L'Allemagne à la tête de la Banque centrale européenne ?

 |   |  328  mots
Marc Fiorentino
Marc Fiorentino (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

Le ministre de l'Économie espagnol va donc devenir dans quelques semaines le vice-président de la Banque centrale européenne...Une nomination qui n'a même pas nécessité un vote puisque le seul rival a préféré se retirer. Luis de Guindos va donc devenir le numéro 2 de la BCE. C'est un événement majeur à plusieurs titres.

UN TOURNANT MAJEUR
Tout d'abord l'Espagne prend, comme elle le souhaitait depuis longtemps, un poste clé au niveau européen. C'est également tout un symbole, le retour de l'Europe du Sud après des années de crise majeure, et une quasi-faillite. Voilà donc, pendant quelques mois, la Banque centrale européenne dirigée par un Italien et un Espagnol. Qui aurait pu imaginer un tel scénario quand la crise battait son plein. Qui aurait pu même imaginer que l'Allemagne laisse toutes les clés à l'Europe du Sud ?

L'ALLEMAGNE À L'OFFENSIVE
On évoque justement un calcul de la part des Allemands. Et c'est peut-être l'élément le plus important de cette nomination. À peine Guindos désigné, on ne parle déjà plus que du remplacement de Mario Draghi. Son mandat prend fin en octobre 2019. Et la bataille va être rude. Le soutien apporté par les Allemands à la candidature espagnole serait la condition pour que ce soit un Allemand qui dirige la BCE. Enfin pour les Allemands car, et c'est pour eux une totale aberration, jamais un Allemand n'a dirigé la BCE alors que l'Allemagne est la première puissance économique de la zone euro.
Pour les Allemands il est temps de mettre fin à ce qu'ils considèrent comme une injustice. Leur candidat c'est Jans Weidmann le patron de la très redoutée Bundesbank, la Banque centrale allemande. Pour les Allemands, la nomination de Jans Weidmann est une évidence.

UNE BCE ALLEMANDE ?
Mais ce n'est pas une...
Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/02/2018 à 11:40 :
En France , nous proposons Jacques Attalli ou pourquoi pas l'autre Moscovichy

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :