Panique boursière sur le titre Japan Airlines

 |   |  368  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Le cours de l'action Japan Airlines est en chute libre ce mardi à la Bourse de Tokyo allant jusqu'au plus bas niveau autorisé. Des rumeurs évoquant une radiation de la cote de la première compagnie aérienne japonaise ont fait courir un vent de panique sur le titre, les actionnaires craignant une perte totale de leur mise.

Le cours de l'action Japan Airlines (JAL) à la Bourse de Tokyo plongeait ce mardi jusqu'au plus bas niveau autorisé par les autorités de marchés. Aucune action JAL ne trouvait preneur dans la matinée sur le marché de Tokyo, malgré un prix de vente de 37 yens, soit 44,78% de moins qu'à la clôture de la séance précédente.

La première compagnie aérienne asiatique, handicapée par quelque 12 milliards d'euros de dettes, a soumis son cas au fonds public des restructurations des entreprises (Etic), organisme qui peut mobiliser des fonds garantis par l'Etat pour voler au secours de groupes en difficulté. Selon les quotidiens Yomiuri Shimbun et Nikkei , l'Etic souhaite une réduction du capital du groupe et sa radiation du marché, ce qui entraînerait une perte totale de leur mise pour les actionnaires. Cette radiation précèderait une injection massive de capitaux publics dans la compagnie aérienne moribonde.

Le conseil des ministres devait se réunir ce mardi afin de prendre une décision sur JAL. Une conférence de presse du ministre des Transports, Seiji Maehara, était ensuite prévue. Le gouvernement devrait ordonner à JAL de déposer son bilan et de se soumettre à une procédure de redressement supervisée par la justice. Jusqu'à présent, les principaux créanciers du groupe militaient pour une procédure de redressement extrajudiciaire, craignant l'effet désastreux en termes d'image d'un dépôt de bilan en bonne et due forme.

Seiji Maehara a rencontré ce mardi les représentants de trois banques créancières du groupe. "Je leur ai exposé la situation et nous avons échangé nos opinions sans fixer de préalables", a expliqué le ministre à la presse après la réunion. Interrogé sur la chute de l'action JAL à la Bourse, le porte-parole du gouvernement Hirofumi Hirano a déclaré pour sa part qu'il s'agissait d'une question relative "au marché", et que les autorités n'avaient pas l'intention d'intervenir dans l'immédiat pour soutenir la valeur du titre de la compagnie. "Le gouvernement ne doit pas faire de commentaire pour l'instant mais contrôler le processus. Une fois la conclusion atteinte, le gouvernement agira", a-t-il souligné.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/01/2010 à 7:15 :
A voir la petite publicite pour NYSE Euronext qui dit "Cliquez pour jouer" c'est tres evocateur.. La bource est toujours concideree comme un grand casino
qui joue avec l'argent des gens productifs.. Notre system entier attendra t'il la grande faillite totale pour changer les regles?
Comment peut on concevoir que des joueurs puissent parier sur des entreprises qui font vivre des milliers de personnes?
Pourquoi n'impose ton pas aux boursicoteurs un minimum d'un an entre l'achat et la revente d'action.
Cela calmerais cette frenesie compulsivive de placements qui ne vise pas le developpement des entreprises a long terme mais la speculation?
Qui oserait se plaindre d'avoir perdu toutes ses economie au poker?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :