Swatch Group reste optimiste pour 2009

 |   |  326  mots
La direction veut croire en une amélioration de l'activité cette année. Mais les éléments d'une reprise tangible manquent.

Swatch a résolument choisi d'adopter une attitude contrariante. Alors que la majorité des acteurs du luxe, notamment du côté des horlogers, affichent la plus grande prudence pour 2009, son président Nick Hayek reste confiant. Devant un parterre de journalistes réunis dans la Cité du Temps situé en plein coeur de
Genève, ce dernier a, en marge de la présentation des résultats 2008, réaffirmé son intention de "faire mieux en 2009 que l'an passé". A condition que
l'évolution des taux de change, qui ont amputé de 233 millions de francs suisses sur un total de 5,97 milliards le chiffre d'affaires l'an passé, soit favorable.

Le dirigeant a évoqué une "reprise des commandes des revendeurs en mars" ayant pour conséquence positive de "diminuer leur stocks". Aucune précision
complémentaire n'a été apporté. Nick Hayek a seulement vanté les mérites de son modèle intégré qui permet un meilleur contrôle de tous les maillons de la
chaîne de production. Il pense également bénéficier de marques fortes et d'un positionnement sur tous les segments de gamme. Tout en précisant que "le bas et le milieu de gamme porte toute la base industrielle".

Le groupe vient à ce titre de lancer un nouveau type de mouvement mécanique destiné aux marques Tissot et Swatch. Le dirigeant semble accorder une importance toute particulière au maintien de ses investissemenjts de recherche et développement qui pourraient, selon lui, s'élever à 150 millions de francs suisses à l'issue de l'exercice.

Mais sur la base de ces seuls éléments, il est encore difficile de jauger la capacité de résistance de Swatch face à une consommation déprimée. D'ailleurs,
dans une note datée du 3 mars, les équipes de HSBC soulignait déjà cette incertitude. Les experts estiment, en l'occurrence, peu réalistes lesobjectifs de la direction. Ils pensent que dans le meilleur des cas les ventes devraient reculer de 12% cette année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :