Secousses à la Bourse de Paris, après un été florissant

 |   |  208  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le CAC perdait 2,46% ce vendredi, notamment en raison de craintes concernant l'Espagne. En moyenne, au mois de septembre, l'indice s'est également inscrit dans le rouge. Un retour à la réalité après un été marqué par l'euphorie?

La Bourse de Paris perd 2,46% ce vendredi et finissait la séance à 3.354,82 points,  Les craintes d'un ressurgissent concernant l'Espagne. Le pays pourrait être placé dès ce week-end en catégorie spéculative. En outre, la région de Murcie a fait une demande d'aide à l'Etat central, devenant la sixième du pays à solliciter ainsi un sauvetage financier. Ces préoccupations se propageaient également dans le reste de l'Europe. A la clôture, l'indice de Francfort reculait ainsi de 1,01% celui de Londres de 0,65%.

En outre, le projet de budget pour 2013 présenté ce vendredi signale une stricte rigueur avec 36,9 milliards d'euros d'économies projetée. Un nouveau plan d'austérité dévoilé au lendemain de celui de l'Espagne et qui suscite des interrogations quant aux perspectives de croissance.

La rentrée semble s'être révélée plutôt grise pour le CAC 40  qui a enregistré une perte de 2,24% au mois de septembre le CAC 40 . Toutefois, à l'inverse, au cours du trimestre, son indice vedette a connu une progression de 9,93%. "Après l'euphorie de l'été, la consolidation du mois de septembre, on entre clairement dans un marché de correction", commente Jérôme Vinerier chez IG Market, interrogé par l'AFP. Mercredi, l'indice parisien perdait près de 3%.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/09/2012 à 9:21 :
Ce qui est devenu phénoménal, c'est l'hyper volatilité à Paris, mais aussi sur certaines places boursières étrangères. Que Rajoy éternue, et les indices plongent. Si, en plus, les chiffres de l'immobilier ou de la consommation des ménages au Bostwana ou à Tombouctou sont mauvais, c'est encore pire. C'est le grand n'importe quoi, dû essentiellement à la robotisation des passages d'ordres, dont les algorithmes sont tellement dépendants les uns des autres qu'ils font se déclencher des variations exagérées, dans les deux sens d'ailleurs !
a écrit le 28/09/2012 à 21:37 :
C'est marrant ça! Chaque fois que le CAC40 fléchit, c'est jamais de la faute de la France mais celle d'un autre pays... A croire que nous sommes encore plus dépendants de l'étranger que nous ne le pensions!...
Réponse de le 28/09/2012 à 22:36 :
Les entreprises de CAC 40 font les trois quarts de leur chiffre d'affaire en dehors de la France.
Chassons-les si l'on veut être indépendants dans notre petit village Gaulois.
Réponse de le 29/09/2012 à 9:16 :
A Paris et ce jusqu'en début d'après-midi, le CAC40 fléchit suivant les nouvelles de la nuit dans le monde, celles de l'Europe le matin. Hier, elles étaient mauvaises de partout. Mais, en plus, Paris a anticipé une forte chute à New York. Et puis, comme chaque jour, Paris est calqué sur le DJ à partir de 15h30 et ce jusqu'à 22h00. C'est le "double effet Kiss Cool", très très frais hier vendredi...
a écrit le 28/09/2012 à 21:25 :
La cure d'austérité du budget 2013 présentée ce vendredi, fera que le CAC repartira dans le vert la semaine prochaine. Les investisseurs constatent que les socialistes veulent à tous prix, réduire le déficit français.
a écrit le 28/09/2012 à 19:19 :
Oui belle correction a Paris, les autres places on l'air de mieux résister. Heureusement il y a le WE pour digérer la pâtée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :