Scandale de la viande de cheval : un grossiste condamné à 2,5 ans de prison

 |   |  355  mots
Le scandale de la viande de cheval avait impliqué toute la filière en amont comme en aval, et à une échelle européenne.
Le scandale de la viande de cheval avait impliqué toute la filière en amont comme en aval, et à une échelle européenne. (Crédits : Reuters)
Le néerlandais Willy Stelten a été reconnu coupable de tromperie sur la marchandise, et faux-étiquetage. Il avait fourni plusieurs tonnes de viande à différents producteurs de produits surgelés en Europe.

Le grossiste néerlandais ayant vendu de la viande de cheval étiquetée "pur bœuf", au coeur d'un des plus gros scandales alimentaires d'Europe, a été condamné mardi à deux ans et demi de prison, a annoncé le tribunal de Bois-le-Duc (sud des Pays-Bas).

Willy Selten a été reconnu coupable d'avoir "en tant que directeur de deux sociétés, falsifié des factures, des étiquettes et des déclarations écrites ainsi que d'avoir utilisé de faux documents pour le commerce de la viande", a indiqué le tribunal dans un communiqué.

Cinq ans avait été requis

Le parquet avait requis cinq ans contre ce grossiste de 45 ans, qui affirmait que la viande de cheval s'était retrouvée par erreur dans d'autres lots de viande vendus aux Pays-Bas et en Europe.

Willy Selten avait été interpellé en mai 2013 et était soupçonné d'implication dans un des plus grands scandales alimentaires d'Europe, lors duquel des lots de viande avaient été rappelés des quatre coins du continent, de l'Irlande à la Grèce.

Sur les 167 échantillons pris en février 2013 dans ses lots de viande, 35 contenaient de l'ADN de cheval, a précisé le tribunal. "Tous ces produits ont été vendus en tant que pur bœuf".

"Le tribunal estime établi que ces sociétés ont, en 2011 et 2012, acheté et transformé au moins 336.000 kilos de viande de cheval", a affirmé la même source.

Des burgers et des lasagnes commercialisés sous un label trompeur

Le scandale de la viande de cheval avait éclaté en 2013 en Irlande et Grande-Bretagne, lorsqu'il a été découvert que des burgers surgelés fournis à plusieurs supermarchés, dont la chaîne Tesco, contenaient de l'ADN de cheval.

Des lasagnes du géant suédois de l'alimentation, Findus, étiquetées comme étant des lasagnes pur boeuf mais qui contenaient de la viande de cheval, avaient également été découvertes.

Des tests pratiqués par la suite dans l'Union européenne, dont les résultats ont été publiés par la Commission, ont décelé de la viande de cheval dans moins de 5% des produits censés ne contenir que du bœuf.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2015 à 10:19 :
A ce tarif là pourquoi se gêner ! Encore une fois j'ai honte pour la justice.
a écrit le 07/04/2015 à 19:16 :
2 ans de prison, cela veut dire qu'il est déjà libre compte tenu du temps passé en préventive. Il serait donc plus intéressant de savoir combine lui a rapport sa magouille ??
Réponse de le 07/04/2015 à 22:29 :
Les peines pour délits économiques sont actuellement en moyenne de 10% de ce qu'elles rapportent. Pour ça qu'il y en a encore autant. L'argent est roi, je vous le rappelle.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :