À Paris, les prix ne devraient pas baisser

 |   |  1091  mots
En France, le marché est aujourd'hui plutôt figé en raison des prochaines échéances électorales. Les transactions sont plus longues à aboutir mais elles sont toujours là... Copyright Reuters
En France, le marché est aujourd'hui plutôt figé en raison des prochaines échéances électorales. Les transactions sont plus longues à aboutir mais elles sont toujours là... Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon François Gagnon, patron d'ERA Europe, les prix parisiens devraient encore monter un bon moment. Dans le reste de l'Europe, les tendances sont très disparates.

L'Europe de l'immobilier en est-elle au même stade ? La globalisation est-elle en train de lisser les différences de prix entre les différents pays ? Pas vraiment si l'on en croit François Gagnon, président du réseau d'agences immobilières ERA Europe et ERA France. Fort d'un réseau de plus de 1.000 agences sur le Vieux Continent, dont 350 en France, l'homme fort du groupe a en effet, une idée assez précise des tendances du moment. Avec une distinction forte entre les pays du nord et du sud. Au nord, les prix et les transactions se portent plutôt bien. Parmi les bons élèves, l'Allemagne qui profite d'une situation économique plus saine que celle de ses voisins. Résultat : les prix sont plutôt à la hausse de 3 à 5% et les perspectives sont tout aussi flatteuses. Idem en Scandinavie où les prix se redressent après un petit coup de faiblesse en 2010. Les transactions, en revanche, sont toujours à des niveaux inférieurs à ceux de 2009. Première place toutes catégories pour la Suisse qui, grâce à une progression constante du nombre d'immigrants, à des salaires médians très élevés et un besoin de logements toujours plus important connaît une hausse régulière et des prix et des...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/03/2012 à 9:15 :
Comment voulez vous que les prix augmentent ? On est déjà à des prix très élevés y compris pour des gens fortunés. Un tel niveau ne peut être maintenu dans une ville de 2 millions d'habitants qui ne peut pas être composée exclusivement de milliardaires.
La pénurie de logement est un mythe. Des appartements à vendre il y en a beaucoup, probablement plus que de gens qui peuvent payer 8400 euros le m2.
a écrit le 29/02/2012 à 9:55 :
Idem, les discours sont très différents dans la presse et en agence : les AI disent tous qu'il faut absolument etre au bon prix parce que le marché risque de s'effondrer en 2012 (pour info je suis à paris 17, dans une zone normalement très tendue...).
Et dans la presse, le patron de l'AI claironne que le marché se porte super bien et que ca va monter... pff...
a écrit le 29/02/2012 à 7:38 :
On y croit !
Le Président d'un réseau d'agences immobilière me dit qu'il faut acheter sans attendre... c'est curieux, une agence de ce réseau ERA en zone tendue m'a invité à baisser mon prix rapidement parce que "le marché est durablement baissier"....
a écrit le 29/02/2012 à 1:20 :
Le marché était baissier en 2008 et le serait resté sans les aides de l'Etat qui ont mis le marché sous perfusion. Ces aides ont été réformées. On va retomber très vite aux prix de 2008 et ce ne sera pas encore assez pour resolvabiliser les ménages.
a écrit le 28/02/2012 à 20:57 :
« Il n'y a aucune raison pour que la hausse s'arrête un jour "
Mmmhh, ça c'est rationnel comme approche... Ca doit être une conséquence du théorème de l'âne : avec une carotte sous le nez il ne s'arrête jamais.
a écrit le 28/02/2012 à 19:47 :
"les banques n'ont pas vraiment coupé le robinet."
Ah bon ? -25 % de crédit octroyés alors que les logements parisiens sont inaccessibles aux cadres supérieurs...
Pour info, le volume des ventes est en forte baisse et tous les leviers de la hausse (aides fiscales, taux bas,...) ont disparu.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :