Ryanair compare ses concurrents à des "junkies" qui "implorent l'aide" des États

 |   |  396  mots
La compagnie avait déjà annoncé à l'AFP avoir saisi la justice européenne concernant les aides accordées à la scandinave SAS et aux compagnies françaises sous forme de report de taxes.
La compagnie avait déjà annoncé à l'AFP avoir saisi la justice européenne concernant les aides accordées à la scandinave SAS et aux compagnies françaises sous forme de report de taxes. (Crédits : MATTHEW CHILDS)
Le président de la compagnie low cost considère ces aides comme "de la concurrence déloyale". Il se dit prêt, par ailleurs, à aller "devant la Cour de justice européenne" contre la potentielle aide - qu'il juge "illégale" - de la Belgique à Brussels Airlines, mais aussi contre "celle de l'Allemagne à Lufthansa."

Le président de Ryanair, Michael O'Leary, a comparé, ce mercredi, les compagnies aériennes en difficulté qui réclament l'aide des États à "des junkies" et menacé de porter plainte contre le soutien qui pourrait notamment être apporté à Brussels Airlines ou Lufthansa.

"Ces compagnies qui implorent désespérément l'aide me font penser à des junkies qui n'ont pas eu leur dose de drogue", déclare M. O'Leary dans un entretien au quotidien La Libre Belgique.

L'Irlandais considère les aides apportées par les États au secteur aérien, paralysé par la pandémie de coronavirus, comme "de la concurrence déloyale". "Cela va fausser le marché aérien durant cinq ans au moins en Europe", affirme-t-il.

Ryanair prêt à aller "devant la Cour de justice européenne"

La compagnie "low cost" Ryanair avait déjà annoncé mardi à l'AFP avoir saisi la justice européenne concernant les aides accordées à la scandinave SAS et aux compagnies françaises sous forme de report de taxes.

Son président se dit prêt ce mercredi à aller "devant la Cour de justice européenne" contre la potentielle aide - qu'il juge "illégale" - de la Belgique à Brussels Airlines, mais aussi contre "celle de l'Allemagne à Lufthansa."

Lire aussi : Aides d'Etat : 9 milliards d'euros pour Lufthansa, 3 milliards pour Alitalia

La compagnie belge Brussels Airlines, qui compte supprimer un quart de ses effectifs, soit environ 1.000 postes, négocie depuis plusieurs semaines, via sa maison mère Lufthansa, une aide d'État avec le gouvernement belge.

Quant au géant allemand, dont le patron a récemment estimé avoir 10.000 salariés en trop au regard de la crise, il discute d'une aide de plusieurs milliards d'euros avec Berlin.

Suppressions de postes

Ryanair compte pour sa part licencier "un minimum" de 3.000 postes, dont "plusieurs centaines" en Belgique, rappelle son patron.

L'immobilisation forcée de sa flotte à cause du coronavirus devrait coûter "plusieurs milliards d'euros" à la compagnie, mais M. O'Leary jure qu'elle "a les reins solides".

Le groupe reprendra 40% de ses vols à partir de juillet, mais ne compte pas, parmi les mesures sanitaires mises en place, laisser un siège vide entre les passagers des avions pour respecter la distanciation sociale.

"Cette mesure, qui n'est pas rentable pour les compagnies aériennes, ne sert à rien dans la lutte contre la propagation du Covid-19. J'ai toujours trouvé cette idée idiote", affirme Michael O'Leary.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/05/2020 à 2:00 :
Ne pas oublier que Ryanair emploie 50% de ses pilotes en temps qu’AUTO-ENTREPRENEUR via des boites d’intérim/de placement.. Et sous-traite tout à moindre coût... social. Pour proposer à la populace, un billet d’avion pour traverser l’Europe pour 19€. C’est triste ...
Il est donc facile et beaucoup moins couteux de supprimer des postes: personnel Kleenex, jetable . Pas de social !
Alors que les compagnies nationales ,elles , considèrent mieux leur personnel.
Sans oublier les subventions accordées par nos CCI pour aides au « marketing »... C’est scandaleux!
Sans oublier les aides reçues pour frais de « marketing » de la par des CCI...

Alors Monsieur, arrêtez de parler de concurrence déloyale ... Et oui, les compagnie nationales vous piquent vos subvention sans qui Ryanair ne serait pas rentable ...
a écrit le 14/05/2020 à 11:56 :
LOL !

Je suppose que le 6ème commentaire caché est le mien, forcément dissonant parmi ces 5 là résolument orientés contre ce personnage de la façon la plus subjective qu'il soit, c'est grotesque.

Franchement, mon commentaire étant le résultat de réflexions longues et profondes et non d'une idéologie intéressée, de grâce ne le diffusez pas au beau milieu de ces messes stupides et infâmes, même plus tard.

Jamais, supprimez le, merci.
a écrit le 13/05/2020 à 18:50 :
il est toujours intéressant d' écouter les remarques et analyses d' homme ou de femme qui ont une connaissance fine des sujets, une maitrise de leur communication et une considération de leurs clients potentiels.
En clair la logique de Ryanair et de son patron c'est : le déni, la prise de risque pour les passagers et non l' entreprise...à ce petit jeu là on va donc réclamer à l' Irlande les milliards de subventions données par l' ue pour sauver de la faillite les banques irlandaises il y a 10 ans..-et donc les entreprises comme Ryanair-
L'harmonisation fiscale et du régime " irlandais" aux grandes multinationales et entreprises qui détournent des milliards aux états européens-qui pourraient servir à financer des lits d'hôpitaux par exemple...je n' ai jamais pris Ryannair et ne le ferais jamais ...
a écrit le 13/05/2020 à 16:08 :
Ce type est un gangster qui n'hésite pas à acquérir une licence de taxi afin d'utiliser les voies réservées pour se rendre de son domicile à son bureau de l'aéroport de Dublin. Sa boîte comme Amazon sont à boycotter. C'est un minimum...
a écrit le 13/05/2020 à 14:11 :
Et quand il exige des régions de se faire payer pour venir assurer des liaisons avec les aéroports locaux, c'est quoi? De l’extorsion de fond? C'est pas anti concurrentiel là?
a écrit le 13/05/2020 à 13:45 :
Ce genre de remarque de la part d'un responsable d'une entreprise typique du "monde d'hier", ringarde et aux pratiques sociales arriérées et nuisibles à l'environnement, sans parler du niveau intellectuel et culturel consternant de ses dirigeants, c'est vraiment risible. Ceci dit, il faut s'interroger sur les priorités et ne pas distribuer de l'argent public à des agents économiques condamner à mendier pendant des années. La priorité c'est quoi? Sauver Air France ou notre système de santé pour lui redonner robustesse et efficacité?
a écrit le 13/05/2020 à 13:10 :
L'avantage de Ryanair sur ses concurrents c'est une radinerie et un manque d'éthique hors norme. Les règles de distanciation sociale dans l'avion ils ne veulent pas, ça leur ferait perdre de l'argent. Bah oui certaines entreprises ont besoin d'aide , elles préfèrent perdre de l'argent que de mettre leurs clients en danger, c'est tout à leur honneur et tant qu'à aider une entreprises , autant aider celles-là plutôt que celles qui se croient performantes alors qu'elles se comportent comme des parasites.
a écrit le 13/05/2020 à 13:04 :
Ça serait pas l'hôpital qui se fout de la charité ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :