Encadrement des loyers : la mairie de Paris s'impatiente

 |   |  576  mots
Les équipes d'Anne Hidalgo souhaitent ardemment que l'encadrement des loyers soit appliqué à Paris.
Les équipes d'Anne Hidalgo souhaitent ardemment que l'encadrement des loyers soit appliqué à Paris. (Crédits : reuters.com)
Sans décret, pas d'application. La mise en œuvre de l'encadrement des loyers à Paris est trop lente au goût de la municipalité.

Pourtant promis pour l'automne, l'encadrement des loyers du parc privé voté dans la loi Alur risque ne pas voir le jour à Paris en 2014. Une situation qui agace la maire de Paris, Anne Hidalgo, ainsi que son entourage, qui s'est toujours prononcé pour l'instauration de la mesure dans la capitale. "Depuis dix ans, les loyers ont augmenté de 33% à Paris. Nous souhaitons que cet encadrement des loyers puisse être mis en œuvre le plus rapidement possible. Ça tarde trop. C'est une mesure qui est attendue par les Parisiens, qu'ils soient de familles modestes ou issus des classes modestes. Il est temps d'agir !", invectivait lundi l'adjoint au maire chargé du Logement, Ian Brossat, sur France Bleu.

Paris a tous les outils pour que ses loyers soient encadrés

Paris devrait être, à en croire la ministre du Logement, Sylvia Pinel, le seul endroit où s'appliquera dans un premier temps l'encadrement des loyers. Son application dans la capitale -qui doit faire figure de test national- se fait donc attendre, d'autant que l'agglomération parisienne est déjà dotée d'un observatoire des loyers, l'Olap, et possède donc déjà des outils suffisants pour lancer le dispositif sur le terrain.

Un décret qui se fait attendre

Mais la publication d'un décret, qui fixera concrètement les loyers médians qui serviront de référence à l'application de la mesure, se fait attendre. Et sans décret, pas d'encadrement.  La lenteur des pouvoir publics n'est, dans ce cadre, pas des plus surprenantes, tant François Hollande et Manuel Valls semblent réticents à l'idée d'instaurer ce dispositif, de peur de faire fuir les investisseurs et de bloquer encore plus le marché de l'immobilier résidentiel. A la fin août, soit quelques mois après le vote de l'encadrement des loyers par le Parlement français, le Premier ministre a d'ailleurs annoncé restreindre son périmètre à Paris intramuros, alors qu'il était initialement prévu qu'il s'applique dans toutes les zones où le marché du logement est tendu.

Un comité scientifique contre l'encadrement ?

Par ailleurs, la majorité du comité scientifique, chargé de vérifier la qualité des statistiques produites par les observatoires locaux des loyers, ne serait pas non plus favorable à l'instauration d'un encadrement des loyers à Paris et en France.
Autant de petits signes qui laissent craindre que, malgré la volonté de la mairie de Paris, l'encadrement des loyers y sera appliqué très tardivement.

Un loyer médian entre 32 et 35 euros du mètre carré par mois...

De quoi décevoir une partie des 425.000 locataires du parc privé parisien, la catégorie la plus représentée à Paris intramuros, qui attendent de voir s'ils pourront à l'avenir consacrer une part moins prohibitive de leur revenu pour se loger.

La Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim) du Grand Paris indiquait, par exemple la semaine dernière, que le prix médian au mètre carré pour les biens proposés en location à Paris est de 31,87 euros par mois lorsque le locataire passe par un professionnel de l'immobilier pour louer. Ce prix médian serait même 34,85 euros du mètre carré quand le locataire traite directement avec son bailleur. Et ce, en sachant que, plus la surface est petite, plus le loyer au mètre carré est élevé.

L'Olap, qui raisonne en moyenne, indique, de son côté, que le loyer moyen des emménagements dans le parc locatif privé était de 24,2 euros du mètre carré par mois en 2013.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2014 à 13:55 :
Oui au plafonnement des loyers + transfert de toutes les charges patronnales sur l'immobilier ancien (>10 ans).
=> la bulle va creuver car les propriétaires vont vendre
Il est important que le prix de l'immobilier retrouve des niveaux normaux historiques (diviser par 3 a Paris, soit 3,000 le metre ou 5,000 dans beaux quartiers)

De même, sans charge patronalle plus d'emploi et meilleurs salaires (40% de charge patronnale soit 20% pour entreprise et 20% pour le salarié?)
=> au final
- tous ce qui travaillent + les entreprises vont gagner (hausse des salaires + baisse des couts du travail suite à la suppression des charges sociales)
- Les propriétaires immobiliers qui ne travaillent pas, les fonds d'investissement spécialisés en immobilier (l'argent ne sert pas a l'investissement mais a la spéculation, car pas pour des appartements neufs mais principalement pour acheter de l'ancien) vont perdre (grosses taxes sur l'immobilier va pousser a la vente et faire baisser les prix)

L'equilibre sera atteint lorsque les appartements anciens seront achetés par ceux qui travaillent qui paieront alors en taxe l'équivalent de ce qu'ils paient aujourd'hui en charges patronnales
a écrit le 07/11/2014 à 10:52 :
et dite que la maire de paris est une ancienne collegue de Filoche .
C'est tout dire.
a écrit le 30/10/2014 à 1:20 :
fixer un nouveau plafond quitte a le corriger ensuite retroactivement c'est pourtant moins compliqué que pas mal d'autres nouveaux dispositifs fiscaux ..
a écrit le 29/10/2014 à 16:59 :
Le maire de Paris est déjà prête pour Halloween. En sorcière d'Halloween
a écrit le 29/10/2014 à 16:58 :
en zoomant la photos, j'en déduis qu'elle ne fait pas partie des sans-dents....

je sors.
a écrit le 29/10/2014 à 14:54 :
l'encadrement des taxes c'est pour quand ?
Réponse de le 29/10/2014 à 16:41 :
Elle est bien bonne celle là... Ça existait, ça s'appelait le bouclier fiscal !
a écrit le 29/10/2014 à 14:22 :
Cette fonctionnaire inspectrice du travail à l'ambition maladive va faire beaucoup de mal mais les parisiens l'ont voulue...
Réponse de le 07/11/2014 à 10:54 :
et dire que c'est une ancienne collegue de Filoche!
a écrit le 29/10/2014 à 11:22 :
On nage en plein arbitraire et la République est bien malade : la représentation nationale vote une loi, mais le pouvoir exécutif, chargé d'appliquer les lois, bloque au contraire son application. Que pèse un "comité scientifique" face à la volonté populaire exprimée par le Parlement ? Autant revenir à la monarchie...
Lamentable.
a écrit le 29/10/2014 à 10:55 :
Elle a trompé les "bobos" qui ont voté pour une gauche caviar qui va sans doute se mettre au régime qu'ils imposent eux mêmes aux français.
Les bobos sont des petits snobinards qui ne pensent pas et qui vont voir leurs impôts augmenter et leur salaire diminuer. Mais ils pourront dire : Nous le valions bien et nous le voulions. Paris continuera à voir sa fréquentation diminuer et faire place à une faune qui laisse l'insécurité s'installer.
D'ailleurs chers commentateurs, vous remarquerez que les journaux ne parlent plus d'insécurité alors que toute la France la voit augmenter jour après jour (peut être grâce à la Taubira qui ne parle plus de rien après toutes les conneries qu'elle a faite ou dite)
a écrit le 29/10/2014 à 10:52 :
Franchement, ce n'est pas le moment !!! Il faut laisser respirer les investisseurs pour relancer l'immobilier !!!! Cet encadrement des loyers est encore une sottise à l'aune de l'expérience dans ce domaine. Il y a deux manière de détruire une ville, dit-on : la bombarder ou encadrer les loyers !!!!
Réponse de le 29/10/2014 à 19:21 :
" Il faut laisser respirer les investisseurs pour relancer l'immobilier !!!!" : Pour relancer l'immobilier, il faut que 20% des meilleurs revenus des villes ne soient pas les seuls à pouvoir acheter 50 mètres carrés. On peut demander pour ça 50% de meilleurs revenus de subventionner les rentes, mais autant donner un mot à la chose : Escroquerie.
a écrit le 29/10/2014 à 10:49 :
Plus le gouvernement légifère moins la France se développe.
Les socialistes pourront se targuer d'avoir continuer la besogne des politiciens depuis plus de 20 ans d'avoir tuer toute dynamique économique sous le prétexte d'égalité. En final, c'est l'état qui avec ses taxes et impôts nous asphyxie (cf les 85% de taxes sur le carburants avec des taxes qui taxent des taxes !!!). Ce monde français qui veut tout légiférer est franchement invivable.
Ce pays est fait pour le terrorisme sociale dont les principaux membres sont : les syndicats, les socialistes et les fonctionnaires
a écrit le 29/10/2014 à 10:45 :
Bientôt "petites dictatures" car c'est l'étape suivant le Dirigisme.
Notre pays, dit de Liberté, les perd les unes après les autres et demande plus d'égalité. Mais ceci se traduit par de plus en plus d'Inégalités entre les français. Quand à la Fraternité, regardez nos politiciens qui nous font du théâtre en permanence pour casser le peu de Fraternité qui existe entre les français pour les diviser et essayer de mieux régner.
Pendant ce temps là le monde se transforme jusqu'à nos frontières et la France prend un retard économique "colossal" sous prétexte de Fausses "Libertés, Egalités, Fraternités"
a écrit le 29/10/2014 à 10:39 :
Le secteur de l'immobilier vaut il qu'on y investisse au vu des contraintes.
a écrit le 29/10/2014 à 8:20 :
....ce qui est surprenant, c'est qu'il existe encore des gens pour croire que ce gouvernement en a quelque chose à faire des "sans-dents"....regardez les biens, ils sont tous muti-propio immobiliers ces politicards, de vrais petits rentiers de la politique et de la pierre....vous ne pensiez tout de même pas qu'ils allaient scier la branche sur laquelle ils sont tranquillement assis depuis des lustres.....
a écrit le 29/10/2014 à 8:05 :
On se demande si on vit dans une économie liberale! Il existe un marché avec une offre et une demande et l'état n'a pas à intervenir.
Réponse de le 29/10/2014 à 11:37 :
Tout-à-fait ! Pas d'encadrement, pas d'APL, pas de réduction d'impôts, pas de prêts subeventionnés.
Réponse de le 29/10/2014 à 14:24 :
tout à fait par contre que faire de tous les fonctionnaires qui s'occupent de ces différents sujets. Parce que c'est le seul blocage à une vraie remise à plat nécessaire.
Réponse de le 29/10/2014 à 16:48 :
C'est un problème d'organisation et d'affectation des ressources. Ce n'est pas un blocage, mais un impact parmi beaucoup d'autres à prendre en compte dans le projet.
a écrit le 29/10/2014 à 7:49 :
Et durant le même laps de temps, la municipalité augmentait les taxes propriétaires de près de 80% !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :