Quand le papier commercial passe au digital : coup d’envoi réussi de la place de marché d’Orange NowCP

 |   |  552  mots
Au lieu de deux jours actuellement, le règlement livraison des achats de titres de trésorerie prendra moins de cinq minutes grâce à la plateforme numérique NowCP interconnectée au dépositaire central nouvelle génération ID2S, qui utilise une Blockchain privée.
Au lieu de deux jours actuellement, le règlement livraison des achats de titres de trésorerie prendra moins de cinq minutes grâce à la plateforme numérique NowCP interconnectée au dépositaire central nouvelle génération ID2S, qui utilise une Blockchain privée. (Crédits : NowCP)
Les toutes premières transactions entièrement digitalisées sur le marché monétaire ont eu lieu sans incident ce mardi sur la plateforme de gestion de titres de trésorerie NowCP, une initiative de place dont Orange est à l'origine. Le règlement livraison des opérations, entre actionnaires de la place de marché (Amundi, BNP Paribas, CACIB, Natixis, Ofi AM) a été réalisé dans la journée, contre 2 jours actuellement, sur le nouveau dépositaire central ID2S, contrôlé désormais par Orange et Citigroup. EN attendant le quasi temps réel quand le système sera rodé.

Même les ex « billets de trésorerie » passent au numérique. Ces titres de créances, très utilisés pour le financement à court terme des entreprises, vont connaître une petite révolution, celle de la quasi instantanéité des opérations, grâce à une plateforme en ligne baptisée NowCP (clin d'œil au terme de NeuCP, le nouveau nom des certificats de dépôt et billets de trésorerie depuis la réforme de 2016). Cette plateforme de place, lancée à l'initiative de la direction financière d'Orange, a réussi son ouverture commerciale et ses toutes premières transactions ce mardi 16 juillet.

« Après des tests intensifs, nous avons réalisé les premières opérations de financement et d'investissement entièrement digitalisées via NowCP sur le marché du "commercial paper". Tout fonctionne. Il ne s'agit plus de tests mais de vraies transactions, avec du vrai argent, réalisées pour la première fois en monnaie banque centrale dans le système de la BCE, via notre dépositaire central ID2S, qui a effectué le règlement livraison très rapidement en valeur-jour, comme prévu » nous explique Jérôme Berger, le directeur Financement et trésorerie d'Orange, également président de NowCP et d'ID2S.


Le règlement-livraison des opérations a pris quelques heures, contre deux jours actuellement. L'objectif est de passer rapidement à moins de cinq minutes. Concrètement, NowCP gère un système multilatéral de négociation, réunissant émetteurs, investisseurs et intermédiaires, et leur propose un service de financement et d'investissement quasi-instantané, de la négociation jusqu'au règlement-livraison en monnaie banque centrale, grâce à l'utilisation intégrée d'un dépositaire central de titres, ID2S, s'appuyant sur une technologie de registre distribué (une Blockchain privée).

« Ce n'est pas qu'un changement technique. Le temps réel va bouleverser la gestion de trésorerie au quotidien pour de nombreuses entreprises » insiste Jérôme Berger, d'Orange.


Roder le système

Les échanges sur le marché monétaire seront plus fluides, les horaires de négociation étendus.

Par souci de prudence, afin de « roder le système », ces premières transactions, qui se chiffrent en millions d'euros, ont été réalisées entre les actionnaires de NowCP (Orange, Amundi, BNP Paribas, Crédit Agricole CIB, Natixis, Ofi AM).

La plateforme sera ouverte d'ici à la fin du mois à « l'ensemble de l'écosystème » du marché monétaire. « De multiples émetteurs et investisseurs de premier plan ont déjà exprimé le souhait de rejoindre NowCP et plusieurs sont déjà prêts » confie Jérôme Berger. L'objectif est de monter en puissance progressivement en veillant à ce que l'augmentation de la volumétrie n'altère pas le temps de réponse.

A terme, NowCP pourrait ouvrir son capital (dans lequel Orange est majoritaire) à d'autres acteurs, européens notamment, l'ambition étant d'en faire « une place de marché européenne » pour le marché monétaire. Le nouveau dépositaire central ID2S, dont la startup britannique Setl, qui a développé la technologie sous-jacente, avait 40% du capital, est désormais contrôlée de façon « très majoritaire » par Orange, aux côtés de la banque américaine Citigroup, qui avait investi initialement dans Setl, avant sa restructuration.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :