Les grandes banques européennes s’inquiètent des taux bas

 |   |  885  mots
UniCredit, la deuxième plus grande banque italienne en termes de capitalisation boursière, a revu à la baisse son objectif annuel, visant désormais un chiffre d'affaires de 18,7 milliards d'euros au lieu des 19 milliards visés initialement.
UniCredit, la deuxième plus grande banque italienne en termes de capitalisation boursière, a revu à la baisse son objectif annuel, visant désormais un chiffre d'affaires de 18,7 milliards d'euros au lieu des 19 milliards visés initialement. (Crédits : © / Reuters)
La faiblesse des taux d'intérêt qui va se prolonger plus longtemps que prévu pousse les grands prêteurs européens à réviser leurs ambitions. Dans cet environnement, la banque italienne UniCredit a revu à la basse son objectif de chiffre d'affaires et le groupe allemand Commerzbank juge ambitieux d'améliorer son bénéfice annuel.

À l'occasion de la présentation de leurs résultats trimestriels, mercredi 7 août, plusieurs grandes banques européennes ont averti que la faiblesse des taux nuirait à leurs activités, observe le Financial Times.

En effet, UniCredit, la deuxième plus grande banque italienne en termes de capitalisation boursière dirigée par le français Jean-Pierre Mustier, a revu à la baisse son objectif annuel, visant désormais un chiffre d'affaires de 18,7 milliards d'euros au lieu des 19 milliards visés initialement. Son patron justifie cette correction par "l'environnement actuel où les taux devraient rester plus longtemps à la baisse".

Jusqu'il y a peu, de nombreux prêteurs de la zone euro espéraient que la BCE relèverait ses taux d'intérêt pour la première fois depuis une demi-décennie, ce qui aurait permis de booster les revenus qu'ils gagnent en prêtant de l'argent aux particuliers et aux entreprises. Mais, c'était sans compter l'assombrissement des perspectives économiques mondiales, plombées notamment par un net repli industriel en Allemagne, un possible hard Brexit et de fortes tensions commerciales entre Pékin et Washington.

Nouvelle baisse attendue du taux de dépôt de la BCE

Pour soutenir l'activité économique, la BCE s'apprête ainsi à maintenir sa politique monétaire accommodante. Le 25 juillet dernier, elle a ouvertement évoqué le fait qu'elle pourrait baisser ses taux d'intérêt dans les mois à venir. La banque centrale européenne devrait ainsi réduire en septembre son taux de dépôt, fixé pour l'instant à -0,4% et qui se traduit par une charge pour les banques qui déposent leur liquidité à la banque centrale. Les marchés anticipent un taux ramené à -0,6% d'ici à la fin de l'année. Toutefois, selon les calculs de Reuters, les banques de la zone euro pourraient bénéficier d'un lot de consolation de plusieurs milliards d'euros si la Banque centrale européenne décidait de moduler le coût qu'elle facture à leurs dépôts.

Quoi qu'il en soit, Commerzbank, la deuxième banque allemande, a elle aussi révisé ses ambitions. Elle a ainsi prévenu mercredi que son objectif d'amélioration de son bénéfice annuel apparaissait désormais "beaucoup plus ambitieux" au regard de la détérioration sensible de la situation macroéconomique et géopolitique. En dépit des gains de clientèles sur le trimestre écoulé (108.000 net dans la banque de détail) les défis continuent de croître, a résumé son patron Martin Zielke.

Les taux négatifs de la BCE en sont un, "mais l'intention n'est pas de les répercuter à nos clients privés", assure Stefan Engel, le directeur financier du groupe allemand. Mais "si la tendance prévalait sur le marché, nous devrions regarder de plus près", a-t-il tout de même concédé.

UBS fait payer les taux négatifs à ses clients

La banque suisse UBS, elle, a déjà franchi ce cap. Elle a annoncé qu'elle ferait payer des frais pour les dépôts en euros au sein de sa branche suisse face à la faiblesse persistante des taux d'intérêt. A partir de novembre, des frais annuels de 0,6% seront perçus sur les dépôts de plus de 500.000 euros pour les clients en Suisse, a-t-elle précisé à l'AFP. Jusqu'à présent, ces frais s'appliquaient à partir d'un million d'euros.

"Les conditions sur les marchés monétaires et les capitaux restent très difficiles. Les taux d'intérêts sont plus faibles qu'attendus, se maintenant en terrain négatif", a indiqué la banque pour expliquer sa décision.

En France, BNP Paribas a également reconnu que les taux bas allaient impacter ses revenus, mais pas sur l'exercice 2019. "La "guidance" [prévision] sur 2019 ne change pas, et sur 2020, bien sûr, les taux vont avoir un impact sur les revenus. Pourra-t-on tout compenser ? Sûrement pas », a reconnu Thierry Laborde, le directeur des marchés domestiques, lors de la présentation des résultats trimestriels le 31 juillet dernier. « Nous avons pris de nouvelles initiatives sur les coûts, et nous avons l'activité d'assurance et des relais [de croissance] pour générer des revenus. Ceci dit, cet environnement est aussi une bonne nouvelle pour le coût du risque", a-t-il relevé.

Une tendance mondiale

De son côté, Société Générale s'était montrée plus confiante lors de la publication de ses résultats. Interrogé sur la perspective d'une baisse des taux en Europe, son directeur général, Frédéric Oudéa, a indiqué :

"La baisse des taux touche fondamentalement la banque de détail. Or, seulement 10% de nos revenus sont directement impactés par les taux en zone euro, sur la marge sur les dépôts collectés essentiellement. Nous ne changeons pas notre 'guidance' annuelle ni celle de 2020 pour notre banque de détail en France."

Cet environnement de taux bas n'est pas propre à l'Europe. Le 31 juillet dernier, la Fed a abaissé ses taux d'intérêt pour la première fois depuis la crise de 2008 et d'autres baisses pourraient suivre. Cette tendance s'observe ailleurs dans le monde. Mercredi, l'Inde, la Nouvelle-Zélande et la Thaïlande ont, elles aussi, abaissé leur loyer de l'argent pour faire face à un risque de ralentissement économique.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/08/2019 à 17:13 :
article intéressant du Financial Times, il y a 2 jours, sur les taux de crédit conso aux US : le taux moyen a grimpé en flèche depuis 2016, de 13,4% à 18% aujourd'hui. un business lucratif pour les banques américaines (US credit card interest rates hit 25-year high, FT, 06/08/2019). le WSJ écrivait aussi ces derniers mois que les banques US étaient tirées par la banque de détail.
a écrit le 08/08/2019 à 13:52 :
Ils n'entendent pas, je ne suis même pas sûr qu'ils le font exprès ils ont l'air tous complètement demeurés il faut bien se l'avouer, ce que cette vérité leur hurle dessus:

"Sortez l'argent des paradis fiscaux et libérez enfin les salaires et l'investissement bon sang ! Sauvez l'économie dont vous avez tant profité !!!"

"Acquérir de la puissance cela se paie cher, la puissance abêtit" Nietzsche

Too big to understand

L'impasse financière.
Réponse de le 08/08/2019 à 19:49 :
Je crois que vous n’avez pas une bonne vision de ce que font les banques en France et de leurs efforts pour financer l’économie. Vous devriez voir les augmentations des en-cours de credit
Réponse de le 09/08/2019 à 8:57 :
@ multipseudos:

ET moi je suis certain que tu ne comprends même pas ce que tu écris...

SIgnalé

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :