Gad : Intermarché prévoit jusqu'à 300 suppressions d'emplois

 |   |  312  mots
C'est début août qu'en raison de problèmes de trésorerie, la direction de Gad avait fait part de son intention d'ouvrir une procédure de liquidation judiciaire.
C'est début août qu'en raison de problèmes de trésorerie, la direction de Gad avait fait part de son intention d'ouvrir une procédure de liquidation judiciaire. (Crédits : reuters.com)
Lors de son offre de reprise, la SVA Jean Rozé (groupe Intermarché) n'avait pas communiqué le nombre d'emplois qui seraient sauvés. Le groupe breton Gad compte 850 employés, dont 755 pour le seul abattoir de Josselin.

Entre 250 et 300 salariés sur les 850 du groupe breton spécialisé dans la viande de porc Gad SAS seront concernés par un plan de sauvegarde de l'emploi. Le chiffre exact sera déterminé en fonction des projets d'offre de reprise présentés lundi 29 septembre au matin en Comité central d'entreprise (CCE), a indiqué la direction du groupe.

Pour l'abattoir Gad de Josselin (Morbihan), qui fait l'objet d'une offre de reprise de la SVA Jean-Rozé (groupe Intermarché), 248 emplois sur 755 seraient supprimés.

Sur le site Gad de Lampaul-Guimiliau (Finistère), la Saria (entreprise d'équarrissage) a proposé de reprendre l'unité "graisse animale", et de conserver 11 emplois sur 13.

"Améliorer les propositions"

En revanche, aucune offre n'a été déposée concernant l'unité "Salé Fumé", qui emploie 58 personnes à Lampaul.

"On espère pouvoir discuter avec les deux repreneurs pour améliorer les propositions", avant la prochaine réunion du CCE, le 9 octobre, a commenté Annick Le Guevel, membre (CFDT) du Comité central d'entreprise de Gad, qui s'est tenu lundi matin à Rennes.

Pour les personnes qui seraient touchées par la restructuration, le groupe coopératif morbihannais CECAB, dont dépend Gad, propose "d'ores et déjà 155 postes de reclassement", soit 93 en Bretagne et 62 dans le reste de la France, selon le communiqué du groupe

Liquidation judiciaire

L'abattoir avait été placé en liquidation judiciaire le 11 septembre avec une poursuite d'activité de trois mois, laissant ainsi la possibilité au groupe Intermarché (seul repreneur connu à ce jour) de finaliser son offre.

Début août, en raison de problèmes de trésorerie, la direction de Gad avait fait part de son intention d'ouvrir une procédure de liquidation judiciaire.

Cette annonce avait plongé les salariés du site morbihannais dans le désarroi. Car Gad avait déjà supprimé près de 900 emplois en 2013, principalement dans le second abattoir de l'entreprise, à Lampaul-Guimiliau (Finistère).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/09/2014 à 19:40 :
faisons abstraction des problèmes humains, et aussi peut etre de la mauvaise gestion;; qui paye actuellement cette situation Un l'état...la TVA combien doit l'entreprise aux impots... les charges sociales..... combien à l'URSSAF et aux caisses...;la nouvelle taxe prof va arriver elle ne sera pas payé...Combien doit on aux fournisseurs... qui eux sont souvent les plus mal payés....EDF et autres....Hélas le sauvetage d'une entreprise en faillite se repercute sur tout le reste et surtout les contribuables;...monsieur Macron ne sait pas tout cela....mais il parle de permis de conduire voila ou en sont nos ministres...je me demande si Macron sait lire un bilan..
a écrit le 29/09/2014 à 18:10 :
Recyclez-vous les gars ! L'avenir, c'est le mouton !
Réponse de le 30/09/2014 à 6:23 :
Ah ! Je croyais que c'était le veau !
Réponse de le 30/09/2014 à 10:07 :
recyclez vous en créant votre petite entreprise à taille humaine!! faites du bio!!! du mouton bio, du veau bio ou du porc bio!!! et court-circuitez intermarché en vendant en direct parce que nous, on en a marre d'engraisser les porcs!!! on veut manger des aliments sains, ayant du goût!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :