L'aviation peut-elle encore susciter des vocations ?

PARIS AIR FORUM. Le débat a enflé ces dernières années autour de l'empreinte environnementale du trafic aérien. Pas de quoi infléchir les candidatures en écoles d'ingénieurs même si de plus en plus d'étudiants en filière aéronautique sont animés par cette conscience de l'urgence climatique. Et l'essor de l'aviation décarbonée ne laisse pas indifférente la nouvelle génération. Morceaux choisis à l'occasion du Paris Air Forum.

6 mn

De plus en plus d'étudiants en filière aéronautique sont animés par une conscience environnementale.

"J'ai choisi de devenir pilote parce que les avions m'ont toujours fait rêver. Et puis, je crois énormément en la richesse qu'apportent les voyages. Mais depuis trois ans, je me pose pas mal de questions par rapport à l'impact environnemental du trafic aérien. Cela a créé une dichotomie entre mon envie de devenir pilote d'avion et l'envie de me tourner vers du tourisme plus écoresponsable, plus durable pour essayer de réduire mon empreinte", lance Morgane Maillet, venue témoigner au Paris Air Forum, organisé par La Tribune, en partenariat avec ADP. Le tiraillement exposé par cette étudiante à l'Enac (École nationale de l'aviation civile) à Toulouse est emblématique des questionnements de la nouvelle génération d'étudiants dans les filières aéronautiques.

De futurs ingénieurs qui s'interrogent sur l'empreinte de l'avion

Dans le sillage du mouvement flygskam (honte de prendre l'avion en suédois) initié par Greta Thunberg, le débat enfle autour de l'empreinte environnementale du trafic aérien. Et ce même si ce dernier n'est responsable que de 2 à 3% des émissions de CO2 dans le monde. Alors forcément, les jeunes engagés dans les filières aéronautiques s'interrogent.

"Plus de 700 étudiants de toutes les écoles aéronautiques de France ont signé une tribune publiée en mai 2020 pour dire que la technologie est insuffisante pour diminuer suffisamment les émissions de gaz à effet de serre de l'avion et son impact climatique. Non, on ne peut plus prendre l'avion une fois par an pour aller à l'autre bout du monde ou pour passer un week-end dans une capitale européenne", a lancé Nicolas Bourdeaud, élève à l'Isae-Supaéro à Toulouse qui se définit comme un activiste pro-climatique et par ailleurs membre de l'association La bascule.

Après un dernier voyage en avion début 2020, Nicolas Bourdeaud a décidé de ne plus prendre l'avion. Plus modérée, la future pilote Morgane Maillet a confié : "Personnellement, je continuerai à prendre l'avion. Pour aller à New York, la question ne se pose pas mais peut-être que je m'interrogerai sur le moyen de transport à choisir pour aller en Italie."

Né de parents contrôleurs aériens, Quentin Barascud a intégré l'Isae-Supaéro après avoir passé une partie de son enfance à regarder les avions voler à la tour de contrôle de Roissy. Pour lui, "on ne peut plus utiliser l'avion comme on a eu tendance à le faire ces dix dernières années, pour passer deux week-ends par mois dans des villes européennes, dans un ultra-consumérisme comme s'il y avait des listes de choses à aller voir vite, pour cocher des cases". "Je pense qu'il faut repenser le voyage, passer plus de temps et voyager moins souvent", a-t-il ajouté.

Pour autant, Quentin Barascud fait partie de ces jeunes très enthousiastes quand ils voient les ambitions affichées par Airbus en matière d'aviation décarbonée : "Je suis plutôt optimiste sur le fait qu'en 2035, nous aurons un avion à hydrogène. Je pense que d'ici là, nous serons capables de maîtriser les technologies. Prochainement, il y aura des tests sur des monocouloirs avec 100% de biocarburants."

Un optimisme partagé par Samuel Burguet, passé par le lycée Airbus avant d'intégrer les Mines d'Albi (Tarn) en alternance chez l'avionneur européen. "On fait le procès du secteur aéronautique, mais en effet, c'est un secteur qui est en constante progression. Un avion consomme environ 2,5 litres aux 100 par passager. L'avion à hydrogène constitue un premier pas. Même si, quand on dit zéro émission, c'est zéro émission à l'utilisation, pas à la fabrication. Pour autant, il ne faudrait pas que la cause écologiste devienne un argument marketing", a-t-il estimé.

Lire aussi 6 mn"L'avion à hydrogène prendra du temps", affirme le patron d'Airbus

"Les ingénieurs de demain sont des jeunes comme nous qui sont animés par cette conscience environnementale. Et je pense qu'ils mettront peut-être deux fois plus d'énergie dans des recherches pour trouver des solutions durables pour voyager", a résumé Morgane Maillet.

Pas de crise des vocations dans les écoles

Ce tournant forcé pour le secteur aérien est loin de créer une crise des vocations dans les écoles d'ingénieurs.

"Contrairement à ce que nous pouvions craindre, l'Isae-Supaero n'a pas eu de souci pour recruter des candidats. Paradoxalement, nous avons eu plus de candidats pour les recrutements internationaux. Ce qui passionne les jeunes c'est d'être confronté à des défis aussi passionnants. En un siècle, les ingénieurs ont inventé l'aviation. Ils vont travailler maintenant à la décarboner et ce défi est d'une ampleur et pour les jeunes c'est très excitant", a fait remarquer Olivier Lesbre, directeur général de l'Isae-Supaero.

Lire aussi 5 mnÀ Toulouse, l'aéronautique fait toujours rêver dans les écoles d'ingénieurs

Denis Mercier est lui président du conseil d'administration de l'École de l'air qui forme des officiers de l'Armée de l'air et de l'espace. Il remarque dans la même veine : "Ces dernières années, nous étions focalisés sur l'objectif de fabriquer plus d'avions et plus vite. Les évolutions actuelles vont réellement contribuer à changer le monde."

Les industriels confiants sur leur pouvoir d'attraction

Un constat partagé un peu plus tôt lors du Paris Air Forum par Patrick Ky, directeur exécutif de l'AESA, l'agence européenne de la sécurité aérienne. Ce dernier a souligné "le buzz suscité par les trois concepts d'avions à hydrogène d'Airbus", avant de livrer une anecdote personnelle. "J'ai deux fils en école d'ingénieurs et ils adorent ces projets. Avoir un avion vert fait rêver et cela va susciter beaucoup de vocations chez les jeunes", pense-t-il.

Même son de cloche du côté d'Olivier Andriès, le directeur général  de Safran. "L'aviation a été régulièrement attaquée. Le fait que nous nous engagions vers des avions à hydrogène, des moteurs moins énergivores, cela nous permet de dire : 'Venez chez nous, vous serez acteur de la décarbonation et non pas à l'extérieur, à critiquer".

Pour Guillaume Faury, le directeur général d'Airbus, l'enjeu n'est pas de "réenchanter l'aviation qui génère toujours de la fascination chez beaucoup de gens""Airbus est restée en 2020 l'entreprise préférée en sortie d'école d'ingénieurs", rappelle-t-il. Mais pour le patron de l'avionneur européen, "le fait de préparer l'aviation décarbonée permet de réconcilier deux impératifs : continuer de voler et respecter la planète".

6 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 26/06/2021 à 10:20
Signaler
Je ne pense pas que l'aviation soir responsable de tous nos maux pas plus que l'automobile .Par contre je pense qu'il serait possible d'éviter de transporter des fruits et légumes par avion ,produits dans l'hémisphère Sud et qui ne sont pas indispens...

à écrit le 24/06/2021 à 10:47
Signaler
Ce ne sont pas les écologistes qui nuisent au transport aérien ! Il était déjà mal en point en 2019, le covid l'a achevé en 2020. Les raisons ? Un modèle économique imbécile, le «bas-coût/bas-prix» (low-cost). Les prix des billets étant inférieurs au...

à écrit le 23/06/2021 à 18:03
Signaler
Avec des avions autonomes pilotés par des IA et des algorithmes, les humains qui rêvent de piloter n'auront plus qu'à se rabattre sur les modèles réduits, et encore, c'est même pas sûr. Fin d'un rêve universel et pluri-millénaire !! Fermer le ban.

à écrit le 23/06/2021 à 18:01
Signaler
Impact carbone de l'aviation mondiale <3%. Effectivement c'est la priorité. Le 97% restant, on en fait quoi? on s'en tape?

à écrit le 23/06/2021 à 17:11
Signaler
Voir le rapport du GIEC au-dessus "Il n'est cependant pas trop tard pour limiter cet emballement à venir, par la mise en place de mesures drastiques". Voila ,fin de l'avion

à écrit le 23/06/2021 à 12:25
Signaler
Si vous envisagez d'aller à New York ou Rio à la nage, peut-être que l'aviation n'a pas d'avenir!

à écrit le 23/06/2021 à 12:22
Signaler
secteur doit etre interdit aux ecolos y compris comme passager avec suppression des brevet de m hulot

à écrit le 23/06/2021 à 9:39
Signaler
Utiliser le mot "vocation" pour l'aviation a la même valeur qu'employé en maçonnerie!

à écrit le 23/06/2021 à 8:23
Signaler
Il est rafraîchissant de constater que les consciences ne sont pas toutes lobotomisees, que certains s'interrogent de l'impact de leur orientation professionnelle sur le climat, leur propre vie, la vie des gens à travers le Monde. Hélas, rien n'em...

à écrit le 23/06/2021 à 7:15
Signaler
Les jeunes ingénieurs feront ce que leurs patrons leur diront. Comme tout le monde. Au-delà du carburant, ils feraient tout aussi bien de s'interroger sur la taille de la flotte mondiale, le low cost, la démocratisation de l'aérien, etc etc ... en ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.