Défense : la France se donne les moyens de conserver une filière poudres et explosifs performante

L'Etat a autorisé le groupe SNPE à participer à une augmentation de capital de plus de 90 millions d'euros de sa filiale Eurenco, spécialisée dans la fabrication des poudres et explosifs pour munitions, obus et petits missiles. Une opération qui pourrait être le prélude à une reconsolidation de la filière des poudres et explosifs.

2 mn

Eurenco produit le combustible des Exocet / DR
Eurenco produit le combustible des Exocet / DR

Une assemblée générale d'Eurenco, société spécialisée dans la fabrication des poudres et explosifs pour munitions, obus et petits missiles, a approuvé en fin d'année une augmentation de capital de 93 millions d'euros, qui va notamment servir à construire une nouvelle usine ultramoderne à Sorgues (Vaucluse), dont le nom de code est le projet Phénix. La participation de SNPE à cette opération s'effectuera en numéraire à hauteur de 70 millions d'euros et par apport en nature d'actifs immobiliers situés à Sorgues (13,1 millions d'euros) et à Bergerac (10,33 millions d'euros). De locataire de SNPE, Eurenco en devient aujourd'hui propriétaire. Enfin, cette opération maintient la participation de SNPE au capital d'Eurenco à 99,99 %.

Déjà au au c?ur de l'été, l'Etat avait autorisé, fin juillet, lors d'un conseil d'administration d'Eurenco, la construction de cette nouvelle usine à Sorgues à côté de l'ancienne, qui fonctionnera jusqu'à l'ouverture du nouveau site. La nouvelle entité devrait être mise en service à la fin du premier trimestre 2014. Les travaux vont commencer début 2013. Le montant des travaux est estimé à environ 90 millions d'euros. Du coup, Eurenco, qui peut commencer les travaux, devra trouver des financements complémentaires, explique-t-on à "La Tribune".

Vers une recomposition de la filière poudre et explosif

Cette opération pourrait enfin donner le départ de la recomposition de la filière des poudres et explosifs française. Nexter jouera-t-il le pivot de la consolidation des poudres et explosifs ? C'était la volonté du gouvernement précédent. L'option était toujours défendue par le ministère de la Défense à la fin de l'été. Le groupe public d'armements terrestres pourrait mettre la main sur  toutes les activités de poudres et explosifs de SNPE (900 salariés en 2011), dont Eurenco.  Soit au total près de 208 millions d'euros de chiffre d'affaires. 

Parallèlement à cette opération, Eurenco doit encore finaliser la vente de ses activités déficitaires en Finlande, basées à Vihtavuori (une dizaine de millions de chiffre d'affaires). "Soit on ferme, soit le gouvernement finlandais initie la reprise de cette activité, via un industriel local", expliquait à la fin de l'été un proche du dossier. Helsinki penche pour la reprise par un acteur local de ce site, spécialisé dans la fabrication et la commercialisation de poudres propulsives et d'allumage pour munitions civiles et militaires. Enfin au-delà, le PDG de SNPE, Antoine Gendry, avait également commencé à initier des discussions en vue d'une consolidation au niveau européen avec son concurrent Nitrochemie, une coentreprise détenue par Rheinmetall et le suisse Ruag.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 03/01/2013 à 21:52
Signaler
Ils ont une idée derriere la tete.....Pour fabriquer de la poudre aux yeux ou de le poudre de perlinpinpin!!!! Trop fort les socialos!!!!

à écrit le 02/01/2013 à 18:15
Signaler
C'est déjà bien, déjà que nous n'avons plus de fabriquant de bombes.

à écrit le 02/01/2013 à 17:41
Signaler
Voilà ce qu'on appelle diminuer la dépense publique. Ou encore relance par la consommation.

le 02/01/2013 à 18:00
Signaler
Voilà ce qu'on appelle maintenir l'emploi en investissant dans un outil industriel. Mais peut-être voudriez-vous voir ces salariés licenciés faute de structures industrielles performantes ?

le 02/01/2013 à 18:47
Signaler
@ Totoff : Dans toute collectivité surendettée, il y a des dépenses qu'il serait bon de faire, mais auxquelles on doit renoncer faute de pouvoir se les offrir. Il existe en outre des investissements pour sauvegarder l'emploi dont l'effet multiplicate...

le 02/01/2013 à 19:22
Signaler
Ce n'est pas en ayant une vision court termiste que la France va se relancer. Oui il faut des investissements industriels pour qu'elle retrouve une compétitivité, donc des emplois... C'est la croissance vertueuse. Vous êtes anti industrie de défense ...

le 02/01/2013 à 20:42
Signaler
Bonjour mon Kiporal, vous aimerez que je vous dise qu'il est inutile d'investir 90 millions d'euros dans une nouvelle usine de fabrication de poudre pour maintenir un outil industriel, pérenniser le site, maintenir les emplois ainsi qu'un savoir-fair...

le 02/01/2013 à 23:16
Signaler
@ Totoff : Aucun pays ne peut se relancer par l'investissement étatique lorsque l'état lui-même a l'endettement que nos gouvernements, de droite comme de gauche, ont accumulé depuis 1975. Sarkozy ne l'avait pas compris : il a augmenté l'endettement, ...

à écrit le 02/01/2013 à 17:02
Signaler
et pendant ce temps la , il ya des militaires qui ne sont toujours pas payer , pauvre france

le 03/01/2013 à 8:28
Signaler
Cher Kipo, Je suis d'accord avec vous concernant l'Etat mais l'investissement est réalisé par SNPE, une société d'Etat certes, mais qui a un bilan, des comptes... Son utilité est donc de créer de la richesse pour son actionnaire et pour ses salariés....

le 03/01/2013 à 10:51
Signaler
Cher Kipo. votre analuse très généraliste est manifestement celle de quelqu'un qui méconnait totalement le domaine industriel et commercial concerné: le site de Sorgues reste le seul pôle de compétence de ce type de produits en Europe occidentale et ...

le 03/01/2013 à 18:31
Signaler
@ Cataclope ...Et tant que ces hommes seront du pays où a sévi de Gaulle, l'intendance suivra, c'est ça ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.