Canal+ et Orange s'associent pour une offre commune

 |   |  280  mots
L'accord consistera en une offre Fibre, à un prix exceptionnel, incluant des chaînes du bouquet CanalSat Panorama pour les abonnés Orange.
L'accord consistera en "une offre Fibre, à un prix exceptionnel, incluant des chaînes du bouquet CanalSat Panorama" pour les abonnés Orange. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Le groupe contrôlé par Vivendi et l'opérateur télécom espèrent chacun tirer des gains de ce nouveau partenariat qui devrait voir le jour d'ici fin 2016.

Stéphane Richard l'avait évoqué il y a un mois, dans une interview à La Tribune : "Orange a plein de choses à échanger avec Vivendi" expliquait alors le patron du groupe télécom. Chose promise, chose due: Orange et Canal+ ont annoncé lundi qu'ils lançaient une offre commune pour que certains abonnés fibres d'Orange bénéficient sans surcoût d'un bouquet de chaînes payantes de CanalSat.

Concrètement, cela consistera en "une offre Fibre, à un prix exceptionnel, incluant des chaînes du bouquet CanalSat Panorama" pour les abonnés Orange, "d'ici à la fin de l'année" relate un communiqué commun aux deux groupes. Outre cette offre, les chaînes Canal+ et le bouquet CanalSat, pour l'instant disponibles en option payante, pourraient être inclus dans les offres abonnés de l'opérateur.

Le périmètre et le prix de l'offre restent en effet encore à préciser, les deux groupes n'ayant pas voulu divulguer ni son montant, ni les chaînes concernées ni la date de lancement.

Gains mutuels attendus

Pour Vivendi, le partenariat serait un moyen d'améliorer la distribution de ses contenus - télé, musique, et jeux vidéos avec le rachat récent de Gameloft - mais il pourrait aussi lui permettre d'engranger mécaniquement plus d'abonnés pour Canal+, alors que la chaîne ne séduit plus en France : 183.000 abonnés en moins au premier trimestre 2016.

Du côté d'Orange, l'accord de contenus avec Vivendi lui permet de riposter à la stratégie de SFR qui a multiplié les acquisitions de médias (RMC/BFM TV, Libération, L'Express...) appartenant auparavant à la maison-mère Altice et à Patrick Drahi en personne.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :