Les députés suppriment finalement la "taxe Tampon"

 |   |  335  mots
Les députés changent d'avis. Après avoir d'abord voté contre la réduction de la TVA sur les produits d'hygiène féminine, ils ont finalement validé cette mesure réclamée entre autres par le collectif féministe Georgette Sand.
Les députés changent d'avis. Après avoir d'abord voté contre la réduction de la TVA sur les produits d'hygiène féminine, ils ont finalement validé cette mesure réclamée entre autres par le collectif féministe Georgette Sand. (Crédits : Reuters)
L'Assemblée nationale a voté ce vendredi en faveur de l'abaissement de la TVA sur les produits de protection hygiénique féminine, qui passera de 20% à 5,5%. En première lecture, ils avaient rejeté cet amendement.

Si la féminité a un prix, celui-ci devrait désormais être un peu moins cher. La TVA sur les produits d'hygiène féminine devrait être réduite, passant de 20% à 5,5% au même titre que tous les produits de "première nécessité". Ainsi en ont décidé les députés ce vendredi, en votant l'amendement au projet de loi de Finance 2016 présenté par la députée socialiste de la Vienne Catherine Coutelle.

Polémique et revirement

Ils reviennent ainsi sur une décision qui avait fait grand bruit en octobre, lorsqu'ils avaient rejeté cet abaissement de taxe. Le rapporteur du Budget, Christian Eckert, avait alors provoqué une bronca en jugeant que ces produits ne relevaient pas vraiment de la première "nécessité" et les avait rangé dans la même catégorie que les mousses à raser. Il a par ailleurs évalué le coût de la réduction de TVA pour les tampons, serviettes hygiéniques et coupes menstruelles à 55 millions d'euros.

Mais après un vote favorable du Sénat le 22 novembre, Bercy a fini par flancher. Le gouvernement a en effet indiqué le 10 décembre qu'il "respectera le choix du Parlement" à ce sujet.

La balle dans le camp des industriels

Mais la victoire n'est pas totale pour les féministes à l'origine de cette réforme. Le collectif Goergette Sand, qui dénonce les différences de prix selon le "genre" depuis plus d'un an était à l'origine d'une pétition sur le site Change.org, visant à supprimer ce que plusieurs collectifs féministes en Europe ont baptisé la "Taxe Tampon".

"Il faudra que les industriels et les distributeurs répercutent [cet abaissement de TVA] sur les prix des protections périodiques qu'ils sont les seuls à pouvoir fixer", indiquent-elle dans un texte diffusé ce vendredi à la suite de ce vote.

En cas de répercussion totale de l'abaissement de la TVA, le prix pourrait baisser d'environ 60 centimes par boite de tampon hygiénique, évalue la députée Catherine Coutelle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/12/2015 à 23:18 :
Une économie de 150€ sur une vie ...
Vous avez pas d'autres sujets plus préoccupant ?

Tant de discutions pour si peu ! Préoccupez vous de sujets plus graves ou alors vos vies ne valent vraiment que cette somme dérisoire .
Réponse de le 12/12/2015 à 14:13 :
Résumer cette campagne au seul gain économique par la réduction d’une surtaxe sur notre féminité montre que si ,nous avons levé le tabou des règles auprès et des responsables politiques , le grand public préfère le conservatisme et la croyance que les femmes doivent souffrir la gêne et la honte pendant leurs règles …Reconnaitre qu’ il n’y a rien de plus banal que le phénomène biologique des règles en désignant les protections hygiéniques comme un première nécessité et non plus un artifice contre la menace, nous permet alors choisir en toute liberté la meilleure manière de les vivre.. Ce tabou a un impact sur la vie des femmes à plusieurs titres : Car il ne faut pas prendre la fameuse "Tampon tax" simplement économiquement mais aussi socialement, le tabou des règles a un impact négatif sur les femmes qui vivent dans la peur que leurs règles ne se voient, ou pire, ne se sentent, comme le font croire les publicitaires. Les règles sont également le véhicule de toutes sortes de clichés machistes caricaturant des femmes irascibles en période de menstrues, ce qui n’est pas sans conséquences sur la représentation des femmes dans la vie publique- et enfin médicalement, les règles sont peu étudiées et les souffrances et pathologies associées trop souvent mal prises en charge. C’est donc un vrai problème de société mais abordé par un petit angle… Faire bouger les lignes réclame parfois des stratégies ciblée, le sexisme doit être délogé de partout où il se trouve et tout se rejoint dans le même sens de l’Egalité! (NB c’est 1500 euros et c’est une moyenne, le moins chanceuses avec la biologie et qui n’ont rien demandé peuvent dépenser bien plus)
Réponse de le 12/12/2015 à 14:45 :
C'est pire car le prix ne baissera pas pour les citoyennes...
a écrit le 11/12/2015 à 14:59 :
Les prix HT devraient être réajustés, en TTC ça ne baissera donc pas du tout, voire augmentera un petit peu (tout coûte cher, les matières premières, la recherche, etc).
A une époque, on avait la TVA 33,3% sur divers produits, heureusement que ça a disparu (bien que, ça faisait beaucoup d'argent à collecter, l'Etat en a besoin).
Réponse de le 11/12/2015 à 17:19 :
Pour que cet abaissement profite effectivement aux femmes, il faudra que les industriels et les distributeurs le répercutent sur les prix des protections périodiques qu’ils sont les seuls à pouvoir fixer. Ils ont tout intérêt à le faire pour soigner leur image auprès des consommatrices, mais pour s’en assurer Georgette prépare ses arrières et fera prochainement appel à toutes les femmes et les hommes pour veiller à l’évolution des prix. À bon entendeur…
Réponse de le 11/12/2015 à 17:32 :
Pour que cet abaissement profite effectivement aux femmes, il faudra que les industriels et les distributeurs le répercutent sur les prix des protections périodiques qu’ils sont les seuls à pouvoir fixer. Ils ont tout intérêt à le faire pour soigner leur image auprès des consommatrices, mais pour s’en assurer Georgette prépare ses arrières et fera prochainement appel à toutes les femmes et les hommes pour veiller à l’évolution des prix. Donc à tous les marketeurs : Contre une mauvaise pub sur les réseaux sociaux , le plus simple est de ne pas vouloir se mettre la différence de TVA dans la poche…
a écrit le 11/12/2015 à 13:32 :
On espère que les parlementaires n'ont pas eu d'arrières pensées vis à vis du tampon sur la carte électorale !!
a écrit le 11/12/2015 à 13:13 :
On s'abstiendra de discuter de la manière communautariste par laquelle cette mesure a été obtenue mais c'est une très bonne chose. En effet tout ce qui peut faire baisser la TVA, ignoble contrainte inutile, est un bienfait. On attend donc qu'un comité masculin exige loi "rasoir" qui impacte tous les hommes (et certaines femmes aussi) pour en faire baisser la taxe. Bien entendu est aussi souhaitable que d'autres se manifestent dans le même esprit de l'avantage au consommateur. D'ailleurs il serait bien que des comités de consommateurs s'érigent un peu partout. Il y aurait celui du contrôle des étiquettes, de la boulangerie fraîche, des produits à date limite à brader, des erreurs administratives, etc. Un mouvement pratique et populaire. Bien nécessaire.
Réponse de le 11/12/2015 à 14:28 :
Réponse en bon paternaliste...et qui reste très androcentré. comme si notre émancipation n'était qu'une vieille histoire.et que aujourd'hui ont aurait des privilèges??..Les femmes ne sont pas une « communauté » mais la moitié de l’humanité Nous ne parlons pas de propreté du corps et de son entretien personnel et variable qui concerne autant H que F D’ailleurs je pense que votre partenaire a aussi l’injonction se s’épiler pour vous satisfaire !!! Et même le minou pour faire comme dans les pornos !!! Il est question d’HYGIENE INTIME dont aucune n’échappe et qui a une influence sur la santé sexuelle ( Gynécologie)….C’est plus à rapprocher des préservatifs qui eux sont à 5.5%...Bien sûr, je vous ferais grâce de tous les subterfuges employés dans le monde par les femmes qui n’ont pas accès à ces protections et qui génèrent des troubles et des infections (éponges usées ou vieux papier journaux !!)….Et si vous approuvez sans hypocrisie cette mesure, n’oubliez pas l’impact symbolique que j’expose dans le post ci-dessous sur les mythes et tabous… C’est donc un choix de société et de la façon dont les femmes seront traitées ….Les vrais lobbies sont ceux qui ont réussi à imposer les billets de match de foot, la pizza et le coca-cola a 5.5%, j’aime bien tout cela mais il n’y pas « hystériques » derrière ces « nécessités de survie »…
a écrit le 11/12/2015 à 12:50 :
Plus la peine de se faire du mauvais sang
a écrit le 11/12/2015 à 12:31 :
Que ne ferait pas le PS pour obtenir des suffrages. La France est tombée bien bas vraiment :-)
Réponse de le 11/12/2015 à 13:17 :
Non Mossieur , c’est un problème de respect de TOUTES les femmes et de leur spécificité biologique qui fait aussi la vie….Et pour combler votre ignorance , c’est le sénat à majorité de droite qui a fait basculer la décision…Au-delà du gain financier relatif, c’est bien un problème d’Egalite et de la place des femmes dans la société. Considérer le tampon comme une première nécessité c’est aussi briser le tabou et les mythes qu’il véhicule constitue donc un enjeu majeur de la lutte pour les droits des femmes. Partout dans le monde, avoir ses règles rime avec infériorité, honte voire même exclusion Les règles participent ainsi d’un système de valeurs, basé sur l’opposition binaire entre le pur et l’impur, qui justifie les inégalités hommes-femmes. Les règles sont historiquement et traditionnellement perçues comme une honte… Ce côté tabou et honteux en fait une manne pour les entreprises qui vendent des protections hygiéniques, qui fonctionnent toujours sur le même discours. Les règles sont considérées comme « une affaire de bonnes femmes ». Les représentations négatives des règles ont des conséquences importantes sur les modes de vie des f Les représentations négatives des règles ont des conséquences importantes sur les modes de vie des filles et des femmes, leurs choix, leurs libertés, leur mobilité, leur confiance en elles. Filles et des femmes, leurs choix, leurs libertés, leur mobilité, leur confiance en elles. Cela a également un impact grave sur l’accès des femmes au pouvoir et aux responsabilités. Pour toute ces raisons ce n’est pas électoraliste mais bien une avancée sociale, dans laquelle la France rejoint les pays precurseurs
Réponse de le 11/12/2015 à 14:42 :
@Taranis: le tampon est un produit de confort et dans un but d'égalité, on devrait aussi baisser la TVA sur les aclools qui sont aussi un produit de réconfort chez beaucoup :-) Les produits de base indispensables ma chère Taranis sont la bouffe et le logement. Le reste, c'est chacun voit midi à porte. Tous pour un et tous pour moi, n'est-ce pas :-)
Réponse de le 11/12/2015 à 17:13 :
A partir d'aujourd'hui c'est un produit de première nécessité n'en déplaise a ceux qui voient la femme comme un "objet de confort" dont les orifices ne servent qu'a leur jouissance

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :