Fruits et légumes : initiatives syndicales et gouvernementales pour vendre moins chers

 |   |  326  mots
Fruits et légumes : initiatives syndicales et gouvernementales pour vendre moins chers
Quelque 17 tonnes de fruits et légumes seront vendus à prix coûtant jeudi à Paris. Le gouvernement entend favoriser aussi les ventes au déballage.

Une vente de 17 tonnes de fruits et légumes à prix coûtant sera organisée ce jeudi à Paris, sur la place de la Bastille, par le syndicat paysan communiste Modef, avec des producteurs du Sud-Ouest. Dès 8 heures le matin, salades, pommes de terre, tomates, melons, pommes, poires, brugnons ou prunes seront vendus à prix coûtant pour "protester contre les prix pratiqués dans la grande distribution et faire acte de solidarité entre producteurs et consommateurs", précise le communiqué annonçant l'opération.

De son côté, le gouvernement veut faciliter l'organisation d'opérations de vente au déballage afin de permettre d'écouler les stocks de fruits et légumes d'été dans un contexte de chute des cours, avaient indiqué mardi 13 août trois ministères dans un communiqué commun. "Les températures en dessous des normales saisonnières (...) en juillet et début août ont eu des conséquences négatives pour la production de fruits et légumes d'été (...) comme pour la consommation", indiquait le communiqué des ministères de l'Economie, de l'Agriculture et du secrétariat d'Etat au Commerce.

Inquiets de la chute des cours, les professionnels du secteur ont exprimé le souhait d'organiser des "ventes au déballage" (possibilité pour les distributeurs d'augmenter leurs surfaces de vente) les week-ends du 22-23 et 29-30 août, ainsi que les 5 et 6 septembre dans les "supermarchés et les hypermarchés, ainsi que sur les aires de stationnement de centres commerciaux". Ces opérations de vente au déballage sont d'ordinaires soumises à une autorisation des préfets délivrée dans un délai "mininum de trois mois".

Afin de "promouvoir" ces opérations, les ministres Christine Lagarde (Economie), Michel Barnier (Agriculture) et le secrétaire d'Etat au Commerce, Hervé Novelli, ont fait parvenir le 8 août une circulaire commune aux préfets les invitant à réduire le délai et leur demandant une "application bienveillante" de la réglementation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :