Taxe américaine : les vins de Loire font le gros dos

 |  | 592 mots
Lecture 3 min.
Les Etats-Unis, premier marché à l’export des vins de Loire, leur ont fait perdre entre 50 et 100 millions d’euros en 2020.
Les Etats-Unis, premier marché à l’export des vins de Loire, leur ont fait perdre entre 50 et 100 millions d’euros en 2020. (Crédits : Reuters)
La taxe américaine de 25% sur les vins français, encore durcie en janvier, touche de plein fouet les appellations de la Loire dont les Etats-Unis constituent le premier marché à l’export. La filière viticole régionale reste prudente quant à un possible assouplissement de la part de la nouvelle administration en 2021.

Décidée en 2019 par Donald Trump en rétorsion aux subventions européennes vis-à-vis d'Airbus, la taxe de 25% appliquée sur le prix des vins hexagonaux entrant aux Etats-Unis a minoré d'environ 5% les recettes totales des adhérents d'Interloire l'année dernière (1,2 milliard d'euros en 2020). Lionel Gosseaume, président de l'organisation des vins du Val de Loire, qui regroupe quelque 3.000 opérateurs des 36 appellations d'origine contrôlées (AOC) du Pays Nantais, de l'Anjou, du Saumurois et de la Touraine, chiffre ainsi la perte en 2020 à une cinquantaine de millions d'euros. Avec un marché à l'export représentant 20% de la production de 2 millions d'hectolitres, dont un quart est réalisé aux Etats unis,...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/02/2021 à 14:30 :
Je m'inquiéterais moins pour les vignerons ligériens que Bordelais, Bourguignon et midi, les prix de base sont moins élevés, le type de vin a peu d'équivalents californiens comme les côteaux du Layon, du Loir, le Cabernet rosé, alors que entre rouges bordelais et californiens la différence est minime.
Dire que c'est nous Angevins qui sommes partis au 19 ème sciècle leur apprendre comment remplacer leur piquette par un nectar, ma famille elle c'était l'Argentine.
Nous ne sommes pas en Anjou un pays de vins rouges, le seul qui pour moi s'approche en rouge c'est le st Nicolas de Bourgueil, et c'est tout.
Parlez-moi d'un Jasnières liquoreux 2003 plutôt que du gros rouge qui tache même à 1000€.
a écrit le 16/02/2021 à 13:21 :
Ils devraient se mettre au sidi brahim... avec le changement de climat, dans tous les sens du terme...
a écrit le 16/02/2021 à 12:08 :
je connais des viticulteurs francais
ils sont loin d'etre a la rue
maintenant ils font comme tout le monde, ils viennent toucher leur cheque qu'ils ont droit ( acquis) avec tout ce bon pognon de la dette qui sera annulee sans consequence
a écrit le 16/02/2021 à 11:27 :
Il faut lire "Terres rares" de Jean Tuan chez C.L.C. Editions. L'auteur sous forme de fiction policière évoque comment de prestigieux domaines viticoles bordelais sont achetés par de riches chinois. Disponible en librairie et via les sites de vente sur internet. Lecture jubilatoire !
a écrit le 16/02/2021 à 10:47 :
50 millions d'euros sur 1.2 milliard ça va quand même, ça pourrait être pire signifiant que les clients sont toujours là, plutôt sympa non ? Parce que 25% ça fait une sacré hausse !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :