Le CAC 40 repart à la baisse

 |   |  637  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Alors que Moody's a dégradé la note de la Grèce à un cran du défaut de paiement, le blocage des négociations pour le relèvement du plafond de la dette américaine pèse sur le marché.

Alors que Moody?s a une nouvelle fois abaissé la note à long terme de la Grèce, les investisseurs s?inquiètent de la situation aux Etats-Unis où un accord relatif au déplafonnement de la dette n?a toujours pas été trouvé. A 12h30, l?indice parisien affiche un repli de 0,43 % à 3.826,08 points.

Après avoir rebondi de 3,12 % la semaine dernière principalement grâce aux avancées sur le dossier de la dette en zone euro, les investisseurs prennent leurs bénéfices dans un climat de d?inquiétudes. Si l?Europe a réussi à trouver un compromis, tel n?est pas le cas outre atlantique où les discussions entre conservateurs et démocrates sont toujours dans l?impasse.

 

Pourtant afin d?éviter que la première économie mondiale se trouve en situation de défaut de paiement technique, le Sénat américain doit voter une hausse du plafond de la dette avant le 2 Août. Les agences de notation attendront-ils jusque là ? Certains craignent que non. En effet, si le consensus des économistes estime qu'un accord interviendra in-extremis, la principale interrogation reste la reprise économique des Etats-Unis. Selon les analystes de BoAMerrill Lynch, la croissance du PIB devrait être moindre par rapport aux deux dernières années. Vendredi prochain, la publication de la première estimation du PIB réel au deuxième trimestre devrait faire ressortir une hausse de 1,5%, contre 1,9% au premier trimestre.

En Europe, les agences ont déjà fait part de leur sentiment après l?adoption du plan de sauvetage de la Grèce. Alors que dès vendredi l?agence de notation Fitch estimait que la Grèce était en défaut partiel de paiement, Moody?s a indiqué avoir dégradé, ce lundi matin, sa note de la dette hellène de 3 crans, à "CA" soit un cran avant le défaut de paiement. Si cette décision semblait prévisible, elle vient conforter les investisseurs qui doutent de l'efficacité de l'accord européen visant à contenir la crise de la dette en zone euro. "Depuis que le risque de contagion à l'Italie et à l'Espagne est avéré, les investisseurs demandent davantage" indique un analyste parisien.

Valeurs en Baisse

Dans ce contexte, les valeurs bancaires sont de nouveau attaquées. Plus forte baisse, Crédit Agricole chute de 3,90 %, suivi de Société Générale (-3,47 %) et BNP Paribas (3,08 %). Un peu plus loin Natixis perd 1,81 %.

Publicis Groupe (- 1,29 %) poursuit son recul entamé vendredi dans le sillage d?une publication semestrielle faisant état d?un recul de ses marges.

Valeurs en Hausse

Unibail Rodamco avance de 1,24 %. HSBC a entamé la couverture diu titre à « renforcer » avec un objectif de cours de 175 euros.

EDF et Areva doivent signer un accord technique et commercial, préalable à un partenariat plus ambitieux signé à la rentrée. Le titre du premier prend 0,40 %, celui du second recule de 0,45 %.

Hors CAC

Sartorius Stedim s?adjuge 2,08 %. La société fournisseur de solutions et équipements pour l'industrie biotech a publié des chiffres semestriels meilleur qu?anticipés et a relevé ses objectifs annuels.

JCDecaux chute de 3,68 %. Revenant sur le dossier du groupe du numéro 2 mondial de la communication extérieur, Citigroup n?est plus à l?achat. L?intermédiaire recommande désormais de « conserver » le titre.

Valéo recule de 1,39 % affecté par l'annonce que sa filiale américaine Valeo Inc, implantée à Troy dans l'Etat du Michigan, avait reçu une demande d'information de la part de la justice américaine dans le cadre d'une enquête antitrust.

Devise et Pétrole

La monnaie unique est stable face au billet vert. A 12h30, un euro s?échangeait contre 1,438 dollar.

Sur le marché du pétrole, les cours du baril sont à la baisse. Le brent de la Mer du Nord se replie de 0,62 % à 117,93 dollars tandis que le WTI perd 0,49 % à 99, 38 dollars.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/07/2011 à 15:29 :
Les investisseurs s'inquiètent de la mise en place des annonces de la semaine dernière sur la Grèce. L'accord conclu jeudi dernier au sommet de la zone euro comporte en effet de nombreuses zones d'ombre..................

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :