Crédit immobilier : réunion sous tension à la Banque de France ce jeudi

 |  | 1088 mots
Lecture 6 min.
La production de crédit à l'habitat a progressé de 5,5 % à 23,4 milliards d'euros en octobre, et ce après une hausse de 5,4% en septembre.
La production de crédit à l'habitat a progressé de 5,5 % à 23,4 milliards d'euros en octobre, et ce après une hausse de 5,4% en septembre. (Crédits : Joe Penney)
ÉPISODE 5. Le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) doit se prononcer jeudi 17 décembre sur la suite à donner à ses recommandations de décembre 2019 qui ont durci les conditions d’octroi de crédit immobilier. Certaines banques, les courtiers et les professionnels de l’immobilier espèrent des assouplissements, au moins pour les primo-accédants. Mais la Banque de France campe sur des positions dures. Cinquième volet de notre série « L'immobilier post Covid ».

> L'ÉPISODE 4 : Investissement locatif : la location longue durée va-t-elle détrôner Airbnb ?

Les discussions entre les banques et le Haut Conseil de Stabilité financière (HCSF), présidé par le ministre de l'économie Bruno Lemaire, s'annoncent houleuses. Le HCSF doit en effet dresser un premier bilan, lors sa réunion jeudi 17 décembre, de ses recommandations de décembre 2019 visant à durcir les conditions d'octroi par les banques d'un crédit immobilier.

Les positions entre certaines banques, notamment mutualistes, et la Banque de France semblent toujours aussi éloignées. L'enjeu ? Assouplir ou non ces recommandations au terme d'une année atypique pour cause de pandémie. Ou, au contraire, les durcir encore.

Un sujet de place

« C'est une situation problématique de place. Nous avons un dialogue concerté avec la Banque de France pour voir s'il est possible de régler le système différemment. Il faut des règles pour ne pas admettre certaines dérives, notamment sur les durées des crédits, mais il faut également s'attacher à ne pas pénaliser l'accession à la propriété », résume un banquier.

L'idée défendue par certains serait notamment de maintenir les conditions strictes pour les investisseurs locatifs, qui relèvent davantage d'un comportement d'épargne, mais de trouver de nouveaux indicateurs, comme...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/12/2020 à 7:48 :
assouplir quoi?
ils sont malades ou quoi?
ils ont fait n'importe quoi en pretant a 25 ans et plus a des gens pas solvables sans apport a 1%, et se rendent compte que si l'economie part au tas avec du chomage, les decotes immobilieres de 40%, ca sera 100% pour leur tete, et qu'ils ne pourront meme pas combler le trou avec les autres prets a 0.9%
ils ont foutu le feu a la baraque, et demandent plus de souplesse pour ne pas payer les pots casses?
va falloir revenir a la realite, arreter de preter a n'importe qui ' quoi qu'il en coute quand c'est paye par personne', arreter les financements a 120%, arreter les taux 0
et retourner a l'ecole reprendre des cours de finance et de compta
c'est toujours utile
a écrit le 14/12/2020 à 18:37 :
Les banques veulent faire comme au USA et finir insolvable ? Il y a une bulle immobiliere alimenté par le credit facile. Un jour les taux vont forcement remonter et ca va etre un massacre car les gens vont se retrouver endette a mort pour un bien qui vaudra moins que le credit qu ils ont prit pour l acheter (cf subprime aux USA).
Il est clair que les banquiers ne sont pas stupides et savent tres bien qu une partie des emprunteur vont vers un naufrage. mais ils s en moquent car en cas de probleme c est l endetté qui sera rincé et si ca suffit pas le contribuable sera appelé a la rescousse :-(
Réponse de le 15/12/2020 à 0:10 :
Propos plus du commentaire que de la réflexion...:voué racontée n importe quoi que quoi vous basez vous ?
Les taux immo sont contractualisés sur une une durée de prêt.. ex 1% sur 20 ans. Les emprunteurs ont la garantie - contrat- que le taux restera à 1% même si les taux directeur et bancaires augmentent.... les banques se rattraperont sur les frais etc... donc aucun risque pour les f et motu tries immo actuellement
Réponse de le 15/12/2020 à 0:11 :
Propos plus du commentaire que de la réflexion...:vous racontez n importe quoi et sur quoi vous basez vous ?
Les taux immo sont contractualisés sur une une durée de prêt.. ex 1% sur 20 ans. Les emprunteurs ont la garantie - contrat- que le taux restera à 1% même si les taux directeur et bancaires augmentent.... les banques se rattraperont sur les frais etc... donc aucun risque pour les emprunteurs actuellement
a écrit le 14/12/2020 à 18:08 :
On revient ã la normalité, tout investisseur immobilier doit venir avec un capital minimum et ne pas dépasser un taux de prélèvement mensuel qui ne doit pas dépasser le tiers de ses revenus.
Réponse de le 14/12/2020 à 21:27 :
tout a fait, c est delirant de voir des pub comme a boursorama qui indiquait qu il vous pretait plus de 100 % (meme les frais de notaire etaient paye a credit). on fabrique une generation de surendette ! tout ca pour permettre aux boomers de vendre a prix d or leurs logements
a écrit le 14/12/2020 à 10:06 :
La banque de France a raison, sans une régulation des prix de l'immobilier, bien au contraire tant que les prix seront toujours plus délirants il vaut mieux protéger les clients qui en plus, du fait de la crise auront encore plus de chances de revendre leur baraques avant de finir de la construire. Les gens achètent par conditionnement et non par réflexion ne jamais l'oublier.

La cupidité n'est pas que mauvaise conseillère c'est un véritable parasite.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :