Airbus Helicopters : les cinq mauvaises raisons de la décision polonaise

 |   |  1142  mots
Sur la période 2010 et 2015, la Pologne a royalement commandé à l'industrie tricolore 93,1 millions d'euros d'équipements militaires.
Sur la période 2010 et 2015, la Pologne a royalement commandé à l'industrie tricolore 93,1 millions d'euros d'équipements militaires. (Crédits : Airbus Helicopters)
Les conservateurs du PiS n'ont jamais voulu du Caracal fabriqué par Airbus Helicopters. Cet hélicoptère aurait été assemblé en dehors des circonscriptions du... PiS si le constructeur européen avait finalisé les négociations.

Depuis l'arrivée du PiS (Droit et Justice) au pouvoir en octobre 2015, les jours du Caracal fabriqué par Airbus Helicopters, étaient comptés. La décision de Varsovie de rompre les négociations avec le constructeur européen n'est donc pas à proprement parler une surprise. D'ailleurs le vice-président du PiS, Antoni Macierewicz, devenu quelques semaines plus tard ministre de la Défense, avait jugé en septembre 2015 cet hélicoptère dépassé. Il avait précisé à l'époque que l'industrie de la défense polonaise ne tirerait aucun profit de ce marché parce qu'elle en perdrait des emplois. Devenu ministre de la Défense, Antoni Macierewicz a continué son travail de sape contre Airbus Helicopters, en négociations exclusives avec Varsovie depuis avril 2015.

"Étant donné l'ampleur des divergences, il est très probable que l'accord n'aura pas lieu", avait déclaré en janvier 2016 le vice-ministre polonais de la Défense, Bartosz Kownacki, cité par le quotidien Rzeczpospolita. Concernant les Caracal, "le ministère de la Défense va tendre vers une relance de l'appel d'offres si les résultats des négociations d'offset", menées par le ministère du Développement "rendent impossible la signature du contrat", avait lui-même déclaré Antoni Macierewicz. "Le dernier mot sur l'ensemble du contrat reviendra toujours au ministère de la Défense", a précisé son porte-parole Bartlomiej Misiewicz.

Le PiS ne voulait tout simplement pas du Caracal

S'il y a bien une surprise, c'est le temps que la Pologne a pris pour se décider à rompre les négociations. Soit pratiquement un an. Le PiS ne voulait pas du Caracal, Antoni Macierewicz encore moins. Il avait d'ailleurs déclaré en février 2016 que la Pologne continuait "à négocier (l'achat) des Caracal". "Nous voulons qu'il profite à la Pologne, mais nous souhaitons nous appuyer sur les usines polonaises de Mielec et Swidnik sans renoncer aux Caracal", avait encore expliqué Antoni Macierewicz. Faut-il rappeler que Mielec et Swidnik sont des usines des rivaux d'Airbus Helicopters (Leonardo et Sikorsky) en Pologne.

Bref, une proposition intenable pour le constructeur de Marignane. D'ailleurs, le PiS avait expliqué à plusieurs reprises qu'il souhaiterait voir le contrat attribué à des sociétés qui produisent localement. Clairement, le parti Droit et Justice ne voulait pas des Caracal, qui plaisait pourtant aux forces armées polonaises. Il a eu sa peau après avoir pris certaines précautions en menant une négociation dont il savait qu'elle se terminerait par un échec. Il y a mis seulement les formes...

Une promesse de réaliser 100% d'offset en Pologne

"L'interlocuteur n'a pas présenté de proposition offset répondant à l'intérêt économique et la sécurité de l'Etat polonais", a expliqué le communiqué du ministère du Développement. Mauvaise foi de la part des Polonais ? Car Airbus Helicopters est allé très loin (trop? ) pour séduire Varsovie en faisant de nombreuses concessions. Conformément aux demandes de l'appel d'offres, le constructeur de Marignane a promis de réaliser des investissements compensatoires en Pologne (offset) de plus de trois milliards d'euros, soit le montant du contrat.

Dans le détail, Airbus Helicopters et le motoriste Safran Helicopter Engines (ex-Turbomeca) devaient installer leur chaine d'assemblage à Lodz. Ils s'étaient engagés à créer de l'ordre de 1.250 emplois directs et environ 2.000 indirects en Pologne. Notamment à Lodz (800 emplois directs) et Radom (250). Les Polonais avaient également obtenu des transferts de technologie massifs ainsi que des transferts de propriété intellectuelle qui leur permettaient de développer sous leur responsabilité des programmes d'amélioration du Caracal. En outre, la chaine polonaise avait obtenu la fabrication de Caracal gagnés à l'exportation dans certains pays par Airbus Helicopters. Enfin, le constructeur européen s'était engagé à faire monter en puissance le centre de recherche installé en Pologne, qui devait passer d'une trentaine d'ingénieurs à une centaine.

Les sites de Leonardo et Sikorsky... dans les circonscriptions du PiS

Pourquoi une telle défiance? Surement parce qu'Airbus Helicopters n'avait pas choisi les bons sites de production pour le Caracal. En revanche, c'est bien le cas de l'italien Leonardo (ex-AgustaWestland), qui proposait l'AW149 face au Caracal, et de l'américain Sikorsky (S-70). Les deux concurrents sont basés dans les circonscriptions du PiS avant les élections d'octobre 2015. D'où le parti pris des responsables du PiS pendant la campagne, notamment du ministre de la Défense polonais.

Le groupe italien avait racheté en 2010 l'usine de PZL à Swidnik (sud), qui produit des hélicoptères Sokol utilisés dans les opérations de sauvetage, la lutte contre les incendies et le transport, notamment militaire. Ils sont vendus en Pologne, en République tchèque et en Corée du Sud. Sikorsky Aircraft produit, quant à lui, dans son usine de Mielec (sud) sa nouvelle version de l'hélicoptère Black Hawk, S70i, destinée à l'exportation.

Les deux constructeurs ont joué sur du velours en martelant que la décision de Varsovie en avril allaient les contraindre à supprimer des emplois. Une mauvaise foi évidente, leur installation remontant à plusieurs années avant l'appel d'offres polonais. Antoni Macierewicz avait d'ailleurs exprimé en février dernier l'espoir que Sikorsky et Leonardo participent à un nouvel appel d'offres éventuel. Et dire qu'Airbus Group, qui veut faire de la Pologne son cinquième pilier, y emploie déjà 900 personnes. Le géant européen vient de prendre une belle claque de la part de Varsovie.

Le Caracal, un hélicoptère dépassé?

Le Caracal était-il un hélicoptère dépassé, comme l'avait expliqué Antoni Macierewicz ? Si cet appareil avait été dépassé, il ne serait certainement pas utilisé quotidiennement par les forces spéciales françaises dans toutes les opérations extérieures françaises. Mais peut-être que les forces armées polonaises sont rompues à des missions autrement plus difficiles que les forces françaises...

En outre, lors de la campagne de tests en conditions réelles, le Caracal a rempli toutes les exigences, et même au-delà selon certains responsables militaires polonais. Comme l'avait souligné en avril dernier le ministère polonais de la défense, l'offre d'Airbus était d'ailleurs la seule à remplir l'ensemble des critères indispensables.

La Pologne n'achète quasiment jamais "Made in France"

Ce contrat s'il avait été signé aurait mis fin à une période de disette pour les industriels français, qui font régulièrement un "bide" commercial à Varsovie. Sur la période 2010 et 2015, la Pologne, qui préfère acheter américain, allemand ou israélien, a ainsi royalement commandé à l'industrie tricolore 93,1 millions d'euros d'équipements militaires, selon le dernier rapport au Parlement 2016 sur les exportations d'armement de la France.

D'une façon plus générale, Paris souhaiterait opérer un rééquilibrage des relations commerciales avec la Pologne dont l'Allemagne est devenu en 2015 le premier partenaire avec près de 26 % du marché polonais contre 6 % seulement pour la France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/10/2016 à 15:13 :
bonjour a tous et a toutes, je peux commenter cette décision négative du gouvernement polonais par ceci : souvenez vous de l alliance militaire franco polonaise de 1919 et de la trahison de 1939, où la France n'a pas aidé du tout la Pologne à se défendre contre les nazis, ou de l'affaire de zyrardow en 1935 ou Marcel Boussac avait juré la perte de la pologne,
Sachez le que les Polonais dont je fais partie, n'ont pas la mémoire courte, et nous savons aussi l'arrogance de la diplomatie française dans les affaires polonaise dans la période d 'entre deux guerres, ou Paris voulait dicter sa conduite à Varsovie, s'ingérer dans les affaires polonaises, ce qui a conduit au renvoi injustifié de 250 000 POLONAIS du nord de la france en 1934 -35 sous des vagues impératifs économiques issus de la crise de 1929 mais qui en fait était un bras de fer politique et du chantage, vous ne faites pas comme on veut donc on vous renvoie des concitoyens avec 30 kg de bagages par trains entiers, cela ne vous rappelle pas quelquechose (les charters Pasqua)
Nous n avons pas la mémoire courte, et c est pour cela que nous savons ce que nous faisons, de toute maniére la diplomatie francçaise n a jamais compris la raison d'état polonaise et ne la comprendras jamais.....
quant au travailleur détaché ce n'est que le successeur du détésté Plombier polonais de 2004, de toute maniére, nous les polonais en france nous sommes que "tolérés" et non acceptés, toujours a la merci d'un renvoi possible.
Si vous ne voulez plus de polonais en france faite le savoir, au moins ce sera franc....
Réponse de le 01/11/2016 à 0:26 :
Vous n'avez pas la mémoire courte c'est bien noté, mais un poil sélective au vu des affaires florissantes germano-polonaises malgré la barbarie nazie. Quant aux histoires de travailleur détaché, le problème n'est pas la nationalité du travailleur mais le contrat et les conditions du travailleur. Que diriez vous si des milliers de travailleurs étrangers débarquaient en Pologne pour faire le même boulot que vous pour la moitié de votre salaire? D'ailleurs les pays de l'est européen ne se bousculent pas pour accueillir les réfugiés et quand on voit la malhonneteté et l'arrogance de votre gouvernement dans cette affaire d'hélicoptères je me dis que nous partageons ces travers dont vous nous accusez.
Justifier ce refus par des histoires aussi anciennes est d'une mauvaise foi stupéfiante, on peut se demander ce que nous faisons ensemble au sein de l'europe. Je vous rappelle également que la France est contributeur net au budget européen et la Pologne en bénéficie au même titre que d'autres.
a écrit le 17/10/2016 à 15:33 :
Il est pas normale que La France a vendu 30 Caracale avec touts équipements et armements et en plus avec un simulateur du vols au E A au prix d'1 Milliarde Euro et La Pologne devais payer 50 caracales sans équipement ni armement 3 milliards ?
Il y a un problème NON ?
a écrit le 10/10/2016 à 17:18 :
Article ultra partisant..
Je cite : Le Caracal était-il un hélicoptère dépassé, comme l'avait expliqué Antoni Macierewicz ? Si cet appareil avait été dépassé, il ne serait certainement pas utilisé quotidiennement par les forces spéciales françaises dans toutes les opérations extérieures françaises. Mais peut-être que les forces armées polonaises sont rompues à des missions autrement plus difficiles que les forces françaises...

D'une les francais n'achétent Airbus, pas américain, donc argument bidon, pas de comparaison possible.
De deux, quelle condescendance.. J'ai perdu une jambe en Irak pour aider nos alliés américains.
L'opération irakienne était cent fois plus compliquée que le Mali par exemple..Y a pas photo.
La France n'y est pas allé, peureuse comme elle est..
a écrit le 07/10/2016 à 19:37 :
@ BONSOIR : Ces polonais quelle ingratitude pour chaque hélicoptère acheté une photographie de Notre président normal... QUE FAIRE DE MIEUX !
a écrit le 07/10/2016 à 12:22 :
Maintenant l’équipe précédente devra rembourser le pot de vin :)
Réponse de le 17/10/2016 à 15:14 :
Oui ,c'est bien ca !!! Pour élection Donald Tusk
a écrit le 07/10/2016 à 12:06 :
Un article que j'ai écrit sur la question :
http://www.revolutionpermanente.fr/La-Pologne-annule-un-mega-contrat-avec-Airbus-Helicopters-qui-annonce-des-suppressions-d-emplois?utm_content=buffer41468&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer
a écrit le 06/10/2016 à 19:53 :
Attendons les élections Us , si Trump ramasse la mise l' Otan aura du plomb dans l' aile.
Les Polonais auront le bec dans l' eau....Les Anglais ne veulent plus de plombier Polonais...
pourquoi pas nous, tout en sachant que les Allemands ont leurs Syriens.
a écrit le 06/10/2016 à 15:54 :
C'est normal ce fiasco de dernière minute et l'absence de fiabilité polonaise, ils ont élu le parti populiste, eurosceptique Droit et Justice avec à sa tête Beata Szydło une sorte de Marine le Pen nommée pour 4 ans jusqu'en novembre 2019. Il ne faut pas s'étonner de tensions en Europe avec des populistes séparatistes de cet acabit. On a un déficit avec eux d'un peu plus d'un milliard mais surtout les anglais de plus de 5 milliards. Il suffit de boycotter le écrans plats, les meubles, une part d'agro-alimentaire, des équipements auto etc ! et attendre 4 ans un gouvernement normal et pas d'extrême droite qui sont des semeurs de zizanie comme toujours dans l'histoire.
Réponse de le 07/10/2016 à 10:37 :
C'est la faute des autres donc. Les peuples ont le droit d’élire qui ils veulent, même le diable. C'est ça la démocratie.
Le marché polonais est fermé car les français n'ont pas réagit assez tôt
( comme d'hab ) et se sont laissé devancer par les fabricants américains, allemands et US. Leurs usines sont déjà en place.
Hollande n'a plus qu'à regretter d'avoir lâché l'immense marché russe pour quelques lamentations hypocrites des polonais.
Réponse de le 08/10/2016 à 17:29 :
Oui les Allemands avaient voté en majorité pour Hitler en 1933... il a été élu, on connait la suite.
a écrit le 06/10/2016 à 15:19 :
Ils nous ont déjà fait le coup d'acheter des avions de combat US au lieu d'Européen (Mirage 2000 ou Gripen).

Ah pour nous amadouer sur la vente des bateaux Mistral aux Russes, ils ont été là !

Et pour prendre les chèques de l'union europeenne aussi.....

C'est à se demander s'il faut pas proposer aux russes de reprendre la Pologne. LOL.
Réponse de le 06/10/2016 à 17:57 :
Voilà l'Europe et on fait venir des travailleurs polonais elle est pas belle la salade !!!!!!
a écrit le 06/10/2016 à 15:02 :
comment expliquer vendre 30 caracal pour EUR1,1Mds au Koweit et 50 pour EUR 3,1md a la pologne?
Réponse de le 07/10/2016 à 13:09 :
Tout comme votre voiture peut prendre +50% selon les équipements que vous choisissez de mettre dessus.
Les hélico sont personnalisés à la demande du client et donc les prix de vente varient en fonction. A cela vient également s'ajouter les contracts de maintenance dont le contenu est également négocié avec le client.
Réponse de le 07/10/2016 à 14:13 :
Ils ont été bradés (de source sur)
a écrit le 06/10/2016 à 13:21 :
Depuis la disparition de l'Union Soviétique et l'indépendance de la Pologne, celle ci n'a acheté que du matériel américain. Elle préfère l'OTAN et le parapluie américain à une défense européenne. Peut-être à juste raison ? Ca restera à voir si Trump passe ... "ON" peut aussi remettre en question les lois favorables "au plombier" polonais ! On pourrait les laisser défendre l'espace aérien polonais avec leur F16, plus tôt que d'envoyer régulièrement des 2000 ou des Rafales.
"ON" pourrait peut-être accompagner les milliards que l'Europe verse d'un "buy europeen act" !
Réponse de le 06/10/2016 à 14:30 :
Defendre l'espace aérien polonais n'a aucun sens .La Pologne fait partie de l'Otan .L'europe est la zonne géographique la plus nucléarisée de la planete et de trés loin depuis la guerre froide .Tout type de bombes atomiques y foisonnent des deux cotés .Toutes agression contre un pays entrainera une escalade dont on ne sait ou elle pourrait finir et on voit trés trés mal la Russie s'interreser à la Pologne ,pour quels avantages !Tout ça est stupide la vérité est que la Pologne va ''''au mieux offrant ''''dans tous les domaines industriels ,compensations diverses ,pots de vin ext .....Qui cherche encore des verités hors de ça .....
a écrit le 06/10/2016 à 12:52 :
Malheureusement on sait bien ce qu'il y a derrière chaque contrat de ce type.
Et sans doute les commissions étaient déja versées et il aurait fallu en reverser...
a écrit le 06/10/2016 à 12:33 :
Boycotte Pologne
Boycott Poland
Réponse de le 06/10/2016 à 15:50 :
Boycott Auchan, Boycott Cerrfeur and French Food. What did France France in September 1939
Réponse de le 06/10/2016 à 19:44 :
To Dr Futter,
France declared war on Nazi Germany. And by the way, US were locked in total isolationism and later approved Stalin's grip on Eastern Europe at Yalta... for 50 years.
a écrit le 06/10/2016 à 11:58 :
Les Polonais profitent de l'Europe au maximun mais prendront toujours du matériel Américain et surtout pas Français. Des pays comme ça dans l'Europe c'est une énorme erreur!
Réponse de le 06/10/2016 à 12:51 :
Euh là pardon, sans dévaloriser Airbus Helicopters, les polonais achètent un excellent matériel italien de l'hélicoptériste Leornardo qui a déjà eu l'occasion de faire ses preuves (de ce côté là, l'AW 149 des troupes italiennes
en Afghanistan donne entièrement satisfaction sur un terrain difficile).
Forza Leonardo !
Réponse de le 06/10/2016 à 14:29 :
@jcc: Je vous rejoins totalement. A chaque fois la Pologne nous fait le coup (f16 alors qu'ils avaient promis prendre le mirage par ex), alors pourquoi perdre son temps à répondre à leurs appels d'offre. La Pologne a prouver bien des fois qu'elle n'était pas fiable.
Réponse de le 06/10/2016 à 16:34 :
On connait relativement bien les pratiques de Leonardo comme en Inde, en Algérie... Ce qui ne veut pas dire que Leonardo ne fait pas de bons appareils mais pour gagner des contrats vous savez comment faire la différence en dépit des contraintes de salaire des ouvriers italiens... Et puis, toutes les armées du monde y compris américaine, apprécie aussi les hélicoptères d'Airbus
Réponse de le 06/10/2016 à 18:00 :
Vous commencez a comprendre...... et ce n'est pas fini.
Réponse de le 06/10/2016 à 23:07 :
@Totoff. Parce que tu crois qu'Airbus est au-dessus de tout soupçons en matière de contrats et que ce sont des anges ??? C'est un peu naïf comme raisonnement. Quant aux ouvriers italiens et mêmes aux ingénieurs, ils ont un savoir-faire que tu le veuilles ou non pour produire d'excellents appareils qui font leurs preuves dans les armées ou bien les compagnies pétrolières (y compris américaines) qui les achètent. Et oui, mon vieux, tu le regrettes forcément au fond de toi, mais en Europe, Airbus (à l'excellent savoir faire au demeurant) n'est pas seul à produire d'excellents hélicoptères.
a écrit le 06/10/2016 à 11:30 :
Hollande va aller faire la carpette à Varsovie; il a encore quelques jours pour changer d'avis. Je commence à comprendre les rosbifs qui ne veulent plus du plombier polonais et veulent leur fermer définitivement les frontières. Nous payons et ils disposent; c'est un sacré marché de dupes pour l'Europe de l'Ouest (ça concerne autant les Allemands que nous d'ailleurs).
Les commerciaux d'Airbus se sont pris un vent trés prévisible et on peut se demander pourquoi ils ont fait autant de concessions.
L'Europe, celle mercantile de Bruxelles est bel et bien morte; est-ce réellement une perte.
Retournons aux fondamentaux de l'Europe des 6.
a écrit le 06/10/2016 à 11:11 :
C'est politique. C'est tout. Presque tous ces contrats sont d'abord politiques. Ici, c'est du protectionnisme électoral, de manière à satisfaire leurs électeurs dans des régions où sont les usines des concurrents et donc où peut-être même leurs campagnes ont été financées...
Il ne faut pas chercher plus loin. Partout dans le monde, ce n'est que rarement le meilleur produit militaire qui gagne, mais le mieux géré politiquement. La Pologne roule US depuis longtemps et veut garder le soutien américain. Ca s'achète.
Réponse de le 17/10/2016 à 23:36 :
Tiens, y'a quand même quelqu'un qui a compris.

TOUS les contrats de ce type sont politiques. Et c'est rarement le meilleur qui gagne. Celui qui gagne, c'est celui qui a une politique extérieure lisible, et qui livre le matériel qu'on lui commande.
Seulement voila; les français veulent vendre des armes, mais veulent aussi qu'on leur demande une autorisation avant de s'en servir. Et là, ca bloque. Les exemples commencent à s'accumuler (embargo contre Israël après la guerre des 6 jours ,qui jusque là achetait 90% de ses besoins d'armes en France. Plus récemment, le cas des mistral achetés et PAYES par les russes, mais non livrés à cause des jérémiades polonaises et ukrainiennes)
Et qu'on ne vienne pas me parler de cas de conscience et de moralité là dedans. Quand on vend des armes, on ne donne pas de leçons de morale. Et si on veut en donner, il faut vendre autre chose.
a écrit le 06/10/2016 à 10:44 :
Dans cette affaire, FH s'est fait ridiculiser par la Pologne qui a obtenu l'annulation de la vente des deux Mistral à un Pays ami de la France ! Cela, sans la moindre contrepartie, ni de la Pologne, ni des US ! La Grande-Bretagne a parfaitement raison de vouloir reprendre le contrôle de ses flux migratoires, notamment en provenance de Pologne .
a écrit le 06/10/2016 à 10:18 :
Les ex-pays de l'est dans l'UE, grosse erreur.
Réponse de le 11/10/2016 à 10:16 :
Quel serait le théâtre européen à l'Est aujourd'hui si l'Europe n'avait pas tendu les bras à ces pays ? D'ailleurs, avions-nous le choix ?
Maintenant, je suis d'accord pour que l'Europe et la France se fassent maintenant respecter. On s'est fait grossièrement cocufier, tant mieux au moins les choses sont maintenant claires.
Le quai d'orsay est d'ores et déjà en train de "remettre à plat notre relation bi-latérale" ...et la France a peu à perdre !
En 2020, au terme des accords en cours, le robinet de la solidarité européenne aura tant qu'assez coulé pour nos "amis" polonais qui devront (enfin) donner des gages ou acter leur isolement.
a écrit le 06/10/2016 à 9:28 :
C'est pas grave, grâce à la nouvelle doctrine Alstom le gouvernement va racheter les 50 hélicoptères pour les affecter au transport scolaire en Corrèze.
Réponse de le 06/10/2016 à 11:33 :
Avec les missiles, pour faire la place si une voiture est mal garée sur l'aire d'atterrissage devant l'école.
a écrit le 06/10/2016 à 8:54 :
Le Caracal, un hélicoptère dépassé? Est ce que la France utiliserait un autre hélicoptère pas français? Ce n'est pas une réference valable... Encore un peu de proteccionisme français...
Les AS332 et EC225 sont toujours a terre dans le monde civil... Personne en veut... Donc il y aurait peut être d'autres problèmes avec le Caracal dont on ne veut pas en parler...
Réponse de le 06/10/2016 à 12:40 :
Comment avoir une France forte quand pour des raisons de politiques interne des gend comme vous amg collaborent avec des gens comme les polonais et se permettent sans rien y connaître de dénigrer une production nationale .
Pour les gens comme vous j'ai proposé le rattachement de Londres en tant que zone franche à la France et l' échanger conte le Nord Picardie avec Henin-Beaumont comme capitale régionale.
La serait votre place ...
Réponse de le 06/10/2016 à 15:55 :
Dépassé... mais suffisant pour le Brésil, Le Koweit, la Malaisie, l'Arabie Saoudite, le Mexique, l'Indonésie, la Tunisie, la Thaïlande, etc.

Je n'ai pas l'impression que le motif du refus soit basé sur un motif technique... ça semblerait plus d'origine politique, en particulier de politique intérieure : contredire le choix de la majorité précédente, favoriser l'industrie de certaines circonscriptions...
a écrit le 06/10/2016 à 8:42 :
Bof de toute façon les Polonais feraient mieux de demander leur rattachement aux Etats-Unis d'Amérique ce serait plus clair.

Bon de toute façon on le savait, faut il s'en fâcher pour autant ?

La France a accepté l'humiliation suprême du refus de livraison des BPC pour la Pologne, elle a remercié la France à la façon du plombier polonais qui finit un chantier en le laissant tout crado.

Il vaut mieux en rire surtout que le Président Français va aller se faire tancer et humilier en public dans 9 jours en Pologne.

A sa place je n'irai pas. les sous secrétaires ou les diplomates sont fait pour ça pas les présidents.
Réponse de le 06/10/2016 à 9:39 :
d un autre cote, avec les russes menacant a leurs portes, il faut comprendre que les polonais preferent etre protege par les USA que par la France. Ils ont cru en nous en 39 et ils ont bien vu ce que ca a donné

Quant aux BPC, vendre des armes a un pays qui ne fait pas mystere de son desir de marcher dans les traces de feu l URSS... Vou tenez vraiement a qu un jour des soldats francais meurent tues par des armes made in france ?
Réponse de le 06/10/2016 à 12:49 :
les Tcheques et Hongrois ont aussi vu en 55 l indifference de leur situation par rapport aux sovietiques. Je pense que la France devrait faire de meme pour l achat des fusils automatique a l allemagne, en imposant qu ils soient construit en France
a écrit le 06/10/2016 à 8:02 :
Si on n'avait pas cédé à la Pologne, la France aurait vendu les 2 premiers Mistral à la Russie, ainsi que les 2 qui étaient en option, et ensuite 2 autres à l'Egypte, soit 6 au total. Là on en a vendu 2 seulement. Mais François aime les femmes qui ont du caractère. Et il doit aussi apprécier les hommes du même tabac. Donc il est satisfait et il fera son voyage en Pologne. De toute façon, les 3 500 000 chômeurs français, tout le monde s'en fiche en France, non ? Bon évidemment, Airbus était allé trop loin dans les contreparties accordées à la Pologne. On souhaite à la Pologne qu'un autre constructeur lui en accorde autant...
a écrit le 06/10/2016 à 7:33 :
Après l'affaire d'Alstom, je crois que la France n'a pas de leçon à donner à personne en terme de protectionnisme et d'appel d'offre.
Réponse de le 06/10/2016 à 10:28 :
On n'a pas affaire à du protectionnisme ici puisque dans toutes les offres, il y avait 100% d'offset et même plus, et aucun des constructeurs en lice n'est polonais.

Là c'est du clientélisme régional, où le pouvoir favorise des usines situées dans leur circonscription d'électeur.

Un peu comme si Le Drian décrétait qu'il fallait rapatrier tous les sous-marins et le porte-avion à Brest plutôt qu'à Toulon.
Réponse de le 06/10/2016 à 17:36 :
l europe na qua fermer l usine d airbus en pologne de toute facon ils en ont rien en faire de nous a part tirer du fric

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :