Après la Grèce, la France s'offre à son tour une commande de Rafale

Florence Parly a annoncé vendredi matin la commande de 12 Rafale supplémentaires pour remplacer les appareils de l'armée de l'Air, qui vont être transférés à la Grèce. L'armée de l'air grecque s'est dotée de 18 Rafale, dont 12 d'occasion.
Michel Cabirol

3 mn

La fabrication de ces 12 avions neufs au dernier standard F3R représente une année de livraisons à la France et va occuper 7.000 employés au sein de sociétés comme Dassault, Safran et Thales et des 500 PME sous-traitantes.
La fabrication de ces 12 avions neufs au dernier standard F3R représente une année de livraisons à la France et va occuper 7.000 employés au sein de sociétés comme Dassault, Safran et Thales et des 500 PME sous-traitantes. (Crédits : Dassault Aviation)

C'est fait. Après la commande grecque lundi (18 Rafale, dont 12 d'occasion), celle de la France, qui était attendue rapidement. A l'occasion de sa visite de l'usine Dassault Aviation d'Argonay (Haute-Savoie), la ministre des Armées Florence Parly a annoncé sa décision de commander 12 avions Rafale supplémentaires pour équiper l'armée de l'air, qui va transférer six de ses appareils à l'armée de l'air grecque dès cet été, puis six autres en 2023. Le contrat a été signé par la ministre et le PDG de Dassault Aviation Eric Trappier. La Direction générale de l'armement (DGA) lancera dès février les premières commandes à Dassault Aviation, Safran et Thales, les trois grands industriels participant au programme Rafale, qui volera jusqu'en 2070.

"J'ai donc le grand plaisir aujourd'hui de vous annoncer la commande de 12 avions de combat Rafale pour la France, au profit de l'armée de l'air et de l'espace. Ils remplaceront ceux qui rejoindront la Grèce dès cet été, et permettront ains ià la France de disposer d'avions au dernier standard, le standard F3R", a révélé Florence Parly.

La fabrication de ces 12 avions neufs au dernier standard F3R représente une année de livraisons à la France et va occuper 7.000 employés au sein de sociétés comme Dassault, Safran et Thales et des 500 PME sous-traitantes impliqués dans la chaîne d'approvisionnement du programme Rafale, a précisé le ministère des Armées. "Une cadence d'un Rafale par mois, cela représente 7.000 emplois", a rappelé la ministre.

Une chaine en activité jusqu'en décembre 2025

Cette commande permettra à l'armée de l'Air de disposer d'ici à fin 2025, de 129 Rafale, conformément aux objectifs de la loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025. La livraison de ces 12 Rafale supplémentaires est attendue en 2025. Elle complètera celle des 28 avions déjà prévus par la LPM 2019-2025 d'être produits à partir de décembre 2022. C'est donc un mal pour un bien pour l'armée de l'air : "Le remplacement des avions et capteurs d'occasion achetés par la Grèce permettra à l'armée de l'Air et de l'Espace de disposer de matériels neufs aux derniers standards, donc au meilleur niveau capacitaire", a expliqué le ministère des Armées dans un communiqué publié vendredi.

Cette commande additionnelle permettra également de garantir le maintien en activité de la chaîne de production du Rafale jusqu'en décembre 2025 (171 Rafale prévus) et la pérennité de son écosystème industriel, fragilisé par la crise que traverse le secteur de l'aéronautique civile. Après, il est également programmé qu'une nouvelle tranche de 30 Rafale soit commandée en 2023. Elle doit être livrée d'ici à 2030. A cet horizon, l'armée de l'air aura 185 Rafale conformément à la cible de la LPM. La France et Dassault Aviation comptent également sur l'exportation du Rafale. Des prospects sérieux en Égypte, en Inde, en Indonésie et aux Émirats Arabes Unis ont été établis tandis que le Rafale est en course actuellement en Suisse et en Finlande dans le cadre d'appels d'offres internationaux. Enfin, Paris propose douze Rafale d'occasion à la Croatie dans le cadre d'un appel d'offres.

Michel Cabirol

3 mn