Viande de cheval : l'ex-Spanghero demande son redressement judiciaire et a trouvé deux candidats à la reprise

 |   |  222  mots
L'ancien rugbyman Laurent Spanghero avait repris en juillet 2013 l'entreprise qu'il avait lui-même créée en 1970. (Photo : Reuters)
L'ancien rugbyman Laurent Spanghero avait repris en juillet 2013 l'entreprise qu'il avait lui-même créée en 1970. (Photo : Reuters) (Crédits : Reuters)
L'entreprise de plats cuisinés souffre d'un gros manque de trésorerie, les banques refusant de financer son redressement un an après le scandale de la viande de cheval.

La Lauragaise, l'ex-société Spanghero au cœur du scandale de la viande de cheval de 2013, va demander son placement en redressement judiciaire afin de sauver l'entreprise et ses 100 emplois avec un repreneur, a annoncé mardi à l'AFP son patron Laurent Spanghero.

L'ancien rugbyman Laurent Spanghero, qui avait repris en juillet 2013 l'entreprise qu'il avait lui-même créée en 1970, a expliqué que celle-ci connaissait de grosses difficultés de trésorerie à cause du refus des banques d'accompagner le redressement de la société de plats cuisinés.

"Je vais demander au tribunal de commerce de Carcassonne l'ouverture d'une procédure de redressement judiciaire avec continuation de l'activité parce que j'ai du mal à convaincre la Banque publique d'investissement (BPI) et les autres banques qu'il faut qu'elles révisent leurs positions", a-t-il dit au téléphone.

Deux candidats français à la reprise 

Laurent Spanghero a indiqué avoir "trouvé deux candidats à la reprise, des Français, des partenaires solides, mais qui mettent des conditions pour un problème de crédit-bail", sans pour autant les nommer. 

La reprise de la société avait fait l'objet d'un financement par une opération de crédit-bail calculée à partir d'un chiffre d'affaires de 200 millions d'euros, a-t-il précisé.

"Mais aujourd'hui, on réalise un chiffre d'affaires bien inférieur et ce loyer est insupportable pour l'entreprise actuelle."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/05/2014 à 13:43 :
Le souci n'est pas cette société. Mais le fait de se faire prendre après avoir écoulé AUTANT de tonnes de cheval et de mouton anglais. Où sont les contrôles..??
a écrit le 27/05/2014 à 13:00 :
Après l'immense scandale, je me demande qui va encore acheter de la viande de la marque Spanghero.
Réponse de le 27/05/2014 à 15:33 :
Des reprenneurs hongrois et grecs pour y vendre de la viande chevaline en France, quoi !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :