Patrick Werner restera-t-il le patron de la Banque Postale en 2011 ?

 |   |  341  mots
Copyright Reuters
Reconduit officiellement à la tête de La Poste depuis la fin de la semaine dernière, Jean-Paul Bailly doit maintenant décider s'il renouvelle le mandat du président du directoire de La Banque Postale, Patrick Werner. Il doit donner son verdict avant mars 2011.

Patrick Werner sera-t-il reconduit à la tête de La Banque Postale ? Le mandat (5 ans) de l'actuel président du directoire de la filiale de La Poste arrive à échéance ces jours-ci et Jean-Paul Bailly, le président du groupe, doit décider si il le renouvelle avant le prochain conseil de surveillance prévu pour le 9 mars prochain. Si certains feignent de s'étonner, la question est bel et bien posée. Déjà, des noms de banquiers et d'assureurs circulent.

A la tête de la Banque Postale depuis sa création le 1er janvier 2006 et dans le groupe La Poste depuis janvier 1999, Patrick Werner n'y a pas que des amis. Sa forte personnalité, ses coups de sang et son style managérial décrit comme « particulier », en ont contrarié plus d'un. A commencer par les responsables du réseau. Dernièrement, il a une fois de plus rué dans les brancards et accusé le réseau de ne pas se mobiliser suffisamment pour porter l'offre de La Banque Postale.

En outre, ses relations avec Jean-Paul Bailly sont compliquées. Les deux hommes travaillent ensemble depuis huit ans mais ils ne s'apprécient guère. Le bilan du président du directoire de La Banque Postale plaide pourtant en sa faveur. En cinq ans, il a constitué une véritable banque de détail pour les particuliers et traversé la crise financière avec succès. Son influence grandissante et sa volonté d'autonomie pourraient cependant jouer en sa défaveur. Plusieurs fois, Jean-Paul Bailly a dû freiner les ambitions de Patrick Werner, comme en 2007, lorsqu'il ne l'a pas autorisé à acquérir la société de gestion CCR (finalement rachetée par UBS).

« Les rumeurs sont peut-être lancées par ceux-là même qui aimeraient prendre sa place », tempère-t-on, dans l'entourage de Patrick Werner. Hasard ou pas, lors du dernier conseil d'administration, Patrick Werner se serait installé en bout de table, exactement comme Raymond Redding, le précédent directeur du courrier, juste avant son départ en avril 2009.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2010 à 15:56 :
Je souhaite au président de la Banque Postale de pouvoir rester à son poste, j'utilise le réseau bancaire réguliérement, et j'aime son modernisme, peut être reste- il encore à faire...
a écrit le 14/12/2010 à 11:51 :
"le bilan plaide en sa faveur" Comment écrire une telle phrase pour un homme qui en 11 ans de pouvoir s'est trompé sur MONEO, a fait s'écrouler les parts de marché de la Poste sur l'épargne et l'ensemble des produits financiers, a osé racheté une société de gestion TOQUEVILLE FINANCE sans aucune transparence ni synergie sur le prix d'acquisition, a cantonné LBPAM à un généraliste non concurrentiel,n'a pas voulu investir dans "bienvenu chez les chti's", a coopéré avec ODDO suivant un schéma illisible et insulte un réseau de vente et la CNP à longueur de journée alors que les personnels sont volontaires,disponibles et remplis de bonne volonté?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :