Les assureurs espagnols et italiens sont les plus exposés à la crise de la zone euro

 |   |  233  mots
Copyright Reuters
Dans une note de recherche, l'agence Fitch évalue la situation des compagnies d'assurance en Europe face à l'éventualité d'une sortie de l'euro de la Grèce.

Les compagnies d'assurance italiennes et espagnoles sont les plus exposées du secteur en cas de sortie de la Grèce de la zone euro. Elles seraient victimes d'un effet de contagion par le biais des banques et de la dette de leurs Etats, selon l'agence de notation Fitch Ratings.


Les Italiens plus exposés à la dette, les Espagnols plus exposés aux banques

Même si la sortie de la Grèce de la zone euro donnait lieu à une réponse politique forte des autorités européennes, les assureurs italiens et espagnols seraient vraisemblablement placés sous surveillance négative par l'agence Fitch ou pourraient être dégradés si leurs Etats respectifs l'étaient aussi.
Les assureurs italiens sont présentés par l'agence comme les plus à risques car ils ont  une exposition beaucoup plus importante à la dette souveraine de leur pays que leurs homologues espagnols.

De leur côté, les assureurs de la péninsule ibérique sont plus exposées aux banques espagnoles, "dont certaines peuvent dépendre du soutien de l'Etat", analyse Fitch.

Une situation "gérable" en France


L'agence considère que les assureurs britanniques et allemands sont "largement protégés" de la crise de la zone euro, à l'exception d'Aviva au Royaume-Uni et d'Allianz en Allemagne.
Quant aux compagnies françaises, Fitch juge qu'elles ont une exposition "plus importante, mais gérable", à l'exception de Groupama.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :