Nouvelles aides massives pour deux banques allemandes

 |   |  364  mots
La banque régionale du Bade-Wurtemberg fait appel à ses actionnaires et envisage un recours au plan de sauvetage financier fédéral. Elle se dit prête à discuter fusion avec la BayernLB. De son côté, la Hypo Real va recevoir 20 milliards d'euros supplémentaires.

La plus grande banque publique régionale allemande est rattrapée à son tour par la crise. La LBBW, du Bade-Wurtemberg, va être renflouée par ses actionnaires. Elle va recevoir 5 milliards d'euros de ses propriétaires (Land, caisses d'épargne et ville de Stuttgart) pour faire face à la crise, a-t-elle annoncé ce vendredi.

Par ailleurs, LBBW a indiqué dans son communiqué qu'il "étudiait" un recours au plan de garanties publiques mis en place par l'Etat fédéral allemand. LBBW pourrait demander une garantie comprise entre 15 et 20 milliards d'euros. La banque publique a essuyé sur les neuf premiers mois de l'année une perte avant impôts de quelque 800 millions d'euros.

Par ailleurs, LBBW s'est dite vendredi prête à "entamer des discussions concrètes" sur une fusion avec BayernLB, pour créer la grande banque publique du sud de l'Allemagne. La banque publique de Bavière (BayernLB) a été la première en Allemagne, tous secteurs confondus, à demander de l'aide à l'Etat. Elle a reçu une injection de capital de 5,4 milliards d'euros du gouvernement fédéral, et 1 milliard d'euros supplémentaires de ses actionnaires régionaux.

Les appels à une consolidation des banques publiques régionales allemandes, les Landesbanken, se multiplient depuis le début de la crise. Les caisses d'épargne, qui comptent parmi les premiers actionnaires de ces banques, jugent nécessaire de les fusionner pour les rendre plus résistantes aux turbulences des marchés financiers.

La LBBW avait récemment avalé les banques de Rhénanie-Palatinat et de Saxe, cette dernière ayant été également particulièrement secouée par la crise.

L'Allemagne n'en a décidement pas fini avec ses banques touchées par la crise financière. Et notamment avec sa plus grande catastrophe en la matière, la Hypo Real Estate, spécialisée dans le financement de l'immobilier, notamment via sa filiale Depfa. Elle avait déjà dû recevoir 50 milliards d'euros , deux fois plus que son estimation initiale de ses besoins. Puis elle avait demandé quinze milliards au titre du plan de Berlin pour soutenir son secteur financier. Et voilà que ce vendredi, on apprend qu'elle reçoit une nouvelle garantie publique à hauteur de 20 milliards d'euros. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :