Si si, PSA réalise de très bonnes ventes ! Dans les véhicules... d'épargne...

 |   |  602  mots
La collecte du livret Distingo de Banque PSA Finance représente 3,5% des besoins de refinancement de la filiale de crédit du constructeur automobile. Copyright Reuters
La collecte du livret Distingo de Banque PSA Finance représente 3,5% des besoins de refinancement de la filiale de crédit du constructeur automobile. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Lancé le 5 mars par Banque PSA Finance, le livret d'épargne Distingo a déjà collecté 780 millions d'euros, alors que la filiale de crédit du constructeur automobile tablait sur 400 millions seulement pour l'ensemble de l'année 2013.

Tout n'est pas noir, chez PSA Peugeot Citroën. Si les immatriculations du constructeur automobile français dans l'Union européenne ont chuté de 13,3%, au premier semestre, son tout nouveau livret d'épargne se porte en revanche comme un charme. Lancé le 5 mars dernier, Distingo, conçu sur le modèle des super-livrets en ligne à taux "boostés", a déjà collecté 780 millions d'euros. Un objectif très supérieur aux 400 millions sur lesquels Banque PSA Finance, la filiale de crédit automobile du constructeur, tablait pour l'ensemble de l'année 2013. "J'espère que la baisse du taux du Livret A va stimuler encore la croissance de nos encours", a déclaré Jean-Baptiste de Chatillon, directeur financier de PSA, lors d'une conférence de presse, mardi.

Distingo offre une rémunération supérieure à celle du Livret A

Pour mémoire, vendredi dernier, le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, a recommandé d'abaisser la rémunération du placement préféré des Français à 1,25%, le 1er août, contre 1,75% actuellement. Un taux qui fait pâle figure, à côté des 2,20% servis par Distingo, et, a fortiori, des 5,50% promis pour une durée de quatre mois à toute personne qui ouvrira un livret d'ici au 24 juillet.

Mais ces taux de 2,20% et de 5,50% sont bruts, c'est-à-dire qu'ils s'entendent hors fiscalité. Or les intérêts supportent des prélèvements sociaux, à hauteur de 15,5%, et sont soumis au barème de l'impôt sur le revenu (entre 0 et 45% suivant la tranche d'imposition du ménage). D'où un taux de taxation susceptible d'aller jusqu'à 58,2% pour les contribuables les plus aisés. Interrogé sur la politique de taux de Distingo pour les prochains mois, Jean-Baptiste de Chatillon assure qu'elle demeurera "extrêmement compétitive, avec, notamment, des offres promotionnelles récompensant la fidélité des premiers clients, ainsi que des offres de parrainage."

Les « captives » des constructeurs automobiles sont très dépendantes des marchés financiers

L'enjeu n'est pas anodin, pour Banque PSA Finance, comme, d'ailleurs, pour RCI Banque, la filiale de crédit automobile de Renault. Contrairement aux banques traditionnelles, les « captives » des constructeurs automobiles ne collectent pas de dépôts, et sont donc très dépendantes des marchés de capitaux pour financer les crédits automobiles des clients de leur maison-mère. Or, les difficultés de PSA Peugeot Citroën rejaillissant immanquablement sur l'activité de Banque PSA Finance, l'agence Moody's a relégué la note de solvabilité financière de cette dernière en catégorie spéculative, en avril dernier. Pas de quoi inciter les investisseurs à souscrire en masse aux futures émissions obligataires de Banque PSA Finance.

RCI Banque a collecté 2,6 milliards d'euros sur l'ensemble de ses produits d'épargne

C'est donc pour diversifier ses sources de financement que Banque PSA Finance s'est lancée dans l'épargne, avec Distingo, précédée, un an plus tôt, par RCI Banque, avec son livret Zesto. Lequel avait dépassé au 30 juin le milliard d'euros d'encours, en France comme en Allemagne, un pays où les constructeurs automobiles commercialisent depuis belle lurette des livrets bancaires.

Au total, RCI Banque, qui a également lancé un compte à terme, a collecté 2,6 milliards d'euros sur l'ensemble de ses produits d'épargne, ce qui lui permet de financer 10% de son encours de prêts. Une proportion qui n'est encore que de 3,5% chez Banque PSA Finance, dont les besoins de refinancement demeurent essentiellement couverts par les émissions obligataires, les lignes de crédit bancaire et la titrisation, à savoir le transfert - à des investisseurs - de crédits automobiles transformés en titres financiers.

 


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/07/2013 à 10:26 :
vu la nullité à s'en sortir du gouffre,il sont bien pensé de jouer au Madoff made by PSA.
Qui est le garant du livret A made by Sochaux???? Si vous perdez la mise on vous fera
cadeaux d'une 308,je présume!!!!!
a écrit le 17/07/2013 à 9:58 :
Et bientôt des banques qui vendent des voitures ?
Réponse de le 17/07/2013 à 12:50 :
Oui très bientôt!!! Et sans blague ...
En gros c'est une continuité de service.
Au lieu d'acheter votre véhicule chez un concessionnaire ou un mandataire, de faire votre prêt dans votre banque, et d'allez faire votre épargne dans une autre banque ... vous aurez tout de centralisé au même endroit. Gain de temps, mais aussi d'argent!!!
Un peu ce qui se fait aujourd'hui pour l'immobilier!!!
Renseignez-vous ...
a écrit le 16/07/2013 à 20:46 :
Des commentaires bizarres ... Le livret Zesto de RCI Banque (Renault) est très bien. Celui de PSA me fait peur, vu l'instabilité de l'actionnariat actuel de PSA. En tout cas au lieu de soutenir chichement l'Etat à travers le livret A, chacun devrait thésauriser un peu sur ces livrets pour soutenir l'industrie française. Des obligations d'industrie seraient souscrites par les français si il y avait un véhicule financier simple pour eux, à la place des zinzins, des assureurs et autres banksters.
a écrit le 16/07/2013 à 18:09 :
rien ne m'étonne Il n y a pas que la crise mais aussi les pratiques,chez PSA s'associer avec Fiat et GM (Opel) point de vente.c'est une mauvaise choix Fiat et GM (Opel) jouer le jeu et de ne pas respecter les règles du commerce ,je étais une fois dans un garage Fiat et GM (Opel) PSA on dispose de Fiat et GM (Opel) avant PSA derrière ils ont êtes incapable de me livrer temps réel. l n y pas même le vendeur chez PSA le vendeur qui mon occupe travaille chez fiat
a écrit le 16/07/2013 à 17:56 :
C'est logique que les entreprises s'orientent vers la finance puisque la spéculation rapporte plus que la production. Tant qu'il n'y aura pas une taxe qui rétabli l'équilibre entre le revenu du travail et celui de la finance, la situation de notre industrie ne va pas s'améliorer. D'autant plus que les réformes misent en place font bénéficier à notre économie du pire des deux mondes : La fiscalité asphyxiante à la française, et le libéralisme déloyale à l'anglo-saxone...
Réponse de le 16/07/2013 à 18:25 :
PSA diversifie les sources de son financement. Où est la spéculation ?
a écrit le 16/07/2013 à 17:27 :
Je me pose une question toute simple, les capitaux recueillis sur le livret d'épargne Distingo par la banque PSA Finance sont garantis par qui ? Par le groupe PSA ? Même pas peur surtout quand on lit plus loin PSA Peugeot Citroën bat les records de... chute en Europe
Réponse de le 16/07/2013 à 18:24 :
La banque PSA est garantie par l'Etat français.
Réponse de le 16/07/2013 à 20:05 :
Non pas garantie mais financé par l' Etat Français
Réponse de le 16/07/2013 à 22:09 :
L'Etat a accordé une garantie de 7 milliards http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/20130211trib000748068/bruxelles-valide-en-partie-la-garantie-de-l-etat-a-la-banque-de-psa.html
Réponse de le 17/07/2013 à 9:11 :
En réalité, la modique somme de 7 milliards est une garantie par notre vaillant état à la banque PSA, une somme qui garantit facilement le financement et les risques qui sont normalement pris par l'entrepreneur; là ce sont nous les français qui entreprennent! Félicitations à mes chers "compatriotes", pourtant être entreprenant cela ne faisait pas partie de l'exception culturelle française? Avec, nous, l'état a pris aussi "son" droit d'intervention sur la direction et la facheuse question "nationale" de la revente de l'automobiliste PSA qui pour le moment partirait en Chine.
Réponse de le 17/07/2013 à 10:32 :
@kurash-jb-zorro17-midas: rien de tout cela: le garant et l'état c'est nous,l'imbécile du
contribuable qui grace à lui tout sera réglé.Donner de l'argent à PSA c'est la meme chose
que se castrer.....
a écrit le 16/07/2013 à 16:57 :
Motivation : Préserver l'Industrie Française
en fonction durable avec qualité au marché
International Mr Philippe VARIN
Président du Directoire et toute votre équipe
PSA PEUGEOT CITROËN
75 Avenue de la Grande Armée
BP. 0116 75761 Paris Cedex 16

Le 13 Mai 2013


Mesdames et Messieurs,

C'est avec beaucoup d'attention que j'ai lu votre biographie. N'étant moi-même pas diplômé, et n'ayant aucune qualité qui me permettrait de vous adresser un courrier, cette lecture m'a inspiré du respect envers vous.
Aujourd'hui, quand j'ai vu que l'usine de PSA d'Aulnay-sous-Bois était sur le point de fermer, j'ai eu beaucoup de mal a l'accepter. Les syndicats accusent les dirigeants de PSA. Mais après avoir eu une responsabilité dans une usine fabriquant des camouflages pour PSA, en France, et avec toutes mes autres expériences acquises au cours de cette responsabilité, je suis contre les syndicats. Toutes les industries Françaises (petites ou grandes) qui ferment ou qui sont sur le point de fermer, qui ont été délocalisées ou qui vont l'être, c'est de la faute de la plupart des syndicats. Je me rappel la livraison d'AIRBUS 380. La partie qui devait être fabriqué par l'Allemagne et celle qui devait être fabriqué par l'Angleterre ont été terminés en temps et en heure alors que celle qui devait être fabriqué par la France était en retard. Et par la même raison, on a perdu le droit d'organiser les J.O 2012 à Paris. Même en dehors du problème des syndicats il y en a d'autres qui seraient simples à résoudre. Donc, de ce point du vue, j'ai plusieurs options qui peuvent préserver les industries de France. Je sais que c'est une grande responsabilité, au dessus de mes diplômes et de mon éducation. Mais je sais ce que je fais et ce que je dis, car j'ai lu la biographie d?Einstein. Aujourd'hui, mon seul objectif est de diminuer la consommation et d'augmenter la production en gardant la mêmes quantité d?ouvriers et le même montant de salaire. J?espère et je suis convaincu qu'il n'est pas trop tard pour garder durablement notre industrie
Je connais l'immensité de l?Océan Atlantique et n'ayant pas de bateau il faudrait que je le traverse à la nage. Cependant je sais que j'y arriverai avec votre soutien. Je ne cherche pas à obtenir un travail ou de l'argent. Je souhaite seulement sauver nos industries en vous proposant quelques idées.
Je ne souhaite pas vous faire perdre votre temps inutilement car je sais que pour la France elle a beaucoup de valeur, mais je pense qu'il fallait absolument que je confie ces paroles à quelqu'un de votre rang quelqu?un comme vous qui dirige les industries françaises ou mondiale.
Maintenant, je souhaiterais vous exposer directement ces idées et, si j'ai réussi à gagner un minimum de votre confiance, je sollicite un petit entretien avec vous.
a écrit le 16/07/2013 à 16:49 :
Vous avez parfaitement raison. Je vous prie de m'excuser, le texte vient d'être corrigé.
a écrit le 16/07/2013 à 16:34 :
Messieurs de la tribune, depuis le 01 Janvier 2013 le Prélèvement libératoire n'existe plus !!!
Vérifiez vos sources...et surtout leur date !!!!!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :