Blockchain : la plateforme de place Iznes dépasse le milliard d'euros d'encours

 |   |  589  mots
(Crédits : DR)
Six sociétés de gestion d'actifs, d'Ofi AM à La Banque Postale AM, ont pris le contrôle du capital de cette plateforme d'achat-vente de parts de fonds sous Blockchain, dont la Fintech britannique Setl est sortie. L'objectif est désormais de se déployer à l'international.

La startup de place Iznes prête à prendre son envol. Créée fin 2017 à l'initiative d'Ofi Asset Management (gestionnaire d'actifs contrôlé par la Macif et la Matmut) et de la jeune pousse de la Fintech britannique Setl, avec trois autres sociétés de gestion initialement, cette jeune entreprise a conçu une solution de tenue de registre utilisant la technologie de la chaînes de blocs (née avec le Bitcoin), ayant l'ambition de créer « la première plateforme pan-européenne d'achat et de vente de fonds en Blockchain ». Les difficultés financières de Setl, placée sous mandat judiciaire en mars pour mener, sous la houlette notamment de l'ex-gouverneur de la Banque de France Christian Noyer, une profonde réorganisation et un repositionnement comme fournisseur de solutions, achevés début mai, ont conduit les actionnaires à se mettre autour de la table pour organiser l'avenir d'Iznes.

La recomposition du capital est désormais finalisée, comme l'a annoncé Iznes ce jeudi 23 mai : Setl est sortie du tour de table et les six sociétés de gestion fondatrices, toutes françaises, Ofi AM, Arkéa IS, Groupama AM, La Banque Postale AM, La Financière de l'Echiquier (LFDE, groupe Primonial) et Lyxor Asset Management (groupe Société Générale) détiennent aujourd'hui l'intégralité du capital d'Iznes. Elles avaient participé à la capitalisation d'Iznes début 2018 (pour quelques millions d'euros, selon nos informations).

« Cette opération renforce Iznes et lui donne les moyens nécessaires à son développement international. Iznes rachète notamment la propriété intellectuelle de sa plateforme, recrute l'équipe de Setl qui a conçu le produit et internalise ses développements informatiques », précise le communiqué.

Iznes continuera d'utiliser sous licence la technologie Blockchain de Setl.

Plus d'un milliard d'encours

La plateforme en elle-même avance : grâce à sa blockchain privée, qui n'utilise « pas de crypto-monnaie ou de coins » et assure la confidentialité des données, elle est à la fois une sorte de marketplace d'investissement et un registre mis à jour en temps réel. Elle facilite l'accès des clients aux OPCVM, réduit les coûts de transaction et apporte un haut niveau de sécurité aux investisseurs et aux sociétés de gestion. Plus de 20 sociétés de gestion, dont Amundi, Aviva Investors, BNP Paribas AM, Ostrum AM (Natixis), Lazard Frères Gestion, Candriam, etc., l'ont rejointe. Elle compte encore élargir sa communauté de sociétés de gestion.

Depuis son lancement opérationnel en mars, la plateforme a passé le cap du milliard d'euros d'encours sous registre au mois de mai.

« Ce succès repose aussi sur la capacité d'Iznes à s'intégrer dans l'écosystème des "Asset Servicers" [fournisseurs de services aux gestionnaires d'actifs comme SGSS, BPSS, Caceis, Ndlr] », souligne le communiqué.

--

Blockchain Iznes

[Sur le site d'Iznes, il est possible de souscrire en direct des parts de fonds. Crédit : Iznes]

--

Iznes compte poursuivre son développement « en tant que plateforme régulée » en France et au Luxembourg, où elle est en concurrence avec la plateforme FundsDLT de Fundsquare (une filiale de la Bourse du Luxembourg), testée également par BNP Paribas AM, Natixis IM ou Credit Suisse.

« Grâce à cette plateforme de place, le gérants d'actif peut proposer à son client de souscrire directement aux fonds, sans intermédiaire », avait expliqué Jean-Robert Hervy, le directeur général d'Iznes depuis février 2018 et ex-Chief Data Officer d'Ofi AM, lors de la conférence La Tribune Blockchain Summit le 18 avril dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :