EDF : des résultats en demi-teinte mais un titre en hausse

Provisionnant une baisse de la rentabilité des actifs de Constellation Energy, le géant français de l'électricité affiche pour le premier semestre un résultat net en chute de 47%. EDF reconnaît également que l'EPR de Flamanville ne sera pas opérationnel avant 2014. Il annonce enfin la cession de ses réseaux britanniques de distribution à un consortium chinois pour près de 7 milliards d'euros. A la clôture, le titre gagne 0,46%.

2 mn

(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Le géant français de l'électricité a annoncé ce vendredi une baisse de 46,9% de son résultat net semestriel part du groupe. Il s'est élevé à 1,659 milliards d'euros alors que le consensus Reuters attendait 2.522 milliards d'euros. Le résultat net d'EDF a été en fait plombé par une provision de 1,1 milliard d'euros aux Etats-Unis destinées à couvrir des risques liés notamment à la rentabilité des actifs de Constellation Energy.

L'Ebitda du groupe en hausse de 4% à 10,37 milliards (+4,4%) et son chiffre d'affaires (37,513 milliards d'euros en hausse de 7,7%), sont en revanche nettement supérieurs aux attentes des analystes (9,862 milliards pour l'Ebitda et 35,8 milliards de chiffre d'affaires selon Reuters).
EDF a d'ailleurs confirmé viser pour 2010 une croissance organique de son Ebitda (résultat brut d'exploitation) comprise entre 3% et 5%, ainsi qu'un ratio dette nette/Ebitda compris entre 2,5 et 3. L'électricien versera un dividende stable par rapport à 2009.

Le groupe a également annoncé ce vendredi qu'il avait trouvé un accord avec un consortium composé de Cheung Kong Infrastructure (CKI) et Hong Kong Electric qui va reprendre ses réseaux de distribution au Royaume-Uni pour 5,8 milliards de livres (6,9 milliards d'euros).

L'EPR de Flamanville coûtera finalement 5 milliards d'euros

Profitant de l'annonce de ses résultats semestriels, l'électricien public a par ailleurs officialisé le retard du chantier du réacteur nucléaire de nouvelle génération EPR de Flamanville (Manche), dont l'objectif de première production d'électricité commercialisable est désormais fixé à 2014 et le coût réévalué à 5 milliards d'euros environ, soit un milliard de plus que l'estimation initiale. Le groupe avait plusieurs fois répété depuis le début de l'année que l'EPR de Flamanville serait bien mis en service en 2012 pour une vente de l'électricité produite en 2013

EDF a en outre annoncé qu'il visait une production nucléaire comprise entre 405 TWh et 415 TWh en France pour l'ensemble de l'année, avec un objectif de disponibilité de ses centrales nucléaires compris entre 78,5% et 79,5%. Il avait auparavant indiqué qu'il visait un taux de disponibilité de ses centrales nucléaires françaises en hausse de 1,5 point "au moins" en 2010 par rapport à 2009. Ce taux, crucial pour la rentabilité du groupe, avait atteint l'année dernière son plus bas niveau depuis 1992 en raison de grèves et d'arrêts non programmés, à 78% contre 79,2% en 2008. A moyen terme, l'objectif a été fixé à 85%.

Le retard de l'EPR étant attendu, le marché est plus sensible aux bonnes nouvelles. Le titre gagne 0,46% à 32,62 euros à la clôture.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.