Coronavirus : les informations essentielles du mardi 31 mars

 |   |  3750  mots
Emmanuel Macron en visite dans une usine de masques près d'Angers, ce mardi 31 mars.
Emmanuel Macron en visite dans une usine de masques près d'Angers, ce mardi 31 mars. (Crédits : Reuters)
Tout ce qu'il ne fallait pas manquer, mardi 31 mars.
  • 19h15 - Neuf hôpitaux européens s'alarment d'une pénurie de médicaments

Neuf grands hôpitaux européens ont lancé mardi un appel à l'aide face à la pénurie de médicaments pour les patients atteints du Covid-19, appelant leurs gouvernements à plus de "coopération" pour "garantir un approvisionnement régulier" en produits médicaux.

  • 19h03 - Au moins un an avant de disposer d'un vaccin en quantités suffisantes

La mise à disposition d'un vaccin contre le nouveau coronavirus, prêt à être utilisé "à grande échelle", pourrait prendre encore au moins une année, a estimé mardi l'Agence européenne des médicaments (EMA).

L'Agence, installée à Amsterdam, a ajouté que deux vaccins étaient déjà entrés dans une première phase d'essais cliniques, menés sur des volontaires sains.

  • 18h54 - Johnson & Johnson annonce un candidat-vaccin principal contre la COVID-19

l'entreprise Johnson & Johnson a annoncé aujourd'hui la sélection d'un candidat-vaccin principal contre la COVID-19 à partir de constructions sur lesquelles elle travaille depuis janvier 2020 dans le but de fournir un approvisionnement mondial de plus d'un milliard de doses d'un vaccin.

  • 17h01 - Le médecin-chef du principal hôpital de Moscou infecté par le coronavirus
  • 16h42 - Coronavirus : Londres va emprunter le record de 45 milliards de livres sur les marchés en avril

Le Royaume-Uni va emprunter un montant record de 45 milliards de livres au mois d'avril sur les marchés afin de financer les mesures de soutien à l'économie face à la pandémie de coronavirus.

L'agence publique britannique qui gère la dette du pays (DMO) a annoncé mardi dans un communiqué avoir reçu l'autorisation du Trésor pour modifier son programme d'emprunt compte tenu "des besoins financiers immédiats du gouvernement".

  • 16h17 - La Banque nordique d'investissement lève un milliard d'euros spécialement dédié à la lutte contre le coronavirus

La Banque nordique d'investissement (BNI) a levé un milliard d'euros sur les marchés sous une forme inédite en Europe, avec une obligation spécialement dédiée à la lutte contre le coronavirus, a annoncé mardi BNP Paribas, une des banques pilotant l'opération. "C'est une première sur le marché européen, cela s'inscrit dans le cadre des mesures prises en réponse à l'épidémie", a expliqué à l'AFP Agnès Gourc, co-responsable finance et investissement durable chez BNP Paribas CIB.

  • 14h45 - Dubaï va injecter du capital dans la compagnie Emirates

Dubaï a décidé mardi de soutenir Emirates par une injection de capital destinée à aider le transporteur aérien à traverser la crise du nouveau coronavirus qui l'a obligé à suspendre ses vols de passagers.

Emirates Airlines, avec sa flotte de 271 gros-porteurs, est la plus grande compagnie aérienne du Moyen-Orient et une pièce maitresse de l'économie de Dubaï et des Émirats arabes unis en général.

  • 14h05 - Retrouvez l'intégralité de la conférence de presse d'Emmanuel Macron dans cette vidéo

  • 14h01 - Création d'un consortium pour produire des respirateurs

Un consortium de quatre grands groupes industriels (le spécialiste des gaz industriels Air liquide, le spécialiste des équipements électriques Schneider Electric, l'équipementier automobile Valeo et le constructeur PSA) s'est donné pour objectif de construire 10.000 respirateurs d'ici à la mi-mai.

  • 13h45 - Macron qualifie "d'irresponsables" ceux "qui cherchent déjà à faire des procès

Emmanuel Macron a qualifié d'"irresponsables" ceux qui, par leurs critiques de la gestion de la crise du Covid-19, "cherchent déjà à faire des procès, alors que nous n'avons pas gagné la guerre".

"Quand on mène une bataille, on doit être unis pour la gagner. Et je pense que toutes celles et ceux qui cherchent déjà à faire des procès, alors que nous n'avons pas gagné la guerre, sont irresponsables", a déclaré le président à Saint-Barthélemy d'Anjou (Maine-et-Loire). "Le temps viendra" de "la transparence complète", a-t-il ajouté, appelant "d'abord à la dignité et à l'esprit de responsabilité celles et ceux qui construisent des certitudes avec les connaissances d'aujourd'hui quand ça n'était pas celles d'hier".

  • 13h35 - "Nous devons rebâtir notre souveraineté nationale et européenne" (Macron)

Emmanuel Macron a annoncé vouloir "rebâtir notre souveraineté nationale et européenne", en produisant "davantage en France""Le jour d'après ne ressemblera pas au jour d'avant. Nous devons rebâtir notre souveraineté nationale et européenne", a déclaré le président à Saint-Barthélemy d'Anjou, dans le Maine-et-Loire. "Nous avons commencé avant crise. Nous avons passé des réformes qui permettent à notre pays d'être plus compétitif mais il nous faut retrouver la force morale et la volonté pour produire davantage en France et retrouver cette indépendance."

  • 13h32 - Un consortium d'industriels va construire 10.000 respirateurs d'ici mi-mai (Macron)
  • 13h26 - Emmanuel Macron annonce une "dotation exceptionnelle de 4 milliards d'euros" à Santé publique France
  • 13h22 - Masques : Macron souhaite "l'indépendance pleine et entière" de la France "d'ici la fin de l'année"

Coronavirus : Emmanuel Macron visite une usine de masques près d'Angers

[Emmanuel Macron en visite dans une usine de masques près d'Angers, ce mardi 31 mars. Crédits : Reuters]

  • 13h20 - Italie : des supermarchés offrent une réduction de 10% aux plus pauvres

Plusieurs grandes chaînes de supermarchés en Italie ont décidé d'offrir une réduction de 10% aux plus pauvres, dont la situation est rendue encore plus compliquée par l'épidémie.

Parmi les groupes ayant annoncé une telle mesure figurent Carrefour, Conad, Margherita Distribuzione (supermarchés Auchan et Simply) et Coop.

La réduction est effectuée sur les dépenses de ceux payant avec des bons alimentaires distribués aux plus démunis.

  • 13h12 - Royaume-Uni : record historique de ventes dans les supermarchés

Les ventes dans les supermarchés se sont envolées à des records historiques en mars au Royaume-Uni à cause de la frénésie de stockage liée à l'épidémie et aux mesures de confinement, d'après une étude du cabinet spécialisé Kantar.

Les ventes ont bondi de près de 21% sur les quatre semaines achevées au 22 mars précise Kantar, les "ménages faisant leurs courses un peu plus souvent et achetant un peu plus".

  • 13h - Le rebond des marchés ne signale pas la fin de la crise, prévient Sycomore AM

Le rebond observé sur les marchés financiers ne signifie pas la fin de la crise liée à la pandémie et les investisseurs doivent s'attendre à affronter encore des turbulences, dit-on chez Sycomore Asset Management.

"Le rebond va peut-être se poursuivre pendant encore quelques jours mais nous avons la réelle conviction que l'on continuera à avoir beaucoup de volatilité parce que l'on aura un enchaînement de périodes avec des données positives et de reprises du virus dans certaines zones qui amèneront à une certaine crainte", a déclaré Stanislas de Bailliencourt, responsable de l'allocation d'actifs pour la société de gestion, lors d'une conférence téléphonique.

L'impact de la crise sur certaines entreprises ayant jusqu'à présent relativement bien tenu pourrait également compliquer la donne, selon lui.

  • 12h52 - La France appelle à un moratoire sur la dette des pays fragiles

La France plaide pour un moratoire sur la dette des pays les plus fragiles pour les aider à faire face aux conséquences de la propagation de l'épidémie, a déclaré le ministre de l'Économie Bruno Le Maire.

Paris va proposer qu'une aide "massive et immédiate" soit apportée aux pays en développement lors d'une conférence téléphonique avec les ministres des Finances du G20 prévue dans la journée, a-t-il précisé à des journalistes.

  • 12h50 - Lancer des "coronabonds" pourrait prendre 3 ans

La création d'un nouveau mécanisme d'émission en commun d'emprunts obligataires dans la zone euro, réclamée par neuf pays, pourrait prendre jusqu'à trois ans, a déclaré Klaus Regling, le président du Mécanisme européen de stabilité (MES).

Des "coronabonds" pourraient toutefois être émises immédiatement en recourant aux institutions de financement communes existantes, a-t-il ajouté dans un entretien publié par le Financial Times.

Lire aussi : Les "coronabonds" en sept questions

  • 12h47 - Le PIB italien pourrait baisser de 6% en 2020, estime un représentant de l'industrie

L'épidémie pourrait entraîner une baisse de 6% du produit intérieur brut (PIB) italien en 2020, estime Confindustria, la Confédération générale de l'industrie italienne.

L'activité de la troisième économie de la zone euro devrait toutefois se redresser légèrement en 2021, avec une hausse de 3,2%, prévoit-elle.

  • 12h45 - Berlin repousse la préparation du budget 2021

Le gouvernement allemand a décidé de différer le calendrier de préparation du budget 2021 en raison de l'accumulation des incertitudes provoquées par l'épidémie, rapporte le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung citant un document gouvernemental interne.

"Compte tenu du niveau élevé d'incertitudes quant à la suite des événements, nous avons décidé d'abandonner le calendrier précédent", écrit Werner Gatzer, secrétaire d'État rattaché au ministère des Finances, dans ce document cité par le journal.

  • 12h11 - PSA remplace encore son directeur de la région Chine

Le constructeur automobile français PSA (Peugeot, Citroën) a annoncé le départ de son responsable pour la Chine, Carlos Gomes, après seulement deux années à la tête de cette région où le groupe est en grande difficulté.

Il sera remplacé au 1er avril par le secrétaire général Grégoire Olivier, qui cumulera ses fonctions actuelles avec celles de directeur Chine. Fin connaisseur de ce pays, M. Olivier avait dirigé les opérations du constructeur en Asie entre 2010 et 2016, et dirigé la Chine de 2014 à 2016.

  • 12h05 - Esther Duflo appelle à ouvrir grand les vannes de la dépense publique

Esther Duflo, 2009,

[Esther Duflo, prix Nobel d'économie 2019. Crédits : Kris Krüg / via Flickr]

L'économiste Esther Duflo, prix Nobel d'économie 2019, a appelé à ouvrir grand les vannes de la dépense publique pour restreindre les ravages économiques de la pandémie, estimant qu'il "n'y a absolument pas à s'inquiéter de la facture" face à la crise sanitaire.

Elle a aussi plaidé  pour un système d'imposition "extrêmement progressif", c'est-à-dire devenant plus lourd au fur et à mesure que les revenus s'élèvent, afin de financer les systèmes de santé, et de soutenir les ménages modestes.

"Quand on a une grosse crise de demande comme aujourd'hui, il faut injecter des ressources dans  l'économie", ce qui suppose pour les gouvernements qui le peuvent "d'emprunter massivement et de stimuler l'économie autant que possible", a insisté sur la radio France Inter Mme Duflo.

  • 10h35 - American Airlines réclame 12 milliards de dollars d'aide au gouvernement

La compagnie aérienne American Airlines a l'intention de réclamer 12 milliards de dollars (environ 10 milliards d'euros) d'aide au gouvernement pour pouvoir traverser la crise, selon le Wall Street Journal.

  • 10h27 - Le patron de Fiat Chrysler réduit son salaire de 50% pendant 3 mois

Le patron du constructeur automobile Fiat Chrysler, Mike Manley, va réduire son salaire de 50% pendant 3 mois, afin de "protéger la santé financière" du groupe et d'"éviter une réduction de personnel", a-t-il annoncé dans une lettre aux salariés.

Dans cette lettre, dont l'AFP a obtenu copie, M. Manley précise que les membres du conseil exécutif du groupe réduiront leurs salaires de 30% pendant la même période, tandis que le président du constructeur italo-américain, John Elkann, et les membres du conseil d'administration renoncent à leurs rémunérations jusqu'à la fin 2020.

  • 10h15 - Decathlon réserve des masques de plongée au personnel soignant

Après avoir été contactée par "plusieurs hôpitaux", l'enseigne spécialisée dans les articles de sport Decathlon a décidé de bloquer la vente de ses masques de plongée Easybreath afin de les réserver au personnel soignant.

Lire aussi : Coronavirus : comment les masques de Décathlon ont équipé des respirateurs

  • 10h13 - Le président de l'Eurogroupe met en garde contre une "fragmentation" de la zone euro

Le président de l'Eurogroupe, Mario Centeno, a mis en garde les ministres des Finances européens contre le risque d'une "fragmentation" de la zone euro, dans une lettre dont l'AFP a pris connaissance.

"Inévitablement, nous sortirons tous de la crise avec un niveau d'endettement beaucoup plus important", écrit dans ce courrier M. Centeno, qui est aussi ministre des Finances du Portugal. "Mais cet effet et ses conséquences durables ne doivent pas devenir une source de fragmentation", ajoute-t-il.

  • 10h05 - La Région PACA dévoile son plan Marshall

En injectant 1,4 milliard d'euros dans les différents secteurs et filières affectés par le Covid-19, la Région et son président, Renaud Muselier, veulent apporter oxygène financier et réponses en besoins matériels. Un vaste plan destiné à aider ceux qui sont en première et en seconde lignes : comprendre les soignants et les entreprises.

  • 9h53 - Le Conseil d'État saisi afin de réquisitionner des usines

5 associations de soignants, patients et juristes ont demandé au Conseil d'État de "contraindre" le gouvernement à réquisitionner les usines permettant de fabriquer les masques, tests et médicaments nécessaires à la lutte contre l'épidémie.

Leur requête, dont l'AFP a obtenu copie, a pour but "de mettre fin aux hésitations de l'exécutif" et "de contraindre le Premier ministre à prendre immédiatement les mesures réglementaires de réquisition telles qu'elles sont permises" par la loi d'urgence promulguée la semaine dernière.

  • 9h44 - Le coronavirus invite à repenser l'investissement

Comme le changement climatique avant elle, la crise provoquée par la pandémie rappelle aux sociétés de gestion la nécessité de revoir leur stratégie d'investissement dans un monde en mutation, dit-on chez Schroders.

"La propagation inexorable du coronavirus nous rappelle que les problèmes environnementaux et sociaux constituent des risques financiers de plus en plus manifestes, que les investisseurs doivent gérer de manière appropriée", écrit Andrew Howard, responsable de la recherche durable pour la société de gestion, dans une note.

  • 9h27 - Le tourisme très fortement touché en France

Coronavirus: le musee du louvre rouvre apres trois jours de fermeture

[Des touristes sont photographiés devant le Louvre, à Paris, le 2 mars 2020]

Les conséquences de la baisse de fréquentation touristique en France du fait de l'épidémie pourraient être de 40 milliards d'euros sur un trimestre, a estimé le secrétaire d'État aux Affaires étrangères, Jean-baptiste Lemoyne.

"La France, c'est la première destination touristique mondiale, cela veut dire que c'est un impact qui, ramené à un trimestre, peut être de 40 milliards d'euros, ce qui est considérable", a déclaré Jean-baptiste Lemoyne au micro de RMC, assurant que l'État faisait le nécessaire pour aider les entreprises concernées "à passer le cap".

  • 9h17 - La Bourse de Paris ouvre en hausse

La Bourse de Paris a démarré la séance sur une note d'optimisme (+1,35%), le marché se raccrochant aux signes encourageants sur la contagion en Italie, où la progression des nouveaux cas positifs recensés n'a jamais été aussi faible.

À 09h00 (07h00 GMT), l'indice CAC 40 prenait 59,27 points à 4.437,78 points. Lundi, il avait gagné 0,62%.

  • 9h04 - Appel à la "solidarité nationale" pour le fond de solidarité

Particuliers et entreprises pourront bientôt apporter leur contribution au fonds de solidarité mis en place par le gouvernement français pour soutenir les petites entreprises pénalisées par la crise sanitaire en cours, annonce le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin.

"Je lance un grand appel à la solidarité nationale. Beaucoup de particuliers ou d'entreprises nous demandent comment participer et nous aider. Tous ceux qui le souhaitent pourront le faire prochainement, via une plateforme de dons que nous allons mettre en ligne", a déclaré Gérald Darmanin dans une interview publiée par Le Figaro.

Lire aussi : Coronavirus : les petites entreprises bénéficieront du fonds de solidarité dès 50% de perte de chiffre d'affaires

  • 8h55 - Près de 21.000 entreprises ont eu recours au prêt garanti par l'État

Environ 21.000 entreprises ont déjà effectué une demande de prêt garanti par l'État pour sauver leur trésorerie mise à mal par l'arrêt ou le ralentissement de leur activité du fait du confinement, a annoncé le ministre de l'Économie Bruno Le Maire.

Avec un montant moyen de 135.000 euros accordé par entreprise, ce sont "déjà 3,8 milliards d'euros" qui ont été mobilisés par les banques via ce dispositif, a détaillé le ministre sur Radio Classique.

Lire aussi : Le prêt garanti par l'Etat, comment ça marche ?

  • 8h52 - La Bourse de Tokyo finit dans le rouge

Après avoir d'abord embrayé sur les gains de Wall Street la veille, la Bourse de Tokyo a progressivement perdu son élan et clôturé dans le rouge, cédant de nouveau face aux inquiétudes liées à la pandémie.

L'indice Nikkei des 225 valeurs vedettes japonaises a lâché 0,88% à 18.917,01 points, tandis que l'indice élargi Topix a glissé plus lourdement (-2,26% à 1.403,04 points).

  • 8h41 - Plus de 500.000 entreprises ont demandé à bénéficier d'un report de charges

Boulanger

[Photo d'illustration. Crédits : Reuters]

Plus de 500.000 entreprises ont demandé à bénéficier d'un report de charges sociales en mars, "ce qui est équivalent à 3,8 milliards d'euros de cotisations qui n'ont pas été prélevées sur les 9 milliards d'euros alors appelées", a indiqué le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin.

  • 8h37 - Les Vélib' gratuits jusqu'à la fin du confinement

Les Vélib', vélos en libre-service dans la région parisienne, seront gratuits jusqu'à la fin du confinement, a annoncé leur exploitant, limitant cette mesure à des trajets de moins d'une heure afin de la réserver aux déplacements autorisés.

  • 8h30 - Hermès annonce qu'il ne recourra pas à de l'aide publique

Le groupe français de luxe Hermès ne recourra pas aux aides publiques mises en place pour aider les entreprises face au coronavirus, a-t-il annoncé, promettant en outre 20 millions d'euros pour les hôpitaux de Paris.

Hermès "maintiendra le salaire de base de ses 15.500 collaborateurs en France et dans le monde sans avoir recours aux aides publiques exceptionnelles des différents États", a déclaré le groupe dans un communiqué.

  • 8h16 - Airbnb verse 250 millions de dollars à ses hôtes pour atténuer les annulations

La société Airbnb a annoncé qu'elle allait débloquer 250 millions de dollars pour atténuer les pertes financières des "hôtes" qui louaient leurs logements via sa plateforme et qui ont été confrontés à une vague d'annulations.

  • 8h03 - Les ministres des Finances du G20 se retrouvent en vidéoconférence

Les ministres des Finances et les gouverneurs des banques centrales des pays membres du G20 vont organiser ce mardi une deuxième visioconférence avec pour but de renforcer les mesures contre la pandémie, ont indiqué les hôtes saoudiens.

  • 7h58 - Plus de 16.500 salariés d'Air Canada au chômage technique

Air Canada a annoncé qu'elle allait mettre au chômage technique plus de 16.500 employés, soit près de la moitié de ses effectifs, et diminuer son activité de 85% à 90% au deuxième trimestre.

Ces mesures "temporaires" toucheront 15.200 employés et 1.300 gestionnaires à partir du 3 avril, détaille dans un communiqué la première compagnie aérienne canadienne, touchée de plein fouet par la crise.

  • 7h52 - Rebond vigoureux du pétrole en Asie

Les prix du pétrole ont rebondi en Asie, après avoir connu des niveaux historiquement bas, les investisseurs se félicitant des mesures de relance prises par les États face à la crise.

Le baril de WTI pour livraison en mai, référence sur le marché américain, était en hausse de 6,27% à 21,35 dollars vers 3h40 GMT, tandis que le Brent de la mer du Nord gagnait 1,93% à 23,2 dollars.

  • 7h42 - Chine : rebond surprise de l'industrie mais un scénario noir menace

Coronavirus : un ouvrier travaille sur une ligne de production dans une usine en Chine

[Un ouvrier travaille sur une ligne de production dans une usine en Chine, le 2 mars 2020. Crédits : Reuters]

L'activité manufacturière en Chine, qui s'était effondrée en février, a connu en mars un rebond surprise, mais la Banque mondiale s'alarme désormais d'un risque de croissance zéro pour la deuxième économie mondiale.

L'indice des directeurs d'achats (PMI) pour le mois de mars s'est établi à 52 points contre 35,7 en février, un plancher historique, a annoncé le Bureau national des statistiques (BNS).

En janvier, la Banque mondiale tablait encore sur une croissance de 5,9% pour le pays. Mais si les effets de la pandémie se font ressentir plus longtemps qu'escompté, le scénario du pire pourrait bien se concrétiser. Et la croissance du géant asiatique dégringoler à presque rien, 0,1%, a prévenu l'institution de Washington.

  • 7h37 - Des salariés de Whole Foods (Amazon) se mettent en grève

Des salariés de l'emblématique magasin bio Whole Foods, propriété d'Amazon, vont se mettre en grève ce mardi, inquiets pour leur santé et leur portefeuille, dans un secteur où les salaires sont souvent faibles et les situations précaires.

Les salariés demandent de meilleures conditions financières et des mesures d'hygiène et de sécurité renforcées. La veille, des salariés d'un entrepôt new-yorkais d'Amazon et de la plateforme de livraison de courses Instacart avaient déjà cessé le travail.

  • 7h30 - Turquie : le virus grippe l'économie convalescente

Après des années d'inflation élevée et d'instabilité monétaire, la Turquie semblait entrevoir le bout du tunnel. Puis l'épidémie a frappé, menaçant de faire rechuter une économie aux défenses fragilisées.

Avant la pandémie, le gouvernement tablait sur une croissance du produit intérieur brut de 5% cette année. Mais cet objectif semble désormais hors d'atteinte et le président Recep Tayyip Erdogan a été contraint de mettre sur pied un plan de relance en urgence pour sauver les meubles. Mi-mars, il a annoncé le déblocage de 14 milliards d'euros pour soutenir l'économie.

(Avec AFP, Reuters et les journalistes de La Tribune)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/04/2020 à 21:44 :
Je crains que M. Macron soit le seul à vouloir de cette UE , car l’Allemagne a « déjà pris « une autre direction ... je la voie bien quitter le bateau , elle a besoin de «  personne «  elle...

L’Allemagne a gardé ses fins de chaînes de production ... j’ai vraiment de la «  colère «  qui monte quand je pense aux balivernes du PS et à L ´UMP , la droite ... a l’époque quand ils ont autorisé toutes les délocalisations industrielles en France vers d’autres pays

Eux ils ont décidés ça , les populations ont payé à 100% et paye toujours ( travail , santé , vie ...)
a écrit le 01/04/2020 à 13:37 :
L' Union européenne : ultimes gesticulations ante-mortem ? Comment l’Union européenne pourrait-elle aider directement des États en difficulté puisqu’elle ne dispose pas de la possibilité de se mettre en déficit sans garantie de remboursement de ces mêmes États ?

Quant à la remise au goût du jour du mécanisme de protection civile RescUE, l’échec risque d’être encore plus cinglant puisque l’utilisation d’un tel fonds nécessite une solidarité directe entre les États, alors que l’heure est au chacun pour soi, et qu’aucun gouvernement n’ose se revendiquer de l’Union européenne.

Il n’aura pas fallu plus d’une semaine pour révéler au grand jour que cette construction européenne de plusieurs décennies n’était qu’un happening juridique pouvant voler en éclat à tout moment pour laisser place à ce qui existe réellement : la décision politique verticale, c’est-à-dire tout ce que le « projet européen » ne connait pas et s’est même acharné à saboter depuis maintenant plus d’un demi-siècle.

Le service public hospitalier, l’armée, une vraie monnaie, la politique industrielle, les frontières, la politique économique et commerciale (un exemple : le « zéro stock, zéro délai » prôné par les néo-libéraux s’avère aujourd’hui être une aberration), etc. En bref, tout ce qui freine la progression mortifère du libre marché.
a écrit le 01/04/2020 à 11:52 :
Heureusement si on peut dire ...
Il y a DECATHLON
mais nos braves médecins (suppôts des laboratoires) comme pour le dérivé de la quinine et "en temps de guerre" ne veulent pas les utiliser car ils ne sont pas homologués. C'est comme le document INSEE pour les masques 36 pages 150 spécialistes pour que l'on ai tout ça dans six mois que la crise sera finie et que l'on aura 20'000 morts. Conclusion: ils ont prêtes serment pas à Hippocrate mais à l'Ordre et aux Laboratoires.
Rien que leurs dires et affirmations à la TV devraient leurs valoir la correctionnelle immédiatement.
a écrit le 01/04/2020 à 9:32 :
Il serait temps de mettre aux manettes des prix Nobel, cette jeune personne expose du bon sens hélas je crains qu'elle soit aussi ballonnée que Maurice Allais "le fondement de la crise: l'organisation du commerce mondial" - un exemple supplémentaire. Pour le reste dans cette circonstance chacun devrait faire des efforts, retraités comme actionnaires. Quand à la relocalisation, commençons par réduire les gaspillages et nos surconsommations, nous avons tous en mémoire un exemple sitôt acheté sitôt jeté... Enfin conservons un œil sur la guerre du pétrole qui se déroule derrière le rideau..
Réponse de le 01/04/2020 à 12:13 :
"je crains qu'elle soit aussi ballonnée"

Un peu de gaz ,c'est rien
a écrit le 01/04/2020 à 8:26 :
@ Biglouton et autres
L'article parle de relocaliser la production en France. C'est tout à fait faisable d'organiser des filières commandes-fournisseurs dans le service public. La police française utilise des voitures françaises, l'Italienne des alfa Romeo, et l'Allemande des BMW. Avec 80 Mds d'€ de commande publique en France, il est tout à fait possible de revitaliser certains secteurs, indépendamment de Bruxelles. il faut juste une volonté politique. tant mieux si Macron s'en découvre une.
Pour le reste, tout ce qui est excessif est dérisoire. Dixit Talleyrand, que vous devriez bien connaître vous qui vous présentez en héraut de la nation française. Tout ce que je dis est purement factuel:
26 Commissaire plus la Présidente Von der Leyen ça fait bien 27, pas 28. Il va falloir réapprendre à compter à l'UPR.
L'article 63 permet 50 Mds d'investissements étranger en France, pas 100 Mds d'évasion fiscale qui de toute façon existait bien avant le TFUE. Pour les achats d'entreprise, un règlement de 2019 clarifie les conditions et permet aux Etats d'intervenir pour empêcher des acquisitions contraires à leurs intérêts. J'ajoute que Sarkozy avait empêché la revente d'Alstom à Siemens en 2007 en s'opposant au Commissaire Monti à l'époque. Ce qui montre que beaucoup de choses sont possibles si on a la volonté politique.
Dieu est mort paraît il, mais heureusement que l'UPR nous propose une religion de remplacement. Bonne journée dans vos certitudes. Ca aide
Réponse de le 01/04/2020 à 9:52 :
La secte UPR fatigue tout le monde avec ses copiés collés d'inepties et autres logorrhées de bistrot....
Réponse de le 01/04/2020 à 11:23 :
@ABC vous n' apprenez pas des échanges, mais il est vrai que vous n' êtes pas là pour ça. Macron n'a pas été mis là, d' abord retenu par l' UE néolibérale puis installé à coups de marketing massif pour faire le bonheur des français mais pour articuler la partition des GOPE au pays France, pour dépecer les service publics (comme l' hôpital public) sur exigence des GOPE-de-Bruxelles, en l' occurrence les article 121 et 106 du TFUE. Et cela durera tant que la France n' aura pas recouvré souveraineté et démocratie et donc une politique indépendante c' est-à-dire tant que durera l' appartenance à l' UE.


Vous aurez remarqué que la France était dans la rue pour soutenir la "volonté politique!" de votre Macron et bissait en entrée de crise parce qu' elle avait bien senti en lui l' homme de la préparation au règlement de ladite crise qu' il avait en partie créée par l' ..ajustement des stocks. Le vieux dicton qui dit qu' il ne faut jamais compter sur les gens qui ont créé une crise pour la régler amène à penser que les français l' avaient tout aussi globalement compris.


Tiens, tiens vous nous concédez au deuxième jet! que les 100 milliards de fraude et d' évasion fiscales existent mais pas encore tout à fait que l' article 63 empêche de l' ..empêcher, ça vient. L' article 63 du TFUE ami est celui qui permet et légitime cette fraude et tant que dans l' UE, vous ne pourrez pas l' empêcher ; en regard la somme d ' investissement étranger en France que permet cet article est tout simplement dérisoire.

S' agissant d' empêcher la prédation d'une entreprise par un tiers ou chinois ou us, il faut l' autorisation des 28, euh 27 depuis le retentissant départ anglais qui vous a tant secoué, Sarkozy dans votre exemple n' y a pas échappé.

A bientôt, et revenez en meilleure forme. Je vous sens comme de petites aigreurs intestines...
Réponse de le 01/04/2020 à 14:31 :
Je ne concede rien du tout, et certainement pas les chiffres delirants de l UPR. Je precise que je ne suis ni Macroniste, ni Eurolatre. Mais j ai suffisamment travaille dans ce pays et dans d autres pour me faire une idee par moi meme sans devoir repeter le pret a penser de l un ou l autre parti. Prenez soin de vous et Portez vous bien
a écrit le 01/04/2020 à 7:31 :
La relocalisation est un vœux pieux

Si c est trop cher a produire alors ce sera produit ailleurs.

L absence de masques en début de crise est du aux décharges comptables successives des gouvernements.

Les stocks sanitaires c est comme les obus ca ne se fabrique pas le jour j.

La prochaine crise sera le manque de munitions lors de la prochaine guerre
... on a stoppé toutes les chaînes de production nationales
a écrit le 01/04/2020 à 4:58 :
Même si l'on ne change pas de monture au milieu du gué, il finira par venir une heure où un bilan clôturera la sinistre parenthèse de ce qu'il faut espérer la seule pandémie du XXI° siècle.

En y réfléchissant posément, si l'événement n'a pas été encore plus catastrophiques, il n'a pas non plus été dénué d'importance et sans conséquences. Il ne restera pas non plus sans une nécessité absolue de revoir tout le mode de vie délétère qui a gangrené une situation déjà très difficile par elle même.

Il conviendra d'en tirer tous les enseignements et d'en analyser pleinement toutes les réorientations qui devront être mises en oeuvre, réorientation sur l'organisation de la santé publique, réorientation sur les fabrications et approvisionnements de tous biens consommables et non consommables relevant de la suffisance alimentaire, médicale, produits finis industriels, énergétique... etc... Réorientation sur les obligations financières des secteurs boursiers, sur les efforts contributifs de solidarité, et bien d'autres encore. Réorientation aussi sur la simple sécurité de la République et des français, bien avant celle de l'U.E. qui n'a pas su protéger ses peuples et qui a favorisé une évaporation des autosuffisances par un ultra-libéralisme hors de tout sens commun.

Il faudra surtout qu'aucun personnage, qu'il soit politique ou autre n'échappe à la responsabilité des choix et des actes délibérément contraires à une gestion saine et équilibrée des affaires publiques. Aucune échappatoire ne doit être acceptée d'aucun personnage à quelque niveau qu'il se soit trouvé.
Cela signifie que personne ne devra se retrancher derrière ce paravent « responsable mais pas coupable » et celui qui aura fait barrière à l'élémentaire bon sens devra en répondre réellement sur le patrimoine de sa position et de ses biens, car s'il a contribué à provoquer une faillite il faudra qu'il passe à la caisse.

En tout premier lieu les faits et gestes des grands acteurs « irresponsables » du drame devront être passés à la loupe, et derrière eux tous les prédécesseurs et conseillers qui ont orienté leurs décisions et qui se cachent dans l'ombre de l'anonymat.

Il faut que cesse la course des pantins aux avant-postes de la représentation nationale... plus de tripatouilleurs, de tricheurs, de menteurs, de hâbleurs, bonimenteurs et autre farineux de la grande gueule. Chacun devra être déclaré responsable de ses fadaises et en payer le prix, au minimum en se voyant redevable de tous les émoluments à eux payés par des collectivités.

La représentation nationale et le monde politique doivent reconquérir leurs lettres de noblesse en s'imposant des obligations et devoirs de probité et d'honnêteté absolues. Pas d'homme public sans un passé et présent sans tache. Aucune compromission personnelle tolérée.
A ma connaissance, un seul Président a répondu à ce standing de valeur morale. Il s'agit bien du Président De Gaulle qui réglait personnellement ses notes d'électricité lorsqu'il travaillait tard le soir à l'Elysée.
Remarquons qu'une absolue probité est exigée sans aucune tolérance de la part de tout fonctionnaire d'Etat ou agent public des plus petites ou moyennes couches sociales. Alors, là où on exige une conduite sans faille au plus petit niveau, il faut qu'elle soit encore plus infaillible au plus haut niveau.

D'un autre côté comment peut on verbaliser un promeneur qui s'éloigne à plus d'un kilomètre de chez lui sans avoir une attestation en règle et laisser un personnage politique impuni quand il a causé des milliers de morts par manquement à ses devoirs ou compromission.

Responsable mais pas coupable... Basta.
Réponse de le 01/04/2020 à 7:27 :
Blablabla

Incorrigible sachant maître du yakafokon
Réponse de le 01/04/2020 à 10:05 :
Très bonne analyse.
Je doute fortement, hélas, que l'on tire les enseignements de cette crise.

"Plus rien ne sera comme avant" entend-on ici et là.

C'était EXACTEMENT le même refrain après la grande boucherie de la première guerre mondiale, de la seconde guerre mondiale, du génocide, de mai 68, du 10 mai 81, des lois d'autoamnistie de la France d'en haut, de la chute du mur de Berlin, de la guerre du Golfe, du 11 septembre 2001, des attentats terroristes.

"Il y aura un avant et un après" entendra-on ici et là.

Et puis…

Il y aura une minute de silence dans tout le Pays. Une stèle sera créée à la mémoire du personnel soignant, dans les hôpitaux. Des décorations seront attribuées, des lettres de remerciements seront adressées par la Présidence. Des lois cadres votées seront peut-être appliquées pendant 4 ou 5 ans. Il y aura une grande loi sur la réforme de l'hôpital. Il faudra toujours et encore faire venir de la main d'œuvre étrangère car selon la légende: "On en a besoins. Les Français ne veulent pas travailler, sinon on ne serait pas obligé".

La "noire finance" continuera d'alimenter les circuits financiers internationaux. Son lessivage permettra aux intermédiaires et bénéficiaires de dégager de très confortables revenus. Les lanceurs d'alerte (sanitaire) seront ridiculisés, dénoncés, éliminés. Toujours plus de communautarisme, toujours plus d'accommodements raisonnables sur l'autel du "IFO bien que, IZON le droit de, pas de stigmatisation". Une Agence Centrale pour la Reconstruction Economique Sociale et Environnementale (ACRESE) sera créée sous le contrôle du ministère de <> avec un point de situation organisé par les préfets, les services publics départementaux, les représentants des entreprises et des salariés tous les mois pour (faire quoi ?). "On n'a pas de budget".

Jusqu'à la prochaine fois …
a écrit le 01/04/2020 à 3:42 :
Macron qui parle de dignité... C’est ridicule. Non seulement il n’a pas été bon dans la gestion de cette crise, mais en plus, ceux sont les choix qu’il défendait et que ceux qui l’ont nommé défendait qui rendent cette épidémie si tragique. Les gens travaillent pour la résoudre, mais ni derrière Macron, ni main dans la main. On ne peut pas d’un côté vouloir vider la nation de sa substance et de l’autre s’y référer quand ça arrange. Ce monsieur et ses amis sont finis. Ils le savent, mais s’évertuent à se convaincre qu’ils existent encore.
a écrit le 31/03/2020 à 22:22 :
"Nous devons rebâtir notre souveraineté nationale et européenne" (Macron)
Pourquoi ne pas en profiter pour nationaliser ALSTOM-ENERGIE , entreprise très stratégique bradée aux Américains dans des conditions plus que douteuses ?
a écrit le 31/03/2020 à 21:55 :
@ Biglouton
Rendre une capacité de production dans le domaine, c'est faisable si on décide de réorganiser la dépense publique avec des fournisseurs nationaux, ce qui peut aussi être compatible avec les règles EU. Il y a pléthore de secteurs présentés comme stratégiques pour lesquels il est tout à fait possible de s'affranchir des règles EU si on le veut (batteries, spatial, micro électronique, santé...). C'est pas l'Europe qui empêche ça, mais une certaine interprétation de l'Europe.
Dire que l'Europe a amené la paupérisation de la santé en France relève des fake news. La France consacre plus de 11% de son PIB à la santé, elle est numéro 1 de la dépense par habitant en Europe. Ce ne sont pas les fonds qui manquent par rapport à des pays mieux organisés, mais une meilleure organisation des dépenses. La France dépense plus par habitant que l'Allemagne mais celle ci a 25000 lits équipés quand nous en avons 5000. Cherchez l'erreur.
L'UE n'a pas 28 Commissaires mais 27. Ils n'ont pas le pouvoir législatif, seulement de proposition. Le choix législatif est fait en co-décision avec le Parlement et le Conseil, et c'est très souvent le Conseil (les Etats) qui ont le dernier mot. Voir par ex. le budget.
Contrairement à ce qui est dit, l'article 63 ne permet pas l'évasion des capitaux mais les investissements étrangers. La France fait partie des premiers bénéficiaires de ces investissements. Par ailleurs, l'article 65 donne tout pouvoir aux Etats de réguler ces flux en fonction de ses intérêts.
Il est tout à fait faux d'aussi dire que n'importe quelle entreprise US ou Chinoise peut faire son marché en Europe. Il existe des mécanismes de screening puissants mis en place au titre des FDI (foreign direct investments) dans de multiples domaines et les Etats sont compétents pour les activer.
Pour ce qui est de l'ouverture des frontières, l'effort principal a porté sur l'ouverture des frontières pour les produits de première nécessité, notamment médical, pour atténuer l'effet des décisions prises par les Etats ayant décidé de fermer leurs frontières.
Question dogme les frexiteurs ne sont pas mal non plus.
Réponse de le 31/03/2020 à 23:19 :
En fait vous venez réencoder en novlangue bruxelloise ce que nous décodons à l' UPR !


Au hasard et en vrac, quelques reprises sur votre maillot Captain Europ déchiré :


"L'UE n'a pas 28 Commissaires mais 27. Ils n'ont pas le pouvoir législatif, seulement de proposition. Le choix législatif est fait en co-décision avec le Parlement et le Conseil, " C ' est tellement plus marrant de continuer à 28! Vous nous lisez là la bible européiste que nous connaissons déjà par coeur ?

Les 28! commissaires décident bel et bien du législatif et de l' exécutif, le parlement ne sert à rien, à donner un petit vernis démocratique, dixit VGE QUI A CREE CE PARLEMENT, cf vidéo "Le Parlement Européen ne sert à rien, je le sais, c'est moi qui en suis à l'origine" (Giscard)

L' article 63, celui des délocalisations donne aussi libre circulation des hommes et des capitaux et permet bel et bien exil et fraude fiscaux, 100 milliards annuels pour la seule France !

L' article 63 permet à n' importe quelle entreprise de racheter ce qu' elle veut quand elle veut sauf sur certaines options de défense sur laquelle il faut s' accorder à 28! ...!

La France dépense moins dans son système de santé parce qu' elle a été, comme tous les pays du sud, rincée économiquement par l' UE et ses GOPE , vous avez tous les chiffres ici : "Les illusions économiques de l'Union européenne" de CH Gallois,

Travaillez vos dossiers ami, vous êtes trop loin du plat pour saucer !
Réponse de le 01/04/2020 à 0:55 :
"Dire que l'Europe a amené la paupérisation de la santé en France relève des fake news" Vous avez raisons, l'europe à bon dos en réalité, c'est les politiques qui pourrissent nos hopitaux. La droite en particulié étant donné qu'on subis des politiques de droite depuis... Bien avant la Veme république.

Le problème est le clientélisme des politique et c'est l'essence de la droite.

"...et c'est très souvent le Conseil (les Etats) qui ont le dernier mot" vous êtes en train de confondre états et dirigeants...

@ bigloudon et @ABC

Je suis désolé, je n'avait pas compris que vous vous batiez sur ce que devait être la droite. Pour autant vous avez oublié de prendre en compte les Macroniste et le PS qui sont clairement de droite il me semble... "i am pro buisness" comme dirais l'autre.

Moi je suis un enfant de l'europe mais pour moi elle n'existe pas encore. Il n'y à pas de démocratie directe. Dire que l'UE existe, c'est comme dire que dieu existe.

Ce n'est pas scientifique.
a écrit le 31/03/2020 à 20:02 :
C'est le roi d'Agobert qu'a mis sa culotte a l'envers....

500 morts par jour, c'est vrai que le chef revient du café ou je n'y comprend rien !!!
Réponse de le 01/04/2020 à 10:54 :
500 morts par jour... et alors?

Il meurt 600 000 personnes en France, par an (1650/jour, un peu plus en hiver), pour des raisons diverses et variées.

Beaucoup des victimes du coronavirus sont des rescapées de la grippe saisonnière, qui a été clémente cette année du fait du climat (3300 cas seulement). Les chiffres de mortalité dans les EHPAD vont surement faire sursauter mais la réalité c'est que ce sont les dernières demeures de beaucoup de monde.

S'il y a surmortalité, elle reste à évaluer et elle est loin de constituer une extinction biologique planétaire pour notre espèce.

Je constate que les autorités sont devenues hystériques à ce sujet et sont en train de contaminer les populations en leur inoculant un virus pire encore... LA PEUR ! irraisonnée et mauvaise conseillère.
a écrit le 31/03/2020 à 19:46 :
Macron l' européiste pavlovien, celui qui a tout donné à l' UE et surtout la satisfaction de plomber l' hôpital public sur ordre, articles 121 et 106 du TFUE, pour aller au privé e vient nous dire qu' il faut revenir à une souveraineté des ..masques ? Et le reste ?

L ' UE, celle des 28 commissaires non élus mais cooptés qui disposent à la fois du législatif et de l' exécutif, -le reste ne servant à rien sauf à projeter un vernis ..démocratique-, qui ponctionne le fric et nous demande de dire merci quand elle condescend à nous en rendre un petit bout ?


L' UE celle qui commande l' ouverture asymétrique des frontières via l' article 63, qui ne produit rien depuis 10 ans sinon du transfert d' économies vers l' Allemagne pour cause d' euro trop fort pour tous les pays du sud et malgré tous les signaux d' alerte ?

L' UE, seule zone du monde en déficit depuis 10 ans et qui permet à n' importe quel chinois ou américain de se goinfrer n' importe quelle entreprise européenne, où qu' elle soit posée dans l' UE et sans qu' aucun intervenant ne puisse l' empêcher ?

L' UE dogmatique, celle des frontières qu' il ne fallait surtout pas fermer pour ne pas contrarier le dogme face à Covid, celle qu' on nous a vendue en ralliant des politiques qui ne nous représentent/aient pas, qu' on a entretenu avec force propagande dans la presse subventionnée et les médias copains via le catéchisme européiste quotidien et qui vient de faire la nouvelle preuve, dans la crise sanitaire, de son inutilité et de sa dangerosité, cette UE là doit mourir pour que l' Europe vive.

Frexit, vite ...CQFD_
a écrit le 31/03/2020 à 18:43 :
Vive la République
Vive la france
a écrit le 31/03/2020 à 18:41 :
On devrais faire un masque pour filtrer les paroles des politiques qui ferrais mieux de se taire.

Il le fait et il se tais, c'est tout ce qu'on lui demande. Il était où quand il à fallu tapper dans les finances des hopitaux sous hollande? à l'économie. Donc il se tais et il envoie Veran soigner des malades. Il n'y a, par définition, pas d'école pour être un politique car c'est sensé être un acte citoyen. On a besoin de médecin et pas des citoyens (ils sont confinés).

Alors au boulot la haut et arrêtez de vous regarder le nombrile.
a écrit le 31/03/2020 à 18:28 :
Le virus se fiche que les masquent proviennent de Chine, de France ou du Zimbabwe.
Le virus ignore les injonctions ou les incantations politiciennes. Le virus n’a pas de carte d’adhérent à un parti et il n’a pas non plus de carte électorale.
a écrit le 31/03/2020 à 18:21 :
Les masques, la souveraineté, la France, l' UE souveraine ?! Une farce.

En général, comme le rapporte le magazine d’information « Contropiano », pour Chomsky « les démocraties européennes sont en plein effondrement, quelle que soit la couleur politique des gouvernements qui se succèdent au pouvoir ».


Ils sont « finis », les démocraties du vieux continent – Italie, France, Allemagne, Espagne – parce que leur sort « est décidé par des bureaucrates et des dirigeants non élus, qui siègent à Bruxelles. La Commission européenne décide de l’ensemble, et elle n’est pas obligée de répondre devant le Parlement européen régulièrement élu. Il s’agit d’un pur autoritarisme néo-féodal : cette direction est la destruction des démocraties en Europe et les conséquences sont des dictatures ».

Pour Chomsky, le néolibéralisme qui domine la doctrine technocratique de Bruxelles est désormais un danger planétaire. Le fanatisme du « libre marché » comme voie naturelle vers une économie saine repose sur un dogme mensonger et ouvertement démenti. En fait, sans soutien public (en termes de bien-être et d’émission monétaire), aucune économie privée ne peut réellement se développer. Source Pressenza.com
Réponse de le 31/03/2020 à 19:01 :
l'europe a bons dos, avant en france on accusait les etats unis et la chine, comme quoi........
95% des pbs francais sont franco francais, mais effectivement, il n'y a aucun volontaire ailleurs pour resoudre les pbs francais que la france ne veut pas resoudre
y a qu'a la legion que vous trouverez des volontaires comme ca
que la france regarde ses godasses, et d'ou viennent les pbs au lieu de demander une dette mutuelle aux allemands qui ont la retraite a 67 ans pour financer la retraite a 50 ans des cheminots francais et 60 pour tous les autres
vous avez envie de financer la retraite a 30 ans des grecs avec 4 points de tva? non
Réponse de le 31/03/2020 à 20:18 :
@chruchill C' est dur d' avoir tt le monde contre soi, le réveil churchil, le réveil des bannis de 2005 à qui Sarko a volé le référendum ! ..
a écrit le 31/03/2020 à 17:47 :
la France doit retrouver son independance voila qui va faire plasir a Marine et a pas mal de Français mais c'est trop tard cher Mr c'est dans tous les domaines qu'il faut retrouver notre independance et pas uniquement dans les masques et les respirateurs le marche arriere toute c'est trop tard!! nous avons juge vos capacites a gouverner ou plutot a louvoyer! beaucoup d'incertitudes de bourdes entre ministres meme le premier, pas de feu vert pour la prochaine fois....!!! peut etre que le General que vous avez jete dehors serait bien content de diriger la France ! un futur DE GAULLE ?
Réponse de le 31/03/2020 à 18:00 :
Vous m'apprenez une chose. Macron serait responsable de la fuite des usines de fabrication. Tout cela a commencé alors qu'il était à peine né. Dans le monde moderne, il n'y a pas d'indépendance absolue. Il y a interdépendance. Vous n'avancez aucun argument mais des slogans idéologiques. Les esprits faibles sont toujours à la recherche d'un gourou.
Réponse de le 31/03/2020 à 23:59 :
Tototiti,

Juste que le monsieur a oublier de prévenir sur la tempête tout en organisant tout a l'envers. Les masques, c'était il y a un mois avec le gel, la production, c'est par anticipation, car gouverner c'est prévoir....

Depuis le début il est a l'envers et tout le monde le voit! du coup il se prend pour un gourou type rael ou christ cosmique, car il était bien dans le cosmos au moment ou il fallait agir, non?

Je n'accepte pas de voir la prochaine fois, car le présent montre aussi comment l'idée de protéger l'économie sur les citoyens est la aussi l'inversion de sa fonction de base.

Si l'on regarde les sept années de sa présence au pouvoir, hormis la dérégulation totale pour les ubers etc etc, c'est son choix et aujourd'hui se sont les plus exposés, qui payés au lance pierre doivent aussi s'assurer seul....

Donc le modèle économique ou darmanin demande aux gens de financer les entreprises alors qu'il utilise déjà la garantie de l'état donc de nous même pour ces dites entreprises.

Il a aussi décider de rogner les droits des gens pour tenir ces dites entreprises est la, la cerise sur le gâteau !

Il s'agit juste de faire de l'économie que de prendre conscience des évènements, c'est un principe de base. Incompréhensible le jeudi, un premier ministre a l'envers le samedi, du coup tout cela est impossible a ne pas voir.

Je suis rassuré que tout le monde ait pu voir la chose, car effectivement cela ne sera plus jamais pareil....
a écrit le 31/03/2020 à 17:45 :
On sent bien qu'il tire le masque quand il s'agit de reconnaître la souveraineté du peuple de France! Mais "son peuple de classe" est de niveau européen!
a écrit le 31/03/2020 à 17:20 :
a déclaré le président à Saint-Barthélemy.
Le nom de la Bourgade l'à fait réfléchir à ce qui pourrait suivre le jour d'après ou c'est son programme pour les retraités via Coronna virus?
a écrit le 31/03/2020 à 17:05 :
" "Nous devons rebâtir notre souveraineté nationale et européenne" (Macron)"

Non mais c'est normal le pauvre il est pas habitué à ce type de langage et si ça se trouve il va parler bientôt de protectionnisme à savoir le mot tabou qu'il ne faut jamais prononcer parce que c'est le mal.

Non il faut arrêter de dépecer le pouvoir français au profit de la finance européenne, de germaniser notre pays et de trouver enfin une identité à l'Europe autre que financière qui l'a placé là à savoir dans un cercueil.

Alors si tu te lances là dedans Manu surtout n'hésites pas hein je veux bien aider !
Réponse de le 31/03/2020 à 17:27 :
" "Nous devons rebâtir notre souveraineté nationale et européenne" (Macron)"

Non M Macron le spécialiste du-en-même-temps, il n' y a pas de souveraineté européenne, la souveraineté est le fait d 'un peuple -parlant la même langue- et d ' une nation, il n' y a ni peuple européen ni nation européenne, elle le fait d' une Nation et ne se transfère pas. Sarkozy a fait perdre sa souveraineté à la France en 2009 par le traité de Lisbonne, la France y a perdu les 4 éléments de la souveraineté, sa monnaie, ses lois -elle sont faites à Bruxelles et transposées en droit français via le SGAE :

"DÉCOUVREZ LE “SGAE” : LA DISCRÈTE ADMINISTRATION QUI VOLE AUX FRANÇAIS LEUR DÉMOCRATIE – par Guillaume Pellissier de Féligonde"

sa capacité de rendre justice au DERNIER niveau et sa capacité de décider de la guerre ou de la paix. Macron l' européiste pavlovien continue de lanterner la France et les français avec des propos qui sonnent plus creux que creux. On dirait du Le Pen..
a écrit le 31/03/2020 à 17:02 :
La France va retrouver son indépendance artistique dans le 7ème art.
a écrit le 31/03/2020 à 16:44 :
En marche à 180°
le ruissellement, les premiers de cordée, les progressistes contre les souverainistes,
en traversant la rue il y a un emploi, la startup nation à grand renfort des LAREM contre les gilets jaunes, vous savez ceux qui clopent et roulent au diesel
et maintenant ? on mange son chapeau?
il faut écouter des avis contraires sinon........
a écrit le 31/03/2020 à 15:54 :
1 mois après le début de l’épidémie en grand, il est tout à fait temps de prendre une telle décision !!! Ce gouvernement n’a vraiment aucun talent pour gérer une telle crise ....
Réponse de le 31/03/2020 à 16:37 :
Ce gvt néolibéral puissance dix n' a pas été mis là pour gérer une crise comme celle-là mais pour déloquer tous les services publics et en particulier, l' hôpital public pour répondre aux articles 106 et 121 du TFUE, sur ordre de Bruxelles à la seule fin d' ouvrir le public au privé à travers des coupes sombres dans l' effectif et les moyens. Alors l' UE, stop ou encore ? Ca fait longtemps que l' UPR analyse et propose la suite avec le seul médicament qui existe, le Frexit plus vite que vite ..
Réponse de le 31/03/2020 à 18:05 :
Il faut des génies de l'UPR. Enfin ceux qui se croient génies en récitant leur évangile ou plutôt leurs litanies.
Réponse de le 31/03/2020 à 19:30 :
@tototi Evidemment, qui a raison le bon médecin qui pose le bon de diagnostic et apporte le bon remède en connaissance ou ceux qui ont depuis Maastricht délégué à l' UE et qui se révèlent sur ce coup terrifiant, autant de petits garçons en culottes courtes ..?
a écrit le 31/03/2020 à 15:43 :
Le président souhaite que notre pays retrouve sa souveraineté nationale, enfin des paroles stratégiques et de leadership. Actuellement, nous devons gagner la guerre contre ce virus certes mais cela n’empêche pas de réfléchir déjà à l'après pandémie.
La souveraineté c'est bien plus que des masques, c'est tous les produits indispensables pour qu'une nation qui s'isole par stratégie ou nécessité puisse affronter une crise profonde et longue (énergie, Eau, médicaments, organisation et moyens de tout le système médical, nourriture de base, logistique pour distribuer ce qui est indispensable, prenons l'expérience des militaires qui connaissent bien ces sujets stratégiques...).
Messieurs les dirigeants du public et du privé, au travail, des actions concrètes SVP pour une France souveraine qui produit ses propres besoins sans dépendre d'autrui, le peuple reconnaîtra vos visions stratégiques et vous respectera comme leader.
a écrit le 31/03/2020 à 15:40 :
et bien sur ce président est conscient que la production en France avec le taux d´impot, charges sociales fera que ces masques et tenues seront 50% plus chers aux hopitaux et professionels de la santé que de les importer...

donc il a bien prévu de modifier le budget afin d´augmenter les budgets pour la santé afin que les hoptaux puissent les acheter...

et il a bien donné ordre à ses ministres de ne pas réduire dans 6 mois les budgets de la santé une fois le gros de l´épidémie passée...

on est d´accord? on se comprend? ...
a écrit le 31/03/2020 à 14:43 :
L'indépendance de la France, voire aussi de l'UE ? A moins que la France ait les capacités à en produire pour toute l'UE en cas de besoin soudain et massif (les épidémies, pandémies, virus, il va en venir d'autres). Nous sommes quand même en UE, enfin, était, avant désagrégement.
a écrit le 31/03/2020 à 14:39 :
Il déverse de l'argent sans limite, et après, il suffira d'augmenter la TVA de quelques points pour que tout rentre dans l'ordre.
a écrit le 31/03/2020 à 14:39 :
j aurais aimé que ma petite fille en epad elle n'a qu'un masque par jour ou mon infirmer puisse être équipé comme le president là c'est une tenue gaspillé pour de la COM je suis furieux
Réponse de le 31/03/2020 à 15:57 :
@papiencolere a écrit le 31/03/2020 à 14:39
Vous avez donc au moins 12O ans car votre petite fille est en epad....
Cordialement
Réponse de le 31/03/2020 à 17:15 :
réponse a bernardino elle travaille en epad et manque de masques de charlottes etc... ma petite fille a 30 ans moi 85
a écrit le 31/03/2020 à 14:21 :
Ce gouvernement, Macron, LREM... tout ce monde a beaucoup de défauts, certes, mais quand même c'est bien la première fois depuis longtemps (même si ça a timidement commencé sous Hollande) que l'industrie est remise en avant, qu'une politique tournée vers les entreprises industrielles est mise en place depuis deux ans. Pas mal de fabrication ont été relocalisées, et le mouvement est (enfin, était...) réel.
a écrit le 31/03/2020 à 14:09 :
......."l'indépendance pleine et entière" de la France "d'ici la fin de l'année"....

A Noël le tiers de la population mangera des semelles et des rutabagas parce que Macron aura réussi à créer une pénurie alimentaire en plus du reste.

Ses masques, ce sera le cadet des soucis.
a écrit le 31/03/2020 à 14:08 :
Il n' y a pas qu'en terme de masques FFP2 , de gel hydroalcoolique ou de respirateurs qu'il faut assurer la souveraineté française economique. Dans d'autres domaines comme les ordinateurs, les pc portables, les stations serveurs, la 5G, l'hydrogène, les batteries electriques, etc... . Oui la mondialisation elle doit changer pour nous et nous devons ne pas être dependant de la Chine. Oui vive la souveraineté economique française et vive le futur !
Réponse de le 31/03/2020 à 14:51 :
Un ordinateur conçu et fabriqué en France, vous accepter de le payer combien ? 10k€ ? Plus ? On peut assembler des pièces venant de partout, construites éventuellement sur nos inventions (Apple a des idées et fait faire) mais le marché français est-il assez large (je garde mes ordi 10 ans, neuf ou monté par moi-même) ? On peut penser produire pour l'UE entière, si les autres sont intéressés (sinon ça fera "impérialisme français", arrogance, etc). STM (vers Crolles/Grenoble) fabrique des composants (j'ai qq circuit intégrés de cette marque).
L'Air Liquide a un contrat de 10 ans avec l'Allemagne d'après ce que j'avais lu pour fournir des stations hydrogène, cocorico. Pas chez nous trop cher la pile à combustible (qq rares taxis).
On devrait pouvoir tout faire chez nous (y a sans doute de nombreux métiers qui manquent, grain de sable) mais on devra accepter de payer le (juste) prix !
Mes pendules, enregistreur de température à 8 voies (capteurs sous le toit, dehors, dedans, garage, etc) sont allemands, sinon y a Chine, bof.. :-)
a écrit le 31/03/2020 à 13:53 :
Déverser abondamment l'argent public dans l'économie. Mais l'argent est un virus et maître bien plus dangereux, contagieux et corrupteur que ce coronavirus. Les victimes de ce dernier vont devenir les proies aisées du premier.
a écrit le 31/03/2020 à 13:18 :
On ouvre grand les vannes de la dépense publique ? Qui profite ? La dépense publique c'est l'argent du contribuable non ? On déshabille Paul pour habiller Jacques ? Et après ? Ces gens qui nous gouvernent ont été imprévoyants, délocalisant les productions même essentielles, pour gagner quelques euros de profit. Et maintenant c'est à eux que nous allons demander de régler l'immense crise qui vient ?
Réponse de le 31/03/2020 à 13:55 :
Ce sont les entreprises qui délocalisent sous pression de la baisse des prix et/ou pour augmenter les marges.
Réponse de le 31/03/2020 à 15:51 :
Surtout pour les marges.Le produit est fabriqué en Chine, mais le prix,lui, est bien Français.
a écrit le 31/03/2020 à 10:59 :
Pauvres soignants, ils doivent soigner les gens jusqu'à l'épuisement et en plus faire de la publicité à ceux qui veulent bien leur "offrir" du matériel, mais bon en échanges de quelques photos et articles hein bien entendu...

Le véritable fléau ne s'appelle pas COVID19 mais bel et bien néolibéralisme.
Réponse de le 31/03/2020 à 14:59 :
Ben non c'est leur boulot de soigner tout le monde par contre cela rend le mépris de la classe dirigeante envers eux encore plus abjecte ça c'est certain.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :