Bandeau Présidentielle Régions

A Rennes, le couvent des Jacobins, futur centre des congrès, ouvrira en janvier 2018

 |   |  625  mots
Avec ce nouveau centre de congrès, Rennes comble une lacune et veut trouver sa place sur le marché du tourisme d'affaires national et européen.
Avec ce nouveau centre de congrès, Rennes comble une lacune et veut trouver sa place sur le marché du tourisme d'affaires national et européen. (Crédits : Destination Rennes - Artefacto)
Engagée dans un certain nombre de grands projets structurants (nouvelle gare et LGV, 2e ligne de métro...), Rennes Métropole achèvera cette année un des chantiers emblématiques en cours en centre-ville. Futur centre de congrès, le couvent des Jacobins affiche presque complet pour son année d'inauguration en 2018. 133 candidatures ont été reçues, 35 contrats sont déjà signés, dont un avec la CFDT qui déplacera 3.200 personnes. Le projet veut placer Rennes dans le cercle des grandes villes d'accueil pour le tourisme d'affaires.

Rennes se recompose et avec l'arrivée en, juillet de la LGV, qui la mettra à 90 minutes de Paris, la métropole entend dynamiser son image auprès des entreprises et autres organisations professionnelles. Outre la construction du nouveau quartier d'affaires EuroRennes, près de la gare, le cœur de ville accueillera aussi le nouveau centre de congrès, dont l'ouverture est prévue en janvier 2018. Et déjà le carnet de commandes se remplit.

133 candidatures étaient déjà enregistrées début février pour des événements qui se tiendront entre 2018 et 2020, une autre anticipait sur 2023.

Dès l'année prochaine, la SPL Destination Rennes commercialisera 120 événements professionnels pour lesquels 70 candidatures ont été déposées, pour des congrès pouvant aller de 800 à 3.000 personnes. Parmi les 35 déjà signées figurent l'éco-congrès fédéral de la CFDT en juin 2018, le plus important avec 3.200 personnes, le rassemblement de  l'Association des parents d'élèves de l'enseignement libre (Apel, 1.000 personnes), ainsi qu'un événement international sur le numérique et la mobilité.

"60% des congrès intéressés sont à l'initiative d'entreprises ou d'associations implantées en France, 10% viennent d'Europe ou d'autres continents. Quelque 30% sont des clients bretons", évaluait récemment Jean-François Kerroch, directeur général de Destination Rennes, lors d'une conférence de presse.

Prendre pied dans le tourisme d'affaires national et européen

Selon lui, la tendance des réservations est plutôt bien orientée, mais le secteur est très concurrentiel. «  Il existe 120 centres de congrès en France, et tout le monde se bat sur un marché national, voire international » reconnaît-il.

Pour autant, avec ce nouveau centre de congrès, Rennes comble une lacune et veut trouver sa place sur le marché du tourisme d'affaires national et européen.

Ciblant les associations, les syndicats professionnels et les structures scientifiques d'une part et la clientèle d'entreprise (show-room, salons, conventions) de l'autre, la métropole ambitionne à terme d'ajouter, aux 300 manifestations scientifiques accueillies chaque année dans ses facultés, près de 150 congrès par an au couvent des Jacobins. Avec à la clé, 20 millions d'euros de retombées économiques pour le territoire.

Un site high-tech flambant neuf pour les congressistes

Cette manne sera la bienvenue. Car à 10 mois de l'ouverture, c'est un chantier hors normes de 107 millions d'euros qui va s'achever près de la place Sainte-Anne. Ancien édifice religieux doté d'une abbatiale et d'un cloître, le couvent des Jacobins s'est métamorphosé, sous la supervision de l'architecte Jean Guervilly, en un site high-tech flambant neuf. Les futurs congressistes, et les amoureux des expositions et des concerts -car le lieu aura aussi une fonction culturelle-, pourront déambuler dans une surface de 15.000 m2, dont près de 80% sont sous la terre. Le centre proposera, entre autres, un grand auditorium de 1.000 places dans la cour ouest, et une salle de congrès de 500 places sous le cloître. Le bâtiment est également doté d'un auditorium modulable de 300 places dans l'église historique, avec 19 mètres de hauteur sous faîtage, de salles d'exposition et d'espaces de réunions modulables.

Un projet de territoire qui fédère quelque 150 acteurs

Le positionnement en centre-ville du couvent des Jacobins en fait un équipement unique. Malgré les polémiques liées à l'envolée du budget, ce choix est assumé par Rennes dont l'objectif était aussi de faire rimer valorisation du patrimoine et nouvelles fonctionnalités, économie et culture.

Aujourd'hui, ce projet de territoire fédère plus de 150 acteurs de la métropole rennaise. Destination Rennes et les professionnels du tourisme ont ensemble formalisé un contrat d'accueil de 35 engagements. Il propose des services offerts aux organisateurs de congrès ou conventions et vise à faciliter l'accueil des futurs congressistes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2017 à 9:34 :
Recycler les bâtiments religieux est indispensable, sauf le sacré coeur que pour ma part je raserais car établi afin que les victimes du massacre d'adolphe thiers durant la commune de paris ne puissent pas s'y recueillir, hé oui le sacré coeur a été construit sur un lieu de massacre, cela démontre parfaitement à quoi sert la religion.

Maintenant ce ne sont pas vraiment des lieux vivants, qui donnent envie de se réunir et de discuter étant donné que ça manque cruellement de luminosité et bien souvent froids donc terriblement durs à chauffer, et pourtant nous possédons des milliers d'églises et bâtiments de ce genre qui nous coûtent un bras et dont le vatican ne veut pas, préférant garder sa fortune pour engraisser ses cadres.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :