La Pologne achète des hélicoptères à Sikorsky sans passer par un appel d'offres

 |   |  454  mots
Sikorsky gagne un contrat en Pologne sans passer par un appel d'offres
Sikorsky gagne un contrat en Pologne sans passer par un appel d'offres (Crédits : Sikorsky)
La police polonaise a confirmé vouloir signer un contrat de gré à gré avec le constructeur américain Sikorsky. Elle compte annoncer la signature à la fin du mois de mai.

Pourquoi s'encombrer d'un appel d'offres long, exigeant et surtout incertain quand on a déjà un favori sous la main... C'est ce que va faire sans état d'âme la Pologne, pays membre de l'Union européenne, afin d'acquérir des Black Hawk S-70 de l'hélicoptériste américain Sikorsky pour sa police anti-terroriste en vue de remplacer deux vieux appareils russes (Mi-8). Du pain béni pour Sikorsky, avec qui la police polonaise a commencé à négocier le 11 avril dernier, selon le chef de la police polonaise, Jarosław Szymczyk. Des négociations supersoniques. La police polonaise devrait annoncer la signature du contrat à la fin du mois de mai après le feu vert du bureau du procureur général chargé de vérifier la légalité de la procédure.

"À la fin du mois de mai, la police polonaise compte signer un contrat pour l'achat de deux hélicoptères Black Hawk pour ses unités anti-terroristes", a indiqué mercredi au Parlement polonais le chef de la police, Jarosław Szymczyk, qui n'a pas donné le montant du contrat (achat, formation et support).

Mauvaise foi polonaise

Les deux hélicoptères devraient être livrés avant la fin de l'année, dont un bien avant, a précisé le chef de la police, qui souhaitait disposer d'un appareil pour du transport dans tout le pays et des évacuations rapides. Après l'analyse de nombreux hélicoptères, seul le Black Hawk S-70 a satisfait les six exigences de la police. "Nous avons décidé de l'acheter en mode source unique", a expliqué Jarosław Szymczyk. Mais, au sein d'Airbus Helicopters, on dément avoir été consulté lors d'un dialogue technique.

Interrogé par les députés de l'opposition, qui ont demandé si la plainte déposée par le constructeur de Marignane auprès de la justice polonaise provoquerait des retards sur la procédure d'achat, le chef de la police n'a pas su répondre, arguant que la Pologne n'a pas acheté d'hélicoptères pour la police depuis 1991. A compter de la signature du contrat, les concurrents, notamment Airbus Helicopters et Leonardo, ont dix jours pour faire appel de cette décision.

Nouvel appel d'offres en vue

En outre, la Pologne va en revanche relancer un nouvel appel d' offres pour l'achat de trois hélicoptères monomoteurs dont le précédent appel d' offres a été annulé. Il faut dire que seul Airbus Helicopters avait répondu. Selon le chef de la police, "aucun des fabricants n'aurait pu fournir des hélicoptères dans le temps imparti". Aussi, a-t-il précisé, "nous allons demander au ministère de lancer cet appel d' offres en 2019". A suivre...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/05/2018 à 10:42 :
La lecture de quelque commentaire laissé entendre un fort ressentiment sur les travailleur détaché , et surtout tous les polonais qui travail dans nos industries...
Mais Mr macron, beaux parleurs à été incapable de réduire l'afflux des travailleurs détache ou dè la migration économique qui pas leur action favorise le dopping sociale .... Notre pays a énormément de chômeurs , nous avons beaucoups d'enfants qui n'ons pas dès qualification porteuse en terme d'emploi...
Nous devons revoir la formation professionnelle, les formations scolaire, le fonctionnement de l'apprentissage dans les entreprises , et prendre des mesures radical pour proteger nos emploi et diminuer le dupping social qui est pratiqué dans notre pays...
Nous devons renvoyer tous cette migration économique qui viennent prendre nos emplois, taxer les employer des travailleurs détachés afin de les rendre moins attractifs , imposer un nombre d'apprentis avec un salaire correcte et aider ( au lieu de verser dès prestation chômages ) ...
Ensuites àu lieux d'aider l'agriculture (65% dè l'argent de l'Europe ) nous ferions mieux de favoriser nos entreprises, robotiser les chaines dè production pour diminuer les prix et être concurenciel , préparer l'avenir en donnant un savoir faire importànt àu génération future...
a écrit le 16/05/2018 à 19:54 :
Des négociations qui durent un mois et demi, un achat 5 mois avant la livraison, en aéronautique, cela pourrait passer pour une bonne gestion mais cela peut aussi être de l'imprévision.
En principe, un investissement s'organise longtemps à l'avance, pas six mois avant son utilisation. Il n'y aurait donc pas que chez nous que des choses étranges se déroulent.
Espérons pour les Américains que les Polonais réfléchiront au paiement avant la livraison. Des fois qu'en octobre, il découvrirait qu'ils n'auront les finances que dans un ou deux ans.
Réponse de le 17/05/2018 à 11:21 :
Des choses étranges se passent en effet en Pologne , mais pas celles que l'on croit . Hier le quotidien polonais Fakt se demandait ce que sont devenus les milliards prévus par le précédent gouvernement libéral pour l'achat d'hélicos ( 50 ) multifonctions Caracal à Airbus et l'achat de 30 hélicos d'attaque . Tous ces contrats et projets ont été annulés par l'ex-ministre Macierewicz aujourd'hui démis, sous pression américaine, selon Fakt . Pourquoi ces annulations , ou est passé l'argent , et quid de la suite ? Apparemment aucun projet , comme je l'ai déjà dit . Mais ne nous inquiétons pas pour les Américains : ils savent , eux , de même que l'OTAN , de quoi il retourne . Cela vaut le coup que la presse française s'intéresse de plus près à ce qui se passe ou s'est passé en Pologne .
a écrit le 15/05/2018 à 12:46 :
La réalité est que le gouvernement polonais actuel achèterait deux ( DEUX !) Black Hawk pour satisfaire son électorat en vue des élections municipales de novembre 2108 : les usines qui doivent les fabriquer se trouvent dans une région à ne pas perdre : CQFD! Pour l'essentiel ce gouvernement vient de renoncer officiellement ( OFFICIELLEMENT!)à toute modernisation de son armée et dit vouloir réparer le vieux matériel d'origine soviétique, ce qui parait inconcevable ! Le PiS renonce à toute modernisation ! Voilà la réalité ! Le gouvernement précédent avait prévu d'acheter des hélicos Caracal , le gouvernement actuel renonce à toute modernisation en dehors de quelques Patriot . C'est cela la réalité , le reste est du bavassage ! Il serait intéressant de connaître les motivations de ce pouvoir qui de fait affaiblit son armée .
a écrit le 11/05/2018 à 12:21 :
Travailleurs polonais à Airbus Saint-Nazaire : 22€/h TTC; mais c'est pas du dumping. Ceci dit ils sont très bons.
a écrit le 11/05/2018 à 12:18 :
Il faut toujours se méfier d'un futur acheteur capable d'avaler une Borschtsch !
a écrit le 11/05/2018 à 10:08 :
Je soutiens de plus en plus le Frexit: Une Union européenne qui nous impose des sangsues comme la Pologne, c'est du totalitarisme. Redéfinissons les règles de la la représentation et révoquons les octrois d'adhésion des pays de l'Europe de l'Est à l'EU. Les motivations du Brexit doivent servir de leçon.
a écrit le 10/05/2018 à 16:28 :
La Pologne n'est pas le seul pays européen qui ne passe pas par les appels d'offres, la France fait la même chose.
Elle n'a jamais passé par en appel d'offre pour acheter des trains pour la SNCF ou la RATP, c'est toujours Alstom ou Bombardier qui reçoivent les commandes.
Avant de critiquer les autres, il faut déjà balayer devant sa propre porte!!!
Réponse de le 10/05/2018 à 18:28 :
Quand on en sait pas plus que ça ! Il est bon de rappeler que la SNCF a récemment acheté des trains aux allemands Vossloh et Siemens, et auprès du CANADIEN Bombardier.
Réponse de le 10/05/2018 à 20:50 :
le France ne passe pas les appels d'offres pour la SNCF et/ou la RATP ces entreprises certes publiques les passent elles mêmes. concernant le matériel militaire c'est bien l’état donc la Pologne qui ne passe les d'appels d'offres et ce n'est pas la première fois.
l'UE devrait revendre la Pologne à la Russie.
a écrit le 10/05/2018 à 16:28 :
La Pologne n'est pas le seul pays européen qui ne passe pas par les appels d'offres, la France fait la même chose.
Elle n'a jamais passé par en appel d'offre pour acheter des trains pour la SNCF ou la RATP, c'est toujours Alstom ou Bombardier qui reçoivent les commandes.
Avant de critiquer les autres, il faut déjà balayer devant sa propre porte!!!
a écrit le 10/05/2018 à 11:30 :
Il faut les bouter hors d’Europe, c’est la deuxième fois les avions, les hélicoptères et aussi tous les crevés la fin à bas coûts qu’ils déploient en Europe
Réponse de le 10/05/2018 à 17:41 :
brillante analyse feliciatation
a écrit le 10/05/2018 à 9:29 :
L'Europe? mais de quelle Europe s'agit-il : l'Europe de l'est celle des oligarques, du sud, la puissante Europe du nord avec son euromark, la France est un cas à part. L'Europe n'existe plus depuis un certain temps mais aucune autorité ne veut parler de cette question qui officiellement n'existe pas, les autorités et la commission font comme si...et le liant de cette chose est constituée par la gestion de la montagne de dettes qui ne fait pas une politique. Profitons de la décision de Donald pour reconstruire à quelques uns ce que nous ne sauront jamais faire à 27 puisque nos amis Anglais ont jeté l'éponge. Pour mémoire, le racket des lois d'extraterritorialités US nous à déjà couté quelque 40 milliards (sympa entre copains). "Lorsqu'on a pas de politique ont se fait imposer celle des autre" Charles de Gaulle.
a écrit le 10/05/2018 à 9:11 :
La pologne n'est bonne qu'a réduire les conditions de travail des travailleurs d'autre pays, un joli prétexte pour les société de transport de ne pas augmenter les salaire voir les diminuer en laissant planer le spectre d'une concurrence polonaise ou roumaine pour essayé de nous faire avaler la pilule.
Cet décision militaire ne m'étonne pas la Pologne ne nous apprécie pas (inutile d'espérer les voir acheter européen il n'en voudront pas) et ne voit en l'UE que les aspect économique qui lui permettrais de doper sa croissance au détriment de celle des autre, mais c'est la faute de l'UE car il faut l'admettre la Pologne bien que très égoïste ne risque pas grand chose, elle à compris qu'elle était intouchable, et en profite bien en nous narguant de la sorte, signe que l'UE à été faite par dessus la jambe.
Réponse de le 15/05/2018 à 8:52 :
Hum ? Léopard 2 allemand, Patria finlandais, Casa C-295 espagnol, Glock 17 autrichien.

Certes le gvt polonais actuel fait beaucoup d'achat hors d'Europe mais il ne faut pas exagérer.
a écrit le 10/05/2018 à 8:38 :
J'attends la réaction de la Comission Européenne qui est si sourcilleuse avec les fameux appels d'offres pour certains pays et si conciliante avec d'autres....😎
a écrit le 09/05/2018 à 22:44 :
Si en Europe on est pas foutu de s'acheter entre nous nos armements...
Je parle d'armement mais pas uniquement...

Je pourrai aussi parler du remplaçant du FAMAS. On aurait très bien pu faire comme pour beaucoup de contrats signés par des entreprises français lors d'appel d'offres étranger : imposer le transfert de technologie, ce qui inclut notamment le construction sur place...

Peut-être que ça aurait coûté "directement" plus cher de monter le HK416 en France, mais surement qu'en déduisant les retombées indirectes la gain aurait été positif (des cotisations qui rentrent en France, la pérennisation d'emploi et des chômeurs en moins... Surtout une certaine indépendance...).

On a bien vendu aux russes la technologie de nos BPC, d'ailleurs, au final, vu qu'on les a remboursés, c'est comme si on leur avait donné la technologie...
Réponse de le 10/05/2018 à 14:53 :
Vendre notre technologie BPC aux russes !Vous n'y etes pas du tout !Les russes ont achetés ces bateaux dont ils n'avaient nul besoin rien que pour faire plaisir à Sarkozy representant un pays ami !Ces bateaux devraient etre livrés nu avec seulement la coque et les moteurs !Ou est la technologie dans tout cela alors que les russes ont deja fabriqués des portes helicopteres quand la France n'en avait pas !Quand on sait fabriquer des sous marins strategiques dernier cris vous pensez qu'on sait pas fabriquer des bateaux porte helicopteres qui ne sont rien d'autre que des cargots aménagés !Votre trés haute technologie est maintenant aux mains des egyptiens qui n'ont que faire de ces bateaux leur navire amiral n'était qu'une simple corvette !Surrement un cadeau déguisé de la France qui n'a pas réussi à la vendre à quiconque ......
a écrit le 09/05/2018 à 21:52 :
je ne comprend pas ce que fait la Pologne,Hongrie encore dans l'europe .
Quel erreur de les avoirs intégrés, ils ont deja oublié les milliards euros donnés par l'europe ?
Pourquoi aucun responsable politique ne met les point sur les i avec eux ? s'il aime pas de l’Europe ils peuvent la quitter
Réponse de le 10/05/2018 à 0:08 :
D,autres pays ont profité des largesses de Bruxelles certains ont même menti sur l'État de leurs finances même la France n'a rien a faire dans l'Europe elle est au bord de la faillite
Réponse de le 10/05/2018 à 8:36 :
Pan sur le bec comme dirait le canard Enchaîné, les soviétiques étaient alliés des allemands en 1939 et ont aussi participé à l'invasion de la Pologne.
Ceci étant dit, les Français et Anglais sont intervenus en déclarant la guerre à l'Allemagne. On connaît hélas le résultat. Mille excuses, je vais relire cette période du conflit.
a écrit le 09/05/2018 à 20:15 :
Le Sikorsky polonais ressemble au Dassault français. Halte au délire franco français.
a écrit le 09/05/2018 à 20:10 :
C'est un polonais qui a fondé turboméca : Józef Szydłowski
a écrit le 09/05/2018 à 19:41 :
Il faut virer tous les Polonais de notre France !!!!!!
Réponse de le 09/05/2018 à 20:40 :
Exact, il faut surtout ne plus donner de marchés privés et publics aux entreprises qui emploient des polonais ...

les polonais doivent rentrer dans leur pays ...
Réponse de le 10/05/2018 à 0:01 :
Alors virez tout les anciens mineurs ,ceux qui bossent etc... Et gardez les autres !
a écrit le 09/05/2018 à 19:27 :
La Pologne a tellement peur de la Russie , qu'elle préfère s'allier avec les USA qui pense-t-elle peut les protéger. A nous les travailleurs Polonais mais pas le business. Ce pays touche des fonds européens mais pour le reste, l'UE peut-aller se faire voir.
Réponse de le 10/05/2018 à 0:04 :
A juste titre d'ailleurs l'histoire en témoigne ,les Russes étaient a Varsovie en 1940 et les alliés étaient spectateurs de ça
Réponse de le 10/05/2018 à 8:27 :
Il faudrait que vous repreniez quelques cours 'histoire, les français et anglais ont déclaré la guerre à l'Allemagne qui venait d'envahir la Pologne afin de les aider à chasser Hitler. A l'époque, les Russes avec Staline étaient les alliés du Reich. Les Russes ont envahi la Pologne beaucoup plus tard , quant ils ont réussi à vaincre les nazis à Stalingrad. Ensuite vous avez eu Yalta et la particion de l'Europe en deux et 30 ans de guerre froide.
Réponse de le 10/05/2018 à 13:03 :
À BA: C'est à vous de reprendre des cours d'histoire.
En voici un: "L'invasion de la Pologne orientale par l'Armée rouge le 17 septembre, selon les termes d'un protocole secret du pacte germano-soviétique, assène un coup fatal au plan de défense polonais, qui perd alors sa viabilité stratégique. Confronté à une invasion sur deux fronts, le gouvernement polonais décrète alors que la tête de pont roumaine n'est plus tenable et ordonne l'évacuation d'urgence de toutes les troupes en Roumanie neutre. Le 6 octobre, après la victoire de la Wehrmacht à la bataille de Kock, les forces allemandes et soviétiques contrôlent tout le territoire polonais".
Source: Wikipédia.
Réponse de le 10/05/2018 à 13:05 :
À BA: C'est à vous de reprendre des cours d'histoire.
En voici un: "L'invasion de la Pologne orientale par l'Armée rouge le 17 septembre, selon les termes d'un protocole secret du pacte germano-soviétique, assène un coup fatal au plan de défense polonais, qui perd alors sa viabilité stratégique. Confronté à une invasion sur deux fronts, le gouvernement polonais décrète alors que la tête de pont roumaine n'est plus tenable et ordonne l'évacuation d'urgence de toutes les troupes en Roumanie neutre. Le 6 octobre, après la victoire de la Wehrmacht à la bataille de Kock, les forces allemandes et soviétiques contrôlent tout le territoire polonais".
Source: Wikipédia.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :