Renault se relance au Brésil avec la (Dacia) Sandero... en pleine Coupe du monde

 |   |  622  mots
la Renault Sandero II brésilienne
la Renault Sandero II brésilienne (Crédits : dr)
Renault commercialise ce mois-ci sa Sandero II au Brésil. Produite à Curitiba avec les Logan et 4x4 Duster, elle permet de relancer les ventes. Les immatriculations de Renault ont progressé de 11,5% au Brésil sur cinq mois. C'est le deuxième débouché de Renault derrière la France.

Elle est providentielle pour Renault cette gamme "Entry" de voitures à bas coûts! Les Dacia roumaines du constructeur français cartonnent en Europe, où elles compensent le déclin structurel de la marque tricolore elle-même. Et, en-dehors du Vieux continent, les Logan, Sandero, Duster, sont le fer de lance de l'expansion internationale de l'ex-Régie.

Renault commercialise ainsi ce mois-ci  - sous sa marque - les toutes nouvelles Sandero II au Brésil, produites à Curitiba, dans l'Etat du Parana. La version pseudo-baroudeuse "Stepway", arrivera, elle, fin 2014. Un vrai renouvellement de la gamme, puisque la Logan II avait été lancée au Brésil en fin d'année dernière. La Sandero II est un modèle clé, rentrant dans la catégorie fiscalement favroisée du "Carro popular" (moteurs de moins de 1.000 centimètres-cubes). La Sandero II est disponible avec un micro-moteur 1,0 et un 1,6, tous deux "Flex Fuel" c'est-à-dire pouvant fonctionner à l'essence ou à l'alcool.

Forte progression de Renault

Alors que, en pleine Coupe du monde de football, le marché automobile bréslien plonge,  les immatriculations de Renault croissent! Elles ont même progressé de 11,5% au Brésil sur cinq mois à 68.060 unités. Le marché total des voitures neuves fléchissait pour sa part de 8,3%, selon l'association des constructeurs Anfavea. Renault est, avec Ford (+2,9%), le seul des grands constructeurs industriellement présents dans le pays à gagner du terrain. PSA reculait quant à lui de 10% à 42.756 exemplaires sur cinq mois. Renault a même progressé de 20% sur le seul mois de mai. Avec une pénétration de 6,8%.

Renault reste certes loin des  quatre "grands" constructeurs historiques comme Fiat, Volkswagen, Chevrolet (GM) et, en retrait, Ford. Cinquième constructeur local, Renault demeure trois plus petit que le champion local, le groupe Fiat. Il n'empêche. Le Brésil est depuis 2011 le deuxième marché de Renault, après la France. Et c'est l'un des plus rentables, affirme le constructeur.

Hausse des capacités de production

Carlos Ghosn, PDG de Renault, a d'ailleurs annoncé en avril dernier  un nouveau plan d'investissements pour le Brésil sur la période 2014-2019 de 500 millions de réals (162 millions d'euros). Le plan précédent de 1,5 milliard de réals (485 millions d'euros) avait permis l''augmentation des capacités de production de 280.000 à 380.000 véhicules par an dans l'usine de Curitiba; le renouvellement de la gamme avec notamment l'introduction du fourgon Master; l'expansion du réseau de concessionnaires avec l'ouverture de 100 nouveaux points de vente au cours des trois dernières années. La firme tricolore en est à 275 aujourd'hui. Elle vise désormais une part de marché de 8% à l'horizon 2016.

Renault produit des véhicules à Curitiba depuis quinze ans. Après avoir longtemps stagné et perdu beaucoup d'argent, la firme au losange a percé avec sa gamme "Entry" (Sandero, Logan et 4x4 Duster) fabriquée sur place. Alors que Volkswagen avait misé dès les années 50 sur le Brésil, Renault avait fait le choix à l'époque de l'Argentine, où il a produit une succession de véhicules, depuis les Dauphine et R4.

Renault est même devenu un acteur majeur en Argentine dans les années 60 en reprenant le constructeur local IKA, qui fabriquait alors des Jeep et des modèles (Rambler, Torino) sous licence du constructeur aujourd'hui disparu American Motors. Renault fabrique encore à Cordoba des fourgonnettes Kangoo, la berline Fluence ainsi qu'une très vieille Clio II maintes fois restylée et qui sert d'entrée de gamme pour l'Amérique du sud. Comme pour PSA, le choix historique de l'Argentine a forcément handicapé Renault ensuite au Brésil. Le Brésil représente un marché de presque trois millions de véhicules (utilitaires légers compris) prévus cette année, contre 750.000 escomptés en Argentine.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/06/2014 à 20:42 :
Ghosn et Renault ont inventé les mouroirs pour les familles, les Da ciao la sécurité, des poubelles métalliques qui sont les plus mal notées au crash test.
Ceux qui veulent se débarrasser de leurs proches et faux amis peuvent ainsi les inviter à faire un dernier petit tour dans leur Da ciaio la sécurité.
Réponse de le 25/06/2014 à 21:53 :
Calomniez, il en restera toujours quelque chose !
Il n'y a pas de modérateur ici ? Le commentaire ci-dessus est limite, non ?
Réponse de le 26/06/2014 à 7:22 :
La sandero a obtenu la même note que la dernière BMW i3, soit 4 étoiles.
Ce n'est pas le top de la sécurité actuellement, mais ça reste correct pour une petite voiture, largement au dessus des voitures d'il y a 5-10 ans
Réponse de le 26/06/2014 à 7:39 :
La note obtenue pour la sandero fut celle de la baignoire sur roues. Effectivement vous la retournez et vous pouvez prendre votre bain facilement. Pour la route c'est une autre affaire.
Réponse de le 26/06/2014 à 9:41 :
Oui dans la catégorie tracteur.
a écrit le 25/06/2014 à 19:59 :
Ach, la belle foiture a la fransaisse. Schön und bonne qualitat . . . dommage qu'ils ne produisent pas de foitures avec une minimum de classe comme les British, fous safez, les Rolls Royce avec moteur BMW ou les Bentley de VW. Mais je suis méchant, le top du top est bien une fransaisse (de la frontière à l'est) ... la Bugatti ressuscité par Doktor Piech.
a écrit le 25/06/2014 à 15:15 :
Et c'est l'un des plus rentables, affirme le constructeur.

Tu m'etonnes vendre des Dacia au prix Renault... ca fait de la marge.

Ah les gros pigeons bresilien !
Réponse de le 25/06/2014 à 17:50 :
surtout les gros pigeons français qui paient une Skaudi au prix d'une Seatda
Réponse de le 25/06/2014 à 20:01 :
La boite DSG marche parfaitement sur les VW, Audi (maintenant aussi Lamborghini), contrairement au levier de vitesse d'une Dacia qui vous reste à la main, comme la manivelle pour ouvrir la vitre.
a écrit le 25/06/2014 à 15:09 :
A quoi sert parler encore de Dacia si chaque voiture porte le logo Renault et pas celui de la marque roumaine ? une telle chose en France serait vite appellée de "faire la main basse sur une marque" mais bon on aura toujours deux poids et deux mesures dans cette Europe à la veille de sa Troisième Guerre.
Réponse de le 25/06/2014 à 21:52 :
Les "Dacia" sont étudiées par Renault au Technocentre. Si les modèles Renault n'ont pas été renouvelés, c'était parce que les équipes travaillaient sur les modèles Dacia. L'utilisation d'une marque dépend ensuite de décisions commerciales.
Dacia existe toujours. C'est une filiale à presque 100% de Renault SAS, et elle possède l'usine roumaine et des services décentralisés de Renault SAS (Autre sujet de discussions !)
a écrit le 25/06/2014 à 14:43 :
On s'en contre fout de vos conneries, au moins Renault est une entreprise qui vend, un point c'est tout, et c'est tant mieux pour tous ses salariés. Une stratégie internationale qui paie. Si vous soulez débattre de la qualité, des vitesses, du look, allez sur un blog auto, ici on parle économie...au cas ou vous ne l'auriez remarqué
Réponse de le 25/06/2014 à 17:03 :
Vous ne devez certainement pas parler des salariés français.
Réponse de le 25/06/2014 à 20:28 :
Dans la conjoncture actuelle , il vaut 100 fois mieux que d'être salarié chez Renault plutôt que d'être salarié d'un sous traitant dans une PME en province auquel le salaire ne dépassera jamais les 1500 euros même avec 15 ans d'ancienneté.
Réponse de le 25/06/2014 à 21:57 :
Les Logan et Sandero sont étudiées par des salariés français au Technocentre. Les bénéfices des ventes de la marque "Dacia" sont comptés dans les ventes de Renault SAS. L'entreprise Dacia vend à Renault ce qu'elle fabrique, qui les vend en Europe et en Afrique du nord essentiellement (ou les vend elle même en Roumanie)
Au Brésil, l'entreprise roumaine Dacia n'intervient pas...
Réponse de le 26/06/2014 à 7:42 :
Pour les études sur leurs voitures ils ne doivent pas se prendre la tête.
Réponse de le 26/06/2014 à 10:49 :
Bien sur. Les salaries français sont fainéants, Les fonctionnaires encore plus. Dans les grosses boites on cherche à rien foutre. Dans les petites on ne travaille que pour sa gueule. Les syndicats empêchent les entreprises de travailler. Les patrons ne veulent que s'en mettre plein les poches. C'est tous des cons !
Et parfois, ca vous arrive d'essayer de réfléchir un peu ?
a écrit le 25/06/2014 à 14:23 :
Ça reste à prouver....La qualité allemande est un fait: VW, BMW et MERCEDES seront indétrônables!
Peugeot et Renault ont déçu beaucoup de français.Du moins pas tout de suite.
C'est honteux de fabriquer des voitures à l'étranger à bas coût pour ensuite les revendre en France au même prix que si elles ont été réalisées en France. C'est un scandale!!!
C'est du dumping, et c'est se moquer du monde! Alors quit à acheter étranger autant prendre quelque chose d'autre et de mieux fini!
Réponse de le 25/06/2014 à 17:49 :
la Gestapo a parlé.
Réponse de le 25/06/2014 à 19:25 :
La qualité allemande, j'ai beaucoup ri en lisant le petit troll, Audi 19 ème sur 20 à l'enquête fiabilité auto plus du 100114, j'ai beaucoup ri, j'ai beaucoup ri, j'ai beaucoup ri, j'ai...!!!
Réponse de le 25/06/2014 à 21:59 :
Les Sandero concernées dans l'article sont fabriquées au Brésil, par des ouvriers brésiliens, et achetées au Brésil par des brésiliens !
C'est clair et transparent ! Qu'est ce qui est scandaleux ???
Réponse de le 26/06/2014 à 7:46 :
Vous avez raison dans les favélas les brésiliens utilisent la sandero comme poulailler, les poules sont paraît il heureuses. En deuxième phase, ils y installent les cochons.
a écrit le 25/06/2014 à 13:53 :
avec les polof et les golfo, on s'y perd. La Sandero a un vrai style et une fiabilité à toute épreuve. Elle N°1 de la fiabilité selon l'enquête Autoplus de janvier. Les Allemandes sont les dernières avec une fiabilité critique dans certains cas.
Réponse de le 25/06/2014 à 17:01 :
Vous avez raison la sandero est pratique, la journée on roule dans une caisse à quatre roues et le soir on la renverse et on a une baignoire. Au Brésil elle sera parfaite dans les favéla, elle pourra également servir de barbecue.
Réponse de le 25/06/2014 à 19:28 :
Comme elle est pas chère, j'en achète 5, une pour moi, une pour ma femme, une pour mon père, une pour ma mère et deux pour mes enfants, tiens ça fait 6..., 6 voitures fiables pour le prix d'une Audi pas fiable, faut le faire !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :