En perdre son grec

 |   |  403  mots
(Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité commentée par Marc Fiorentino...

Si le gouvernement n'avait pas décidé de supprimer l'étude de ces deux langues au collège, il aurait fallu penser à modifier l'expression "en perdre son latin" tant la situation de la Grèce est incompréhensible. Les déclarations contradictoires se succèdent et le Grexit n'est plus un scénario à écarter. Essayons de comprendre ce qui se passe.

LE FMI ET LE GREXIT

Christine Lagarde a parlé pour la première fois d'une possibilité d'un Grexit. Je ne sais pas si vous comprenez quelque chose à ce qui se passe avec la Grèce. Moi rien. C'est la confusion la plus totale depuis quelques jours. Les jours, voire les heures se suivent, et ne se ressemblent pas. Tsipras annonce l'imminence d'un deal et provoque l'envolée des indices boursiers, le lendemain le FMI évoque le Grexit. Les marchés ne savent plus à quel saint, orthodoxe bien sûr, se vouer. Peut-être le moment de faire un point. Ce qu'on sait c'est que les négociations sont en cours. Et qu'elles n'ont pas abouti. Ce qu'on sait aussi c'est que le FMI est moins conciliant que l'Europe et veut des engagements plus forts du côté des Grecs, ce qui explique la déclaration de Christine.

QUE VEUT LE GOUVERNEMENT GREC ?

Ce qu'on sait aussi c'est que le gouvernement Grec ne veut pas faire plus de sacrifices. C'est la posture de Tsipras pour satisfaire son aile gauche. En réalité, il est prêt à accepter tout et n'importe quoi pour obtenir les quelques milliards dont il a cruellement besoin à très court terme pour payer les salaires des fonctionnaires et les pensions des retraités. Il est prêt à accepter n'importe quoi car il sait pertinemment qu'il ne pourra pas de toutes façons respecter ses engagements. Si on n'y comprend pas grand-chose, c'est qu'on est dans un marché de dupes. En fait ET la Grèce ET le FMI savent qu'aucun deal n'est tenable une fois que l'encre aura à peine séché. On cherche juste à gagner du temps.

PERDU POUR PERDU...

Pourtant le Grexit n'a plus l'air de faire peur. Le FMI, mais également l'Allemagne et d'autres pays du Nord de l'Europe ont déjà travaillé sur les conséquences de ce scénario et considèrent que c'est un scénario grave...

Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/05/2015 à 12:07 :
Pour mettre une situation en responsabilité, il ne faut pas la mettre sous tutelle!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :