Une nouvelle étape pour la F1 qui révolutionne ses moteurs

 |   |  740  mots
(Crédits : reuters.com)
La saison de Formule 1 débute le 16 mars, en Australie. Les voitures sont équipées de nouveaux moteurs V6 turbo, hybrides

La saison de Formule 1, qui débute le 16 mars à Melbourne par le Grand Prix d'Australie, se présente comme un grand saut dans l'inconnu et surtout une bagarre intense entre trois interprétations, française, allemande et italienne, du règlement technique 2014.

Les nouveaux V6 turbo doublement hybrides, truffés de technologie, vont révolutionner la catégorie-reine du sport automobile. La F1 est désormais en phase avec son époque, celle du respect de l'environnement et des économies d'énergie. Elle redevient aussi un laboratoire pour les voitures de demain, comme quand le turbo Renault a fait sa première apparition, en 1977.

Systèmes de récupération d'énergie

Trois motoristes haut de gamme, Renault, Mercedes et Ferrari, ont répondu au défi lancé par la Fédération internationale de l'automobile (FIA): relancer l'intérêt de la F1, après quatre ans de monopole Red Bull, autour d'un moteur plus petit (1,6 l de cylindrée), turbocompressé et équipé de deux systèmes de récupération d'énergie, au freinage et à l'échappement.

C'est d'abord un challenge technique qui a dû être relevé par les ingénieurs des 11 écuries rescapées de la crise économique: concevoir et construire de nouvelles monoplaces capables de fonctionner aussi bien, voire mieux, et de rouler aussi vite, malgré des contraintes énormes: plus de risques de surchauffe, moins d'appui aérodynamique, moins d'énergie à consommer.

Comme si cela ne suffisait pas, le recours à des pilotes payants, prêts à compenser leur manque d'expérience par une valise remplie de dollars, a fait tache d'huile. La preuve, un Vénézuélien qui n'a marqué qu'un seul point en 2013, Pastor Maldonado, finissant 18e du championnat pilotes, a été promu en 2014 chez Lotus, l'une des quatre écuries de pointe.

Mercedes a la cote

Les essais hivernaux, à Jerez (Espagne) et Bahreïn, ont permis de roder les nouvelles monoplaces, affublées pour certaines d'un museau de fourmilier (Ferrari) ou de nasique (Toro Rosso), pour cause de nouvelle réglementation technique. Lotus a été plus créatif, avec un nez asymétrique, en forme de diapason, pour contourner la difficulté... et faire parler les curieux.

Le principal enseignement d'une longue avant-saison compliquée, frustrante, c'est que personne n'est vraiment prêt. Pas même l'écurie Mercedes-AMG, qui fait pourtant figure de favorite, vu le nombre de tours bouclés (975) et le niveau des chronos, souvent les meilleurs, réalisés par Lewis Hamilton et Nico Rosberg.

L'autre leçon provisoire, c'est que Red Bull va démarrer avec un handicap chiffré à deux mois, à la louche, par le très sérieux Dr Helmut Marko, conseiller spécial de Dietrich Mateschitz, le roi de la boisson énergétique propriétaire de l'écurie tenante du titre. Et que tout le talent de Sebastian Vettel, quadruple champion du monde en titre, ne suffira peut-être pas à éviter de grosses désillusions au printemps.

Une pensée pour Schumi

Si la F1 était une science exacte, ça se saurait. Quant à la révolution technologique en cours, avec son cortège de pannes prévisibles, elle devrait produire de jolies surprises (Williams ?), pour le plus grand plaisir de millions de fans lassés d'assister à leurs frais, sur des chaînes cryptées, payantes, à des courses devenues défilés promotionnels de la société Red Bull, experte en marketing.

Pour faire remonter les audiences, en baisse de 10% en 2013, il y aura encore 22 pilotes de haut vol dont un revenant très populaire dans son pays, le Japonais Kamui Kobayashi (Caterham), et trois débutants: le Suédois Marcus Ericsson, aussi chez Caterham, le Russe Daniil Kvyat (Toro Rosso) et le Danois Kevin Magnussen (McLaren).

Il y aura toujours quatre Allemands (Vettel, Rosberg, Hülkenberg, Sutil), mais plus que trois Britanniques (Hamilton, Button, Chilton) et trois Français (Grosjean, Vergne, Bianchi), car les places sont de plus en plus chères au pinacle du sport automobile. Et il y aura encore deux Finlandais (Räikkönen et Bottas) et deux Mexicains (Pérez et Gutiérrez), comme en 2013.

Tous auront forcément une pensée, à Melbourne, pour leur glorieux aîné, Michael Schumacher. Le septuple champion du monde allemand aimerait bien sortir du coma, à l'hôpital de Grenoble, pour assister au coup d'envoi de cette saison 2014 qui pourrait sourire à Mercedes. La marque pour laquelle "Schumi" avait commencé, en endurance, et terminé, en F1, son illustre carrière de pilote.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/03/2014 à 11:57 :
Economies d'énergie!! Quoi de plus économe en effet que de faire rouler des dizaines de voitures surpuissantes, moteurs hurlants, pendant des heures pour finalement les faire arriver... à leur point de départ.
Réponse de le 10/03/2014 à 13:11 :
@exocet. S'il n'y avait pas la F1, nous ne consommerions pas 2 fois moins de carburant qu'il y a dix/quinze ans sur l'ensemble des véhicules à moteur thermique.
Votre commentaire est donc bien le fruit de votre ignorance et de votre sectarisme.
Réponse de le 10/03/2014 à 16:32 :
@caprpatrick
c'est une plaisanterie, le moteurs de formule 1 n'ont jamais eu comme priorité de consommer moins puisqu'ils ravitaillent pour consommer plus.

Le rallye et les 24 heures du Mans, oui ces 2 types de compétition d'endurance font faire des progrès énormes à l'automobile.
Réponse de le 11/03/2014 à 0:46 :
@Trollwagen. En F1 il n'y a pas de ravitaillement depuis la saison 2010. En cette nouvelle saison 2014, la réglementation implique un poids carburant maximal de 100kg pour la course, essais compris. Soit 35% de carburant en moins que la saison 2013.
Par contre il me semble qu'en rallye et en endurance il y a des ravitaillements, et que technologiquement la F1 a toujours été en avance par rapport aux autres disciplines.
Ex: La F1 utilise depuis 10 ans des composants formés par impression 3D, ou tridimensionnelle.
a écrit le 10/03/2014 à 8:32 :
Cette histoire a l'air géniale : la F1 a trouvé un bon truc pour ranimer l'intérêt du public, et se repositionner comme l'endroit où on fait avancer la technique automobile, qui en a bien besoin. Bref : c'est vraiment un bon cirque, qui sait se renouveler. Moi, je dis : bravo! et zut à tous les blasés.
Réponse de le 10/03/2014 à 8:40 :
Il ne reste qu'une poignée de désoeuvrés pour regarder la Fnulle1 et pour croire à son utilité, les mêmes sans idée et mal organisés qui vont acheter leurs clous et leurs vis dans les supermarchés le dimanche...
Réponse de le 10/03/2014 à 9:29 :
@asimon Comme vous avez raison, la vraie raison d'être de la F1 c'est de concentrer une recherche de haut niveau, une vitrine technologique qui tôt ou tard, transpose partie de son boulot dans les autos de tous les jours. Après, ne pas se prendre le chou, si ça ne plait pas -ou plus et c'est un peu mon cas -, personne n'oblige tel ou tel à regarder/assister à un grand prix...!!
a écrit le 10/03/2014 à 7:46 :
Relancer la F1 avec des V6 fabriqués par 3 constructeurs ?
Dans le meilleur des cas c'est pure naïveté.
a écrit le 09/03/2014 à 14:40 :
" La F1 est désormais en phase avec son époque, celle du respect de l'environnement et des économies d'énergie"

j'ai arrété la lecture de cet article à la fin de cette phrase....
Réponse de le 10/03/2014 à 9:13 :
ça se voit
a écrit le 09/03/2014 à 9:13 :
Aucun intérêt pour la F1, les courses devraient se faire sur un circuit équipée de radars avec des lignes continues et des limitations de vitesse ce serait plus intéressant qu'actuellement. Dans un grand prix de F1 ce que je trouve de plus intéressant c'est de quitter la chaîne de canal + qui diffuse ce soporifique.
Réponse de le 09/03/2014 à 10:38 :
Nous sommes bien d'accord, nous zappions la F1 sur TF1 et sur Canal plus nous anticipons en refusant de payer un abonnement pour voir des couillonades
a écrit le 09/03/2014 à 0:44 :
Quelle nullité cet article ! Quand on connait un peu la F1 on perd totalement et définitivement confiance en son auteur et son journal
a écrit le 08/03/2014 à 19:21 :
@les meilleurs Ce n'est pas innocent si l'on n'y trouve pas une boite comme Volkswagen qui ne sait tjrs pas faire une BV auto double embrayage fiable pour ses automobiles de série, c'est d'ailleurs sans doute, une des raisons en plus de sa ..fiabilité détestable qui obère, à priori, tout espoir de succès...
a écrit le 08/03/2014 à 15:48 :
La Formule 1 n'a plus aucune utilité, des moteurs qui font quelques centaines de kms en tournant en rond sur des circuits aseptisés, cela n'a rien à voir avec l'automobile,

80 % des résultats sont dans l'aérodynamique, 15% dans le pilote, et 5% moteur boites.

Les vrais progrès viennent de l'endurance comme les 24heures du Mans et des rallyes qui eux roulent sur des vrais routes et chemins.
Réponse de le 08/03/2014 à 16:36 :
Votre commentaire est faux et mensonger.
Réponse de le 08/03/2014 à 18:13 :
Bof le sport automobile en général n'apporte rien aux moteurs de tout un chacun. Le développement des moteurs de course est totalement à part du développement des moteurs de grande série.
Après on peut aimer ou pas la formule 1 ou les 24h.
Réponse de le 08/03/2014 à 18:14 :
Vous avez raison quand j'essaie de regarder un grand prix je m'assure une bonne sieste. À plus qu'inutile il doit aimer jouer avec des voitures miniatures.
Réponse de le 08/03/2014 à 18:43 :
En effet, la Formule 1 c'est une gabegie d'argent gaspillée, seuls les dirigeants des participants se paient des trains de vie très luxueux masqués derrière un pseudo sport dans lequel les coups bas et les dés sont pipés d'avance...

On n'a pas oublié les affaires ténébreuses de Flavio Briatore avec Renault...
a écrit le 08/03/2014 à 14:03 :
Pour le moment et jusqu'à preuve du contraire c'est Renault qui archi-domine la F1 avec les 8 titres sur 8 raflés ces 4 dernières saisons(pilote et constructeur). Renault a le record absolu de pôle-positions, et les meilleurs statistiques au monde. Il est le seul motoriste a avoir fait gagner au moins un titre mondial à 4 écuries différentes. Alors on en reparlera à la fin de la saison...
Réponse de le 08/03/2014 à 18:18 :
Et alors je ne vois pas le rapport avec l'intérêt que l'on peut porter pour les grands prix qui en réalité sont des bols de soupe pour les sportifs en pantoufles buvant une bière bien tiède avec son paquet de chips.
Réponse de le 08/03/2014 à 18:32 :
Renault a précisément de gros problèmes dans le développement de ses V6 (la marque n'est pas seule à blâmer, les écuries clientes sont aussi responsables), ce qui va rendre la saison un peu pimentée.
Réponse de le 08/03/2014 à 18:40 :
Ce serait bien de commencer à faire de bonnes voitures pour monsieur tout le monde aussi...
Réponse de le 09/03/2014 à 9:17 :
@ corsaire : faire des quoi ...? Renault fabriquerait-it des voitures ? On m'aurait menti ....
a écrit le 08/03/2014 à 13:15 :
"Trois motoristes haut de gamme, Renault, Mercedes et Ferrari" chauvinisme quand tu nous tiens !
Réponse de le 08/03/2014 à 13:49 :
Chauvinisme ?? en quoi ?
Réponse de le 08/03/2014 à 18:19 :
Chauvinisme pour quelle écurie il faut choisir!
Réponse de le 10/03/2014 à 19:04 :
Chauvinisme !! Mais pourquoi ??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :