Très grosse commande confirmée pour Airbus, pas de recapitalisation par EADS en vue

 |   |  348  mots
La compagnie d'Abou Dhabi, Etihad, confirme avoir commandé 51 appareils à la filiale d'EADS. Le groupe aéronautique affirme qu'il n'aura pas besoin de recapitaliser sa filiale Airbus dès 2009.

Etihad, compagnie aérienne basée à Abou Dhabi, a confirmé une commande de 51 Airbus, selon l'agence Reuters. Elle se décompose en six très gros porteurs A380, 25 A350 et 20 petits A320. Cette commande devrait figurer dans les données d'Airbus pour novembre, indique une source citée par 'agence.

Airbus s'est refusé à tout commentaire dans l'immédiat. Cette commande avait été annoncée lors du salon aéronautique de Farnborough , près de Londres, en juin dernier, mais n'était pas apparue dans le carnet de commandes d'Airbus parce que les négociations se poursuivaient, selon des sources sectorielles.

Par ailleurs, EADS, la maison-mère d'Airbus, affirme qu'elle ne va pas recapitaliser sa filiale Airbus dès 2009 contrairement à ce qu'affirmait ce vendredi notre confrère Les Echos, évoquant une opération de  plus de deux milliards d'euros.

Même si un porte-parole non identifié indiquait plus tôt à l'agence Reuters : "les dépenses pour les programmes en cours proviennent des entités nationales, tandis que les bénéfices vont au groupe Airbus. Cela a créé un déséquilibre qui sera compensé par le biais de ces mesures juridiques et financières". Il ajoutait que celles-ci n'auraient pas d'incidences sur les activités au jour le jour. Il confirmait qu'Airbus France avait besoin de 1,2 milliard d'euros.

Selon Les Echos, Airbus Deutschland nécessite 800 millions d'euros et Airbus UK de 600 millions. "Ce nouvel Airbus constitue une étape vers une nouvelle intégration. Il nous aidera à devenir plus efficaces", déclarait encore le porte-parole, citant le président d'Airbus Tom Enders.

Au contraire, un porte-parole d'Airbus précise que les besoins internes en capitaux chez Airbus devraient être réglés via une simplification de structures entre celles souffrant d'un manque de fonds propres, les filiales nationales à commencer par Airbus France, et celle bénéficiant d'un excédent, la holdlng Airbus organisée en SAS, société anonyme simplifiée de droit français qui "présenterait une situation de fonds propres positifs". Elle n'aurait pas de conséquence pour les salariés des usines françaises.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Faux et archifaux vérifiez vos sources avant de publier des bilans comptable que vous en savez pas lire
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
l'égoisme de bison fûté, les autres on s'enfoutent.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :