Taxis, VTC, Loti : les 5 points à retenir de la proposition de loi de Laurent Grandguillaume

 |   |  787  mots
Les plateformes VTC type Uber vont grincer des dents. La PPL veut réserver le régime LOTI aux véhicules de plus de 10 places dans les métropoles.
Les plateformes VTC type Uber vont grincer des dents. La PPL veut réserver le régime LOTI aux véhicules de plus de 10 places dans les métropoles. (Crédits : CC0 Public Domain)
Le député de Côte d'or a présenté ce mardi matin sa proposition de loi (PPL) pour mieux réguler le transport public particulier de personnes (TPPP) au groupe PS, qui l'a validée. Revue de détail.

Tous les professionnels du secteur sont aux aguets. Comme attendu, le député socialiste de Côte d'Or Laurent Grandguillaume a présenté au groupe PS sa proposition de loi (PPL) pour mieux réguler le transport public particulier de personnes ce mardi matin. Le texte qui a été validé contient huit articles, dont La Tribune a extrait les grandes lignes.

Les LOTI ne pourront plus jouer aux VTC dans les métropoles

Tout d'abord, les plateformes VTC type Uber risquent de grincer des dents. L'article 4 vise en effet à empêcher tout détournement de la loi pour le transport intérieur et du statut de chauffeur capacitaire, dit Loti. Par conséquent, le régime Loti sera réservé aux véhicules de plus de 10 places dans les agglomérations de plus de 100.000 habitants. Ce, dans le but de faciliter les contrôles des forces de l'ordre en zones rurales et urbaines.
Cependant, les Loti qui souhaiteraient continuer des activités "occasionnelles" avec des véhicules légers, pourront s'enregistrer en tant qu'exploitant VTC, "grâce à des mesures transitoires qui seront définies par décret en Conseil d'Etat", selon la PPL.

Une obligation d'information pour toutes les plateformes

Ensuite, l'article 1er vise à prévenir les détournements de la réglementation résultant des pratiques des centrales de réservation de véhicules légers (automobiles, motos). Par conséquent, toute plateforme permettant d'organiser des déplacements (aussi bien taxis, que VTC, covoiturage...) devra vérifier et transmettre certaines informations sur leurs partenaires chauffeurs, mais uniquement relatives au respect de l'ordre public, précise le député. Cette liste sera précisée par décret en Conseil d'Etat "de manière proportionnée et adaptée aux caractéristiques du déplacement, notamment selon que le déplacement s'inscrit ou non dans le cadre d'une activité professionnelle", poursuit le texte.

C'était l'objet de l'un des amendements qui avent été rejetés au Sénat et que le député souhaitait insérer, du coup, dans sa proposition de loi.

Interdire les clauses d'exclusivité

L'autre étant dans l'article 3, concernant, lui, la régulation du secteur afin d'éviter la subordination des plateformes envers les chauffeurs. Ceux-ci doivent pouvoir recourir à plusieurs intermédiaires simultanément, estime le député. Les centrales de réservation n'ont donc pas le droit d'imposer aux chauffeurs quelque exclusivité ou quota que ce soit. Un principe calqué sur celui introduit par la loi de 2012 relative à la régulation économique outre-mer et portant diverses dispositions relatives aux outre-mer pour réguler les exclusivités des importations outre-mer.

Un observatoire indépendant pour le secteur

En outre, comme il l'avait déjà évoqué dans sa feuille de route, Laurent Grandguillaume propose dans l'article 2 de la PPL, la création d'un observatoire national du secteur, qui sera prochainement mis en place par décret. Et ce dans le but d'améliorer la connaissance du secteur par l'ensemble des acteurs, publics ou privés.

Des centres d'examens communs

Ensuite, l'article 6 concerne le rapprochement de la formation des chauffeurs de taxis et VTC. L'organisation des examens des deux professions sera désormais confiée aux Chambres des Métiers et de l'Artisanat.

Enfin, les deux derniers articles concernent notamment l'exploitation des licences par les taxis. L'article 7 modifie une "erreur de rédaction" de la loi Thévenoud du 1 er octobre 2014, obligeant les détenteurs d'une licence à l'exploiter personnellement. Ce qui nécessitait que certains acteurs se séparent de leur salarié ou de leur locataire gérant. En revanche, il précise que le titulaire de la licence doit fournir le véhicule de travail dans le cadre de la location-gérance.
Quant à l'article 8, il vise à modifier l'agencement du Code des Transports dans sa partie législative, en prenant en compte les modifications découlant des précédents articles de la présente loi.

Le texte devrait être examiné en commission parlementaire d'ici le 13 juillet, comme le souhaitait Laurent Grandguillaume.

"Une attaque en règle" pour certains VTC ?

En attendant, certaines plateformes de VTC reprochent au texte une évidente partialité. "C'est à mon sens une loi bien pire que la loi Thévenoud", estime ainsi Yves Weisselberger, co-fondateur de SnapCar et actuel président de la fédération française du transport particulier sur réservation (FFTPR) créée par Benjamin Cardoso le fondateur de la plateforme Le Cab. Selon Yves Weisselberger, la proposition de loi représente tout simplement "une attaque en règle du secteur des VTC" sans "recherche d'équilibre", comme avait tenté de le faire la loi du 1er octobre 2014.

Lire la proposition de loi dans son intégralité :

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/06/2016 à 1:15 :
Le lobby des taxis vient encore de frapper.
Réponse de le 20/06/2016 à 12:16 :
Bien entendu tout le monde sait que les plateformes vtc s'abstiennent de pratiquer le lobbying . Cf http://www.liberation.fr/futurs/2016/05/06/uber-peaufine-son-lobbying-en-embauchant-des-politiques_1450820
a écrit le 15/06/2016 à 13:23 :
Je suis VTC et Capacitaire à la fois et je te remercie beaucoup Mr GrandGuillaume pour cette loi qui protège un peu les chauffeurs des règles imposés par les applications. La France est un pays un droit avec des règles et du respect et non la loi de la jungle faite par l'argent et la soif de monopoliser un marché.
a écrit le 15/06/2016 à 8:45 :
cet article n'est pas clair, mais quand on parcours le projet de loi, c'est encore pire.
cela donne une drôle d'idée de ceux qui sont censés prendre soin de nous....
la démocratie est en perdition avec des amateurs pareils.
a écrit le 14/06/2016 à 17:32 :
La voiture automatique viendra résoudre le problème pour tout le monde..... Plus de chauffeur
a écrit le 14/06/2016 à 16:51 :
BA, tu as un métro de retard, le secteur est ouvert à la concurrence depuis plusieurs années et ça se passe mal. C'est le foutoir. Même les VTC en ont marre de la position dominante des plateformes. Tous les emplois du secteur sont précarisés pendant que UBER s'en met plein les poches sans payer quoi que ce soit à qui que soit...
On manque de taxis!!! Il y a VTC et LOTI ( même pas déclarés) à foison qui encombrent toutes les rues de Paris qu'est-ce qu'il vous faut!!! les chauffeurs ne peuvent pas travailler pour rien et transporter les clients au prix d'une ticket de bus. ILs ont d'énormes charges!!!!
Vous ne savez pas de quoi vous parler!!!
Réponse de le 16/06/2016 à 12:25 :
non non ont en a marre des Loti avec leurs chauffeurs par milliers qui ne sont pas professionel , avec casier judiciaire et sans permis
a écrit le 14/06/2016 à 15:54 :
les politiques sont décidément en retard d'une guerre. Le secteur doit être ouvert à la concurrence, le monopole doit disparaître.
On manque de taxis en île de France et ils sont trop chers. On se demande combien
d'années il va falloir attendre pour que le pays se modernise et entre enfin dans le
21 ème siècle.
Réponse de le 20/06/2016 à 11:53 :
Tu me fais penser à une personne qui se plaint de ne pas trouver de boulanger alors que tu ton pain chez carrefour tu n'as jamais pris de taxi mais tu ose dire qu'il n'y en a pas assez à Paris alors qu'il yen a plus qu'à new York ou les gens prenent largement plus le taxi qu'ici ou les habitudes de transport sont métro bus RER.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :