à l'horizon 2030, les moteurs essence seront interdits à Paris, soit six ans après celle des diesels. Elle explique que les voitures électriques seront alors la norme. Cette décision implique néanmoins un certain nombre de contraintes tant en termes d'impact environnemental que pour les budgets publics. Cette mesure pourrait également ne pas suffire à répondre aux immenses besoins de mobilité des franciliens...

Voilà encore une annonce fracassante qui va faire hurler automobilistes et constructeurs de voitures, dont Anne Hidalgo a le secret, et dont elle a même fait une véritable marque de fabrique. La maire de Paris a annoncé qu'à l'horizon 2030, la capitale n'acceptera plus de voitures essence. Autrement dit, après l'interdiction prévue en 2024 des voitures diesel, Paris ne laissera plus aucun véhicule à motorisation thermique rouler dans ses rues.

Pas d'interdiction, mais une "trajectoire"

Selon la Ville de Paris, cette annonce fait écho au projet de Nicolas Hulot d'interdire toutes les motorisations thermiques en 2040.

« Cet objectif du gouvernement concerne l'ensemble du territoire français, zones rurales incluses. Si l'on veut qu'il soit atteint, cela implique que la sortie du diesel et de l'essence intervienne plusieurs années avant en zone urbaine, et en particulier dans les grandes villes », écrit la municipalité dans un communiqué de presse.

En revanche, la ville réfute le terme « d'interdiction » et préfère évoquer une « trajectoire qui semble à la fois crédible et soutenable ».

« Pour y parvenir, Paris compte sur le développement des alternatives et sur le renforcement des aides financières incitant les particuliers et les professionnels à acheter des véhicules propres », précise le communiqué.

La ville de Paris rappelle ainsi que les constructeurs automobiles sont désormais nombreux, sinon suffisants, à proposer des solutions de voitures électriques ou, du moins, des plans produits à cet effet. Elle compte également sur des alternatives comme les solutions de nouvelles mobilités : le vélo, l'autopartage, les voitures en libre-service...

Les critiques vont pleuvoir

La décision de la Ville de Paris devrait rencontrer les mêmes critiques successives qui émaillent la politique de transport parisienne depuis plusieurs années. Les municipalités de petite couronne vont encore dénoncer une politique parisiano-parisienne dont ils devront, eux, assumer les conséquences. Les automobilistes déploreront, de leur côté, une politique qui pénalise les classes les plus populaires dont l'accès à des voitures propres est encore difficile.

Les constructeurs automobiles, enfin, répéteront encore que, pour l'heure, le bilan carbone de la voiture électrique, dans son ensemble, est loin d'être optimal. Selon certains spécialistes, le bilan CO2 d'une voiture électrique (en prenant en compte la fabrication des batteries avec l'exploitation des terres rares) est à peine inférieur à celui d'une voiture thermique.

| Lire aussi : Mise en garde de Carlos Tavares sur l'électromobilité

De plus, la généralisation du tout électrique impliquera d'investir massivement dans les infrastructures de recharge, mais également dans le réseau électrique. Sans parler du coût des subventions à l'achat de voitures électriques.

Quid de l'hybride rechargeable ?

La ville de Paris ne précise pas non plus ce qu'elle entend par voiture essence puisque désormais les voitures hybrides rechargeables permettent une autonomie 100% électrique sur 50 km, et probablement 100 km à horizon 2030. Cette solution est parfaite en milieu urbain, il n'empêche que ces voitures possèdent toujours un moteur thermique, plus pratique pour les longues distances. Seront-elles interdites ? Et quel contrôle pour vérifier qu'elles roulent bien en électrique dans Paris intra-muros ?

Pour beaucoup, la Ville de Paris a fait de la voiture l'ennemi, quelle que soit sa forme. Elle prend trop de place dans le tissu urbain et induit des nuisances autant sonores que sanitaires. D'ailleurs, la question des embouteillages ne sera pas mieux résolue si le parc est converti en voitures électriques. Or, les besoins en mobilité des franciliens devront trouver des solutions soutenables et compétitives.

Le covoiturage, une réponse adéquate et économique ?

La capillarité des transports publics ne suffira pas à desservir toutes les zones urbaines, notamment en banlieue, alors même que leurs besoins en mobilité sont immenses. La voiture partagée, notamment sur des trajets courte distance, pourraient ainsi permettre de pallier la problématique dite « des derniers kilomètres ».

Selon les propres mots de Christophe Najdovsky, adjoint à la maire de Paris chargé des transports, si le taux d'occupation d'un véhicule passe d'une moyenne de 1,2 personne comme actuellement à 1,7 personne, « on aura résolu l'ensemble des problèmes de trafic ». Selon les startups spécialisées dans le covoiturage courte distance, cette solution pourrait même permettre d'atteindre un ratio de 2,5 personnes. Celles-ci rappellent que cette solution a l'avantage de ne rien coûter aux deniers publics, contrairement aux 10 milliards dépensés chaque année par l'ensemble des collectivités locales franciliennes dans les transports en commun, des dépenses qui pourraient exploser s'il fallait équiper davantage encore la région en transports en commun.

| Lire aussi: Nouvelles mobilités: les impossibles défis du gouvernement

La Ville de Paris a bien sûr développé quelques solutions de mobilité, au premier rang desquelles Autolib. Ce service permet de circuler à Paris en voiture électrique, et les stations sont désormais disséminées en petite et parfois même en grande couronne. La hausse de l'autonomie des voitures électriques pourrait, à terme, permettre d'augmenter encore le rayon d'action de ce système. Le changement de concession pour le vélo partagé au profit de la startup Smoove va offrir aux Parisiens des vélos à assistance électrique ce qui permettra d'augmenter les distances parcourues, ou du moins d'élargir son public.

De la concertation pour un écosystème multimodal

En réalité, il sera difficile d'apporter des réponses uniques aux problèmes de mobilité. La multimodalité sera le vrai mantra d'un écosystème de mobilités vertueux et mature et qui s'inscrira nécessairement dans une concertation multilatérale. Pour l'heure, la Ville de Paris est accusée de multiplier les annonces spectaculaires et coercitives... Cette communication devra évoluer si on veut éviter de tomber dans le piège du débat politicien clivant...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/10/2017 à 7:52 :
il faut aussi interdire l'électricité nucléaire à Paris et dans sa région....
il faut être logique, l'électricité des véhicules électriques est produite par des procédés polluants, charbon, nucléaire, gaz.
élevons le débat !!!!
Réponse de le 16/10/2017 à 14:05 :
Alors Hidalgo ! débranche tout et éteind tout, et déplace toi en chaise à porteurs, en bois recyclé, et vetem écolo
Réponse de le 16/10/2017 à 21:17 :
La Chaise à Porteurs en bois de sapin recyclé : écolo, silencieuse, et créatrice d'emplois.
a écrit le 15/10/2017 à 18:44 :
Et interdire la CLIM : autos, bureaux, tous locaux privés et publics : rejets nocifs aux équilibres.
a écrit le 15/10/2017 à 18:31 :
L'avenir écolo, économique, emplois, est aux Chaises à Porteurs
a écrit le 15/10/2017 à 17:47 :
Et HIDALGO remporte Mars 2020 ! pas d'opposant sérieux
a écrit le 15/10/2017 à 16:06 :
@ BONJOUR : A quand l'interdiction de la connerie à PARIS ..... Zut flute crotte silence de mort plus (une politicarde ou le mal ) ne parlent plus POURQUOI ? bonjour la hurlote
a écrit le 15/10/2017 à 15:32 :
Encore 2 ans, et tout le monde aura son blouson qui permet de se déplacer sans toucher le sol ....
a écrit le 15/10/2017 à 15:05 :
Une autre solution, transférer la moitié de la population francilienne en province.
Plus il y aura d'habitant en Ile de France, plus il faudra des moyens de transport, plus cela deviendra cher, et moins cela deviendra gérable.
Réponse de le 17/10/2017 à 14:21 :
Ben le jour ou les provinces auront une totale indépendance économique, il n'y aura plus grand monde à polluer en Ile de France.
a écrit le 15/10/2017 à 13:09 :
ou est la democratie vu par mme hidalgo
elle decide toute seule
comme si elle etais monarque absolue
non mme vous etes simplement elus et a ce titre représentez les parisiens
et nul autre
la democratie c'est les Français pas une personne
a écrit le 15/10/2017 à 11:24 :
Il me semblait que la poussière de pneus était une grande cause de pollution,sinon la plus importante?Il faudrait des voitures électriques sur coussin d'air
Réponse de le 15/10/2017 à 18:39 :
Roues en bois ( pneus pollueurs ), semelles en bois, supression du bitume de la voirie, par de la terre brute
a écrit le 15/10/2017 à 1:01 :
Elle a dit "essence!", mais pas GPL ou GNV (ou il y a le méthane des bestioles recyclé), donc il y aura encore des moteurs thermiques mais inodores et faibles pollueurs.
Réponse de le 15/10/2017 à 18:16 :
Oui mais c'est THERMIQUE
Réponse de le 16/10/2017 à 14:15 :
La Madame A DIT pas de thermique.
Réponse de le 16/10/2017 à 14:17 :
La Madame A DIT pas de thermique.TOUS LES THERMIQUES, termites autorisées sans traitem
Réponse de le 16/10/2017 à 21:33 :
@@ :"La ville de Paris a annoncé qu'à l'horizon 2030, les moteurs essence seront interdits à Paris, soit six ans après celle des diesels."
Je n'invente rien elle a bien dit essence et pas gpl ou gnv, si tout le monde comme moi roulait au gaz on n'en aurait même pas parlé.
a écrit le 15/10/2017 à 0:00 :
Et pour les scooters ? quelque chose est prévu ? parce qu'en terme de pollution de l'air de pollution sonore , y a de quoi faire :-) *
Réponse de le 15/10/2017 à 18:20 :
Scooters EDF, et après l'essence TAXEE A 80%, l'électr sera TAXEE A 80% : équilibres budgétaires
a écrit le 14/10/2017 à 22:50 :
Effectivement, pourquoi pas interdire les autos dans une ville. Sauf les ministres, les hauts fonctionnaires, et les services de secours, de santé, ... Mais après, comment les 10 millions de franciliens et les millions de visiteurs etrangers seront transportés des portes de la ville au coeur ? Que faire des millions de voitures qui souhaiteront transiter ? les axes seront-ils adaptés pour contourner, se garer...? Pourquoi ne connaît-on pas les réponses à ces questions ?
Réponse de le 15/10/2017 à 1:20 :
Faire une réplique de Paris, seine, et de tous ses monuments, sur une bien moins grande superficie, une tour eiffel comme à las vegas, etc....., hotels, resto....etc... A MARNE LA VALLEE.
Réponse de le 15/10/2017 à 1:25 :
Diminuer au maximum les act économiques, les transférer dans le 77 par exemple.
a écrit le 14/10/2017 à 22:27 :
Que 50% des activités économiques de Paris, préparent leur délocalisation de cette " ville " hostile, et trop contraignante.
a écrit le 14/10/2017 à 21:51 :
Les sous-sols et stations du METRO sont archi-polluants, et officiellement Toxiques pour les Poumons : cancer du poumon incurable.
a écrit le 14/10/2017 à 20:33 :
Il faut absolument taxer la respiration de l'individu : rejet de gaz carbonique.
a écrit le 14/10/2017 à 17:53 :
Et moi j'annonce que d'ici 2030, le monde sera un Eden, tous les hommes seront heureux et Anne Hidalgo sera devenue cartomancienne dans une roulotte solaire...!
a écrit le 14/10/2017 à 17:52 :
Les gens n' ont rien compris , Hidalgo fait tout cela pour avoir son EPR dans le site de Beaubourg , les tuyaux sont déjà installés .
a écrit le 14/10/2017 à 11:32 :
" La multimodalité sera le vrai mantra d'un écosystème de mobilités vertueux et mature et qui s'inscrira nécessairement dans une concertation multilatérale"Bravo,j'ai pas tout compris mais ça a l'air sérieux
a écrit le 14/10/2017 à 9:44 :
C'est facile d'interdire, c'est plus compliquer d'offrir une alternative valable, par exemple des transports en commun performant. C'est trop compliqué pour nos politiciens.
a écrit le 14/10/2017 à 9:23 :
A force de tout interdire, il ne restera bientôt plus d'espaces de liberté autre que virtuels, un peuple de smartphonistes, plongés dans des jeux irréels, qu'on entassera comme du bétail dans des transports en commun, où personne ne regardera rien d'autre que son petit écran onaniste. Un monde de zombies, paramétrés par des médias débilitants, qui leur diront ce qu'il faut penser pour éviter qu'ils se révoltent. Chronique de l'enfer.
Réponse de le 14/10/2017 à 11:20 :
+ 10000 % !
a écrit le 13/10/2017 à 23:02 :
Techniquement c'est totalement faisable la technologie existe. Et pour ceux qui voudrait conserver un peu de thermique jusqu'à 2040, il y a toujours l'hybride rechargeable. 100Km d'autonomie électrique en plus du moteur thermique en dehors de Paris et cela va évoluer.
Il faut sortir du pétrole qui pollue et qui est uen dépendance vis à vis d'autres pays ce qui déséquilibre notre balance extérieure.

De plus l'électricité on sait la produire localement en masse et nous avons une capacité géothermique et éolienne offshore énorme et inexploitée en France. Donc il faut y aller c'est des emplois et de la croissance à la clé avec en bonus moins de pollution et la survie de plusieurs milliers de personnes tuées chaque année par la pollution.
Réponse de le 14/10/2017 à 0:41 :
Et avec quel argent allez-vous payer tout cela ?
Transformer de l'énergie géothermique ou éolien en énergie électrique c'est bien, la transporter des lieux de productions vers les lieux de consommations en est une autre.
Quant aux emplois, cela ne créera rien du tout mais en détruira plus que cela en va en créer. 1 emploi sur 10 est lié directement ou indirectement à l'automobile en France.
a écrit le 13/10/2017 à 21:34 :
Anne Hidalgo prend un très bonne initiative comme tout le réseau des villes les moins polluantes désormais et qui profite à tout le monde. Il faut pousser les minoritaires français conservateurs et attardés à évoluer sinon on y arrivera jamais et alors que la technologie et les financements sont disponibles. Espérons que cette initiative sera suivie par d'autres villes françaises importantes. Quand on laisse faire les gens on atteint des bouchons comme ce fut le cas à Tokyo, Moscou et en Chine. Il n'y a donc pas d'autre moyen que d'avoir des maires courageuses comme Hidalgo
Réponse de le 13/10/2017 à 22:49 :
En l'occurrence les bouchons sont créés sciemment par la mairie de Paris pour dégoûter les gens de l'utiliser à Paris. Pour ceux qui le font c'est parce que les alternatives ne sont pas sérieuses. Que paris fasse d'abord son boulot avec les transports en commun, le reste suivra...
Réponse de le 13/10/2017 à 22:49 :
En l'occurrence les bouchons sont créés sciemment par la mairie de Paris pour dégoûter les gens de l'utiliser à Paris. Pour ceux qui le font c'est parce que les alternatives ne sont pas sérieuses. Que paris fasse d'abord son boulot avec les transports en commun, le reste suivra...
Réponse de le 13/10/2017 à 22:55 :
En l'occurrence, c'est la mairie de paris qui est à l'origine des bouchons subis par les franciliens à paris, avec ses plans de circulation kafkaiens... Absolument inefficaces pour contrer la pollution. Pendant ce temps, les vraies mesures ne sont pas prises (interdiction du diesel non Fapé et des feux de cheminée). Quant à l'air du métro, n'en parlons pas, c'est pire qu'en surface. Beau modèle en effet !
Réponse de le 14/10/2017 à 1:17 :
Vous avez raison, ce sont vraiment des attardés, ils pourraient habiter près de leurs lieux de travail quand même ! Au lieu de cela, ils préfèrent habiter loin et venir en voiture !
D’autant que les maires de Chirac à Hidalgo ont fait de Paris une ville où le logement est bon marché, où la sécurité règne, où les habitants sont réputés dans le monde entier pour leur savoir vire, leur amabilité, leur culture.
Réponse de le 14/10/2017 à 17:12 :
Avec l'électrique, vous aurez autant de bouchons, il ne s'agit que de motorisation dans cette idée futuriste. Mais les embouteillages seront silencieux ! Un grand progrès.
Ne pas confondre "plus du tout de pétrole" avec "plus du tout de voitures". Si déjà il y en avait 10% de moins ça bouchonnerait moins, je ne suis pas sûr qu'un plombier ou un livreur puisse se déplacer en bus, déjà les vélos pas sûr qu'ils les acceptent (contrairement à d'autres pays, le vélo c'est bien mais on peut parfois prolonger en bus puis remonter dessus).
a écrit le 13/10/2017 à 21:29 :
Ça à l'air sympa de vivre en région parisienne !!! Tous les jours, un nouveau noeud au cerveau.... Vous avez légèrement tendance à vous compliquer la vie. Bon courage à vous.
a écrit le 13/10/2017 à 19:58 :
Vraiment débile tout ça au moment où un certain nombre d'entreprises évaluent l'intérêt de s'installer à Paris.
Ce n'est pas au politique de décider c'est à l'industrie de dire si ce sera possible un jour. Le dieselgate a montré que les politiques ont imposé des règlements que l'industrie ne peut satisfaire.
a écrit le 13/10/2017 à 18:52 :
Le télétravail, l'usage de véhicules de petits gabarits , l'accroissement du parc autolib avec emplacements de stationnement réservés à l'avance ( en moyenne un automobiliste tourne 20 minutes pour trouver à se garer ) points relais pour les livraisons oui il existe des solutions et d'autres à inventer et non considérer que la circulation automobile et ses nuisances sont une fatalité !!! .
a écrit le 13/10/2017 à 18:51 :
Le télétravail, l'usage de véhicules de petits gabarits , l'accroissement du parc autolib avec emplacements de stationnement réservés à l'avance ( en moyenne un automobiliste tourne 20 minutes pour trouver à se garer ) pointe relais pour les livraisons oui il existe des solutions et d'autres à inventer .
a écrit le 13/10/2017 à 18:43 :
Avec de l'imagination et de la volonté le nombre de déplacements dans la capitale pourraient être réduits au bénéfice de tous , habitants, piétons, automobilistes .
Si je compare à la baisse du nombre de tué sur les routes nous sommes passés de 14.000/an il y a 30 ans à 3.500 aujourd'hui alors que le trafic a augmenté ....tout est affaire de volonté et vous retrouvez cela dans d'autres domaines ( baisse des infections nosocomiales par exemple)
a écrit le 13/10/2017 à 18:04 :
En IDF, en attendant le tout électrique et des transports en commun maillant l’ensemble de la métropole, on se rend compte que la moindre tentative de restriction vis-à-vis des véhicules polluants est systématiquement critiquée.
Pourtant la capitale est bien classée en termes de transports en commun, même s’il reste à développer les transports collectifs pour les liaisons périphériques. Le projet de Métro Grand Paris semble plus qu’indispensable, même si un peu tardif, certes on ne creuse pas facilement des voies de circulation avec une telle densité de population. (http://www.francetvinfo.fr/meteo/particules-fines/paris-la-fin-des-voitures-a-essence-en-2030-est-ce-vraiment-faisable_2415979.html).

Malgré les difficultés de circulation dans Paris et banlieue, beaucoup de parisiens ou de travailleurs d'IDF restent attachés à la voiture individuelle pour diverses raisons et plutôt que de se fier aux aspirations de chacun, le mieux est de comparer les parts modales dont parle le journaliste et pour cela rien ne vaut les statiques :
- L’INSEE : https://www.insee.fr/fr/statistiques/2555642#titre-bloc-2 - le Commissariat général au développement durable : http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/transports
- Comparaisons internationales sur le site EPOMM mais les chiffres datent un peu

Certes il y a des capitales Européennes beaucoup plus « sportives », où les courts trajets en vélo sont considérés comme modernes.

On avait un espoir avec le covoiturage, mais l’état d’esprit individualiste est encore prédominant et la concurrence de l’économie du partage ne plait pas à tous.

2 véhicules ?
A noter aussi des contradictions en ce qui concerne les grandes distances, alors que l’on prône les transports collectifs, si on lit le dossier « Evolution des Infrastructures linéaires de transport, évolution depuis 25 ans », dans le tableau en page 6 on se rend compte que l’on a surtout développé les routes et autoroutes et réduit le réseau ferroviaire.
Vu les besoins d’accès aux métropoles la progression des métros et RER parait modeste, par contre les tramways sont à la mode.

Sauvés par la Chine ?
La Chine qui rencontre des problèmes extrêmement graves de pollution a décidé d’imposer des quotas de véhicules électriques. Les constructeurs automobiles Européens ont tout intérêt à s’adapter vu que la Chine est devenue le premier marché de véhicules au monde.

Normalement, d’ici 2030 plus personne ne se demandera s’il faut encore utiliser le moteur thermique, ou alors c’est qu’on aura pris un sacré retard technologique sur les véhicules électriques, ce serait le comble pour un pays aussi nucléarisé et disposant d’un tel potentiel en énergies renouvelables. Peut être une question d’efficacité tout simplement ?
Réponse de le 13/10/2017 à 23:03 :
Si elle est critiquée, la restriction, c'est parce qu'elle est débile ! Pour agir rapidement, il fallait commencer par interdire les feux de cheminée à Paris et le diesel non fapé l(l'Allemagne l'a fait, en aidant au FAP de deuxième monte). On amuse la galerie avec les vignettes Crit-air, que la mairie est infoutue de contrôler d'ailleurs.
En France, on interdit les motos dans les ZCR ; aucun autre pays d'europe ne l'a fait. Pourquoi ? Parce que les motos ne carburent pas au diesel, elles fluidifient la circulation et elles consomment moins.
On demande aux gens d'utiliser le métro, mais il est plus pollué que l'air en surface !
Et Hidalgo passe son temps à mentir aux gens : contrairement à ce qu'elle affirme, le diesel n'est pas interdit à Tokyo, il est même considéré comme un moteur vertueux !
Quant au moteur thermique : désolé de devoir rappeler cette évidence, ce qui va être interdit c'est l'essence et le gazole, pas le moteur thermique (qui peut carburer aussi au gaz ou aux agrocarburants).
Le jour où les gens commenceront à arrêter de sortir des âneries sur le sujet, on commencera peut-être à les prendre au sérieux !...
a écrit le 13/10/2017 à 17:55 :
On cogne d' abord, on réfléchit ensuite.
a écrit le 13/10/2017 à 17:26 :
Rassurez vous ;
la vignette critair est le bide absolu , personne ne controle .
En question subsidiaire ;
Combien et à qui ce raté a couté ? Une réponse : rien à anne , tout comme celle d'avant n'avait rien couté à sego .
a écrit le 13/10/2017 à 17:23 :
Encore n'importe quoi entre ça les PV privatisés avec des sous-traitants qui vont s'en mettre plein les poches. Virez Hidalgo vite . Un comble d'incompétence !
a écrit le 13/10/2017 à 17:01 :
Technique classique de l'allumage de contre-feux et de l'enfumage...
Pour faire oublier le bilan globalement négatif de la fermeture des quais de Seine, suivant les chiffres publiés récemment par Airparif, on ouvre un nouveau "chantier"...
Avec cette nouvelle polémique, on ne parle plus des anciennes !
a écrit le 13/10/2017 à 16:49 :
Donc plus de livraisons dans Paris !
a écrit le 13/10/2017 à 16:44 :
Et pour faire tourner les véhicules électriques des bobos parisiens, on la mettra où la centrale nucléaire ? Sur la place des Invalides.
Non, parce que c'est bien gentil de faire la chasse aux sans-dents en interdisant aux propriétaires de vieux véhicules de s'en servir dans Paris en semaine, mais Hidalgo veut quand même leur refourguer en province un réacteur destiné à alimenter les besoins en électricité de la capitale.
Vous voulez fonctionner en autarcie ? Eh bien débrouillez-vous !
a écrit le 13/10/2017 à 16:21 :
Mme Hidalgo devrait arrêter de phosphorer perpétuellement. C'est très mauvais pour sa santé....surtout lorsque cela devient obsessionnel !
Mme Hidalgo est en train de "bunkériser" Paris sans se rendre compte de toutes les conséquences pour l'emploi notamment les artisans, les professionnels du BTP et tous les autres....C'est normal, elle n'a jamais travaillé de sa vie. Elle vit sur une autre planète et la réalité de tous les jours, elle ne sais pas !
Ce qui est regrettable, c'est que l'on ne donne pas l 'avis des parisiens, les principaux intéressés et tous ceux en périphérie !
a écrit le 13/10/2017 à 16:21 :
APRES : la ville boboisée en museé pre mortem .
a écrit le 13/10/2017 à 15:24 :
@ BONJOUR : HALTE à la connerie interdire les voitures bien mais pour les touristes alors !!!!! PARISIENS PARISIENNES savez vous que lorsque vous vous trouvez sur le quai d'une station du métropolitain les particules émises par le "freinage" sont 100 fois plus dangereuses que le GAZ OIL évidement que non .... Alors la prochaine fois avant de rentrer dans la station ou de descendre de la rame attendez un bon 1/4 il est bien évident que ... interdire la connerie à APRIS cela est impossible !
a écrit le 13/10/2017 à 14:58 :
En 2030 elle sera virée depuis longtemps. Qu’est ce qui a piqué cette femme ? Avant d’y arriver il faudra améliorer très sensiblement les transports en commun, équiper les rues de nombreuses bornes électriques qui seront certainement vandalisées régulièrement, créer a toutes les portes de paris des parkings sécurisés et…. gratuits ; Bref y il y a du grain à moudre. Mais c’est vrai que cette dame s’adresse à une clientèle qui est loin des problèmes du français moyen. Cela dit je propose mieux et plus écolo. Revenons aux transports par chevaux au sein de la capitale. Cela se pratique déjà dans certaines petites villes pour ramasser les déchets…. !
a écrit le 13/10/2017 à 13:58 :
elle prendra, l'electricite OU' ,,,??
et OU mettra t elle toutes ces voiture en charge ?????
a écrit le 13/10/2017 à 13:12 :
d'autres alternatives sont à l'étude. Airbus travaille sur l'urban air mobilité. une façon de répondre aux Pbs d'embouteillages avec l'utilisation de drones pour se déplacer.
a écrit le 13/10/2017 à 12:40 :
Ca fait près de 20 ans que l'on recycle les piles lithium. Pour les batteries il y a très peu de lithium et dans le programme RecLionBat (société SAM) on obtient un taux de recyclage du lithium et cobalt de 99%. Le problème est l'harmonisation des batteries pour optimiser la production tout comme le recyclage mais c'est en cours. Chaque industrie a développé sa propre technique de recyclage (Toxco, Inmetco, Xstrata, Umicore VAL’EAS) utilisant des procédés d’hydrométallurgie, de pyrométallurgie, de prétraitement et de séparation mécanique ou chimique. Le projet « Recovery of raw materials from Li-ion batteries », développé en coopération avec les partenaires industriels ACCUREC Recycling Gmbh et UVR-FIA Gmbh utilise un prétraitement mécanique combiné à des processus hydro et pyrométallurgiques pour effectuer un recyclage efficace de tous les matériaux de la batterie. Par ailleurs l'utilisation des liquides ioniques en tant que phase organique d’une membrane liquide supportée (MLS) pourrait remédier aux limites des MLS classiques et permettre avec un excellent bilan environnemental le recyclage des batteries lithium ion, parmi les divers procédés existants. Ces liquides ioniques présentent en effet une pression de vapeur négligeable et leur solubilité avec les phases environnantes peut être limitée en sélectionnant correctement les anions et cations. Leur viscosité élevée permettrait de limiter le lessivage de la phase d’extraction contenue dans les micropores de la membrane. Parmi d'autre le laboratoire du recyclage et de la valorisation des matériaux (LRVM) de l'institut LITEN du CEA TECH de Grenoble travaille sur l’utilisation des liquides ioniques comme solvants « verts » et collabore avec l’IJL (équipe CEM). Cet axe de recherche étant renforcé au travers de projets européens notamment sur le recyclage des panneaux photovoltaïques (CABRISS) et des aimants permanents et batteries Ni-MH (REE4EU). Une autre approche à moyen terme est également de quitter complètement la technologie Li-ion pour se tourner vers des technologies comme le Li/S, le Na-ion, le Mg-ion, le Ca-ion, le Li-air etc. Toutes ces technologies présentent des avantages que ce soit en termes d’abondance (le sodium est 1000 fois plus abondant que le lithium; le calcium, 3000 fois plus) ou en termes de recyclage comme avec les électrodes organiques ou les liants obtenus à partir de ressources naturelles comme la CMC (carboxyméthylcellulose). Bref les choses évoluent. Voir : https://www.esaip.org/wp-content/uploads/PSIR_SEP2016_DUBU_LESUEUR_PETROFF_POINSOT_SALLE.pdf.
Réponse de le 18/10/2017 à 21:23 :
Merci d'avoir pris le temps de nous transmettre votre analyse d'un point de vue très scientifique et très riche en infos.
Vous semblez bien maîtriser le sujet et cela rassure de savoir que des personnes
sérieuses comme vous, se penchent sur cette problématique de traitement de fin de vie des batteries
et surtout prennent le temps de partager leurs connaissances au commun des mortels que nous sommes.
Effectivement, mis a part l'aspect technologique la moins défavorable pour notre environnement, l'autre sujet est comme vous
le soulignez, l'harmonisation des batteries pour optimiser la production et le traitement de recyclage, car comme toujours,
chacune des firmes doit travailler sur sa technologie propre plutôt que de penser a une solution globale
la moins polluante possible pour notre environnement, meme si j'espère sincèrement me tromper! (utopie quand tu nous tiens! :-))
a écrit le 13/10/2017 à 12:14 :
Avant de "trop" critiquer regarder ce qui existe déjà et ce qui est envisagé pour l'avenir dans les pays d'Europe du nord. Vous verrez que le diesel est déjà interdit dans plusieurs grandes villes. Reste que la méthode de Mme Hidalgo n'est peut-être pas la plus adaptée...
Réponse de le 14/10/2017 à 23:54 :
Sans doute, mais dans les pays nordiques, on prépare les choses en amont, par exemple des transports en commun efficaces , et il y a beaucoup plus de concertations avec le peuple . Ici on subit complètement les décisions d'une élite technocratique qui décide unilatéralement .
a écrit le 13/10/2017 à 12:00 :
La mairie de Paris semble préférer les centrales nucléaires.
Plus d'électricité c'est la prolongation du nucléaire, ils ne faut pas rêver.
Les moteurs thermiques ont encore des marges de progrès, c'est de la démagogie, mais Mme Le Maire aura disparu des écrans politiques bien avant...
a écrit le 13/10/2017 à 11:48 :
Au lieu de parler, on pourrait déjà commencer par électrifier toutes les lignes de chemin de fer et de supprimer ces trains au diesel très polluants.
Après il faudra remplacer ces voitures, le mieux par des transports publics performants, là aussi on en est à des années lumières.
Donc continuons de parler, cela ne coûte rien... bla bla bla
a écrit le 13/10/2017 à 11:14 :
J'espère être mort en 2030, je n'ai pas envie de vivre dans un pays ennuyeux, aseptisé, cadenassé, sinon je ficherai le camp. L'hygiénisme écolo me donne la nausée.
Réponse de le 13/10/2017 à 11:54 :
"L'hygiénisme écolo me donne la nausée"

Pourtant la pollution tue 56000 personnes en france chaque année, en ce qui concerne "l'hygiénisme écolo" on a pas encore de chiffres mais ça devrait être beaucoup moins quand même.

Ah on a de ces génies sur les forums c'est incroyable...
Réponse de le 13/10/2017 à 16:24 :
On se demande d'ou M. citoyen blasé tient ces chiffres mensongers et totalement faux . Encore un grand démagogue .
Réponse de le 13/10/2017 à 16:38 :
@citoyen blasé: la pollution ne tue pas toutes les mauvaises herbes, n'est-ce pas. Mais en quoi Phidias n'aurait-il pas le droit d'avoir son avis ? Il est en effet incroyable que les génies comme toi puissent polluer ce site :-)
Réponse de le 13/10/2017 à 17:04 :
@ Citoyen
56000, vous êtes sûr ? Il y a deux ans, c'était 42000 ! Et pourtant la pollution baisse.
Autre bizarrerie : cette mortalité serait due, nous dit-on, en grande partie aux particules fines, cancérogènes, qui encombrent les poumons. Si c'était vrai, on devrait retrouver ça dans les causes de cancer du poumon. Or on connait les causes de celui-ci : à 90 % le tabac, et le reste : radon, amiante...
Réponse de le 14/10/2017 à 18:26 :
"Il y a deux ans, c'était 42000"

Il y a deux ans en effet, l'année dernière 46000, chiffre que j'ai confondu avec 56000 et aujourd'hui il y en a 48000 et c'est pas un journal bobo écolo trostko socialo anarcho bolchévo de gauche qui le dit hein

" Pollution: 48.000 morts par an en France" http://sante.lefigaro.fr/actualite/2016/06/21/25114-pollution-48000-morts-par-an-france

Bien sûr qu'il a le droit de raconter n'importe quoi et d'ailleurs il se prive rarement c'est juste la forme à un moment je pense à l'humain qui est en lui et je lui conseille d'évoluer pour au moins essayer d'être un minimum juste.

C'est ça les humanistes nous pensons toujours aux autres.
Réponse de le 14/10/2017 à 18:29 :
@ bof je suis d'accord, je me demande comment ils font pour la calculer, parce que s'ils prenaient rien que les empoisonnement de l'agro-industrie à mon avis les chiffres doublerait au moins.

Cependant nier que la pollution a forcément une conséquence sur notre santé c'est ferme du révisionnisme pratiqué seulement par des gens dangereux.
a écrit le 13/10/2017 à 10:49 :
Si je comprends bien la proposition de madame Hidalgo, celle-ci souhaite délocaliser la pollution sachant que la fabrication d'un véhicule électrique serait 2 fois plus dommageable pour l’environnement qu’un véhicule thermique. Ceci s’explique par le recours à des ressources naturelles fragiles.

La volonté de la mairie de paris de faire un bilan thermique électrique portant uniquement sur le rejet de CO2 dans l’atmosphère est extrêmement réducteur.
Ainsi les voitures électrique ont un potentiel d’acidification atmosphérique ( à l’origine des pluie acide) plus élevé que le véhicule thermique.

Ainsi une étude de l’ademe prouve que le fossé n’est pas si immense entre le véhicule électrique et le véhicule thermique. C’est la fabrication et le recyclage de la batterie qui pèse le plus lourd dans le bilan du véhicule électrique.
a écrit le 13/10/2017 à 10:25 :
Il y a de forte chance que la voiture électrique ne soit pas celle qui sera développée dans l' avenir. La voiture utilisant l'hydrogène est une technologie qui progresse rapidement.
Les constructeurs testent actuellement plusieurs prototypes. De la vapeur d'eau, pas de pollution alors qu'a contrario , la voiture électrique nécessite un maintien de nos centrales nucléaires.
a écrit le 13/10/2017 à 10:21 :
Après ...dites vous..? c'est dès maintenant , d'investir dans des centrales nucléaire de nouvelle génération...pour fournir à bon marché et sans production de gaz ,l'énorme demande en électricité ...! car ce n'est pas les éoliennes sans vent et les panneaux solaires sous un mètre de neige ,qui assureront la fiabilité de la production électrique...!
a écrit le 13/10/2017 à 10:08 :
@ BONJOUR : Dites moi Mme HIDALGO ....Combien a coûté aux parisiennes et aux parisiens votre petite sauterie en AMERIQUE LATINE plusieurs centaines de milliers d'euros pour votre plaisir et celui de votre petit cour ....Une petite question : comment vous déplacez vous surement pas dans les transports en commun sauf... sauf le jour ou il y a des journalistes et des caméras ! alors votre baratin ........
Réponse de le 14/10/2017 à 0:47 :
La ville met à sa disposition, avec chauffeur, trois véhicules avec gyrophares (le service d'ordre est fourni par l'Etat):
- deux véhicules hybrides,
- un Espace diesel...
a écrit le 13/10/2017 à 9:56 :
"la question des embouteillages ne sera pas mieux résolue si le parc est converti en voitures électriques."
non, mais ça sera en silence, sans dégagement intempestif de gaz d'échappement. Un bouchon silencieux, le rêve (aux énervements près, coups de klaxon (interdits)).
"des dépenses qui pourraient exploser s'il fallait équiper davantage encore la région en transports en commun."
c'est pourtant ce qui est préconisé, prendre les transports en commun, mais s'ils sont insuffisants, il faudra(it) les développer, la Mairie pense que l'existant suffirait à transporter tous les occupants des véhicules qui circulent à Paris ? Peut-être en lissant sur 24h mais y a des pointes de densité de circulation, et les pointes ça pique.
Quel plancher peut-on envisager au prix d'un véhicule électrique ? Du lithium, si tout le monde en veut, ça va causer des difficultés. Comme le silicium pour les panneaux solaires, la Terre en renferme beaucoup (silicates) mais on va manquer de sable (silice, SiO2) pour le ciment, ayant "bientôt" raboté les plages, faudra creuser.
a écrit le 13/10/2017 à 9:27 :
il est certain que quand les parisiens iront a pied et a velo, le rechauffement climatique va s'arreter, car le 1.5 milliard de chinois et autant d'indiens ne vont pas polluer...
a écrit le 13/10/2017 à 9:09 :
Est-ce la revanche d'avoir été mise à pied pour diverses infractions au volant?
a écrit le 13/10/2017 à 8:47 :
On semble totalment oublié les développements de l'automobile jusqu'en 2030.
Avec le développement de la voiture autonome ( à priori éléctrique ) , on sera à l'ère de la voiture à la demande qui viendrait vous cherchez où vous voulez , qui pourrait aussi être partagée. Alors plus besoin de voiture individuelle. La question alors sera que deviendront les usines automobiles et leurs salariés.
a écrit le 13/10/2017 à 8:44 :
parfaitement d'accord avec le commentaire de Relax7825, comme toujours ces "élus de pacotille" balancent des inepties , ne connaissent rien
a écrit le 13/10/2017 à 8:41 :
En 2030 Mme Hidalgo aura quel âge?
a écrit le 13/10/2017 à 8:08 :
La voiture electrique est une catastrophe ecologique pour notre environnement contrairement a ce qu'aime a penser certains, car l'acide des batteries est difficile a traiter voir quasiment impossible a recycler. Voir l'article de la Tribune paru sur Arcellor Mital a Florange qui deverse des quantites enorme d'acide directement en pleine nature dans le "crassier" comme ils le nomment, car ils ne savent pas traiter ce genre de produits!!! Arretons vite ce genre de delire de bobos Parisiens sans neurone qui ne fera qu'empirer les choses a long terme et polluera davantage nos nappes phreatiques deja en grand danger!!! Meme si le moteur termique utilise egalement des batteries, celles-ci sont nettement plus petites et ce facteur est non negligeable!!!
Réponse de le 13/10/2017 à 10:02 :
Vous êtes vraiment resté aux batteries Plomb / Acide sulfurique des voiture thermiques ? Ça a été abandonné depuis longtemps pour les véhicules électriques, c'est bien trop lourd. A part la Jamais Contente en 1899, ça nuit à l'autonomie. On utilise le lithium, léger (Li-ion, Li-polymère, Li-xxxx). De toute façon il n'y aurait pas assez de plomb sur Terre pour que tout le monde ait sa voiture (pour faire 20km, puis recharger :-) ). Le lithium, à voir si on en trouvera beaucoup. Comme la pile à combustible, il faut du platine, mais y en aura pas non plus pour tous, et c'est un métal précieux, cher, ... et pas facile à substituer (recherches en cours).
On va revenir au vélo. :-)
Réponse de le 14/10/2017 à 11:03 :
Vous avez parfaitement raisonj. En revanche , la voiture utilisant l'hydrogène est dans les cartons des constructeurs et la technologie progresse. De la vapeur d'eau, plus de pollution , ça sera probablement disponible en 2030.
Réponse de le 14/10/2017 à 23:58 :
Aura-t-on suffisamment de matières premières pour les batteries , sachant qu'il faudra multiplier par 1000 environ la production ?
a écrit le 13/10/2017 à 7:40 :
Et après ? Il ne restera aux gueux que nous sommes que le cheval (alimenté par du foin venant par chariot), produisant du crottin pour se chauffer. Quant à l'éclairage, ce sera la bougie, puisque les écolos-bobos ne veulent pas du nucléaire.
a écrit le 13/10/2017 à 7:34 :
ET LA POLLUTION DES AVIONS PASSE A LA TRAPPE ???????????????
Réponse de le 14/10/2017 à 11:48 :
J'ai essayé de faire passer mon A320 Boulevard Magenta, je n'ai fait que rayer mes ailes. Paris n'est pas fait pour la circulation des avions dans ses rues, soyez rassuré...
Plus sérieusement les avions ne passent pas au dessus de Paris donc je ne vois pas la raison de votre emballement (et de vos innombrables points d'interrogations) ou alors vous êtes hors sujet (si vous voulez supprimer les avions c'est un tout autre débat, ridicule au demeurant)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :