Dyson fabriquera sa voiture électrique à Singapour et déçoit les pro-Brexit

 |   |  421  mots
James Dyson promet une conception radicale à la voiture électrique qu'il souhaite lancer en 2021 sur le marché.
James Dyson promet une conception radicale à la voiture électrique qu'il souhaite lancer en 2021 sur le marché. (Crédits : DR)
Le spécialiste britannique de l'électroménager a dévoilé un nouveau volet de sa stratégie de voiture électrique. Malgré la position pro-Brexit de son fondateur, James Dyson, l'entreprise a décidé de fabriquer sa voiture électrique à Singapour.

Deux entreprises, deux dirigeants, deux approches radicalement différentes. Lorsqu'Elon Musk lance une voiture électrique, il présente d'abord le modèle avant de réfléchir à son industrialisation. À l'inverse, John Dyson déroule d'abord sa stratégie de production avant de dévoiler, ne serait-ce qu'un concept car.

Dyson, le pro-Brexit, produira en Asie

Ce mardi 23 octobre, l'entreprise britannique connue pour avoir révolutionné l'électroménager avec ses aspirateurs sans sacs et plus récemment avec des sèches-cheveux, a présenté son projet d'usine de fabrication. Étrangement, Dyson a élu domicile à Singapour, lointaine cité-État de l'Asie du Sud-Est. D'autant plus étrange, que James Dyson était un fervent militant du Brexit.

"Notre présence et nos équipes actuelles à Singapour associées aux compétences avancées importantes de ce pays en matière de fabrication, en faisaient un favori", a indiqué Jim Rowan, Pdg du groupe "Singapour donne également accès à des marchés à forte croissance, de même qu'à une chaîne logistique très complète et à une main d'oeuvre hautement qualifiée", a-t-il poursuivi dans un mail adressé au personnel avant de le rendre public.

C'est en septembre 2017 que l'entreprise britannique a annoncé qu'elle travaillait depuis 2014 sur un projet de voiture électrique. L'été dernier, elle annonçait le rachat d'une ancienne base aérienne de l'armée de l'air pour y installer son équipe de recherche et développement.

Un projet "radical"

Le projet d'investissement de Dyson dans la voiture électrique a été estimé à 2,5 milliards d'euros, et James Dyson vise une commercialisation en 2021. On n'en sait pas beaucoup plus... C'est tout juste si l'inventeur britannique a concédé cet été quelques indices au magazine GQ. Il a indiqué que ce serait nécessairement une voiture haut de gamme, équipée de systèmes d'assistants de conduite. James Dyson a promis un "concept radical" sur le marché.

Pour lui, la voiture électrique est une fantastique fenêtre de tir pour pénétrer sur un marché verrouillé par les constructeurs historiques. C'est aussi l'occasion d'amortir ses efforts dans les batteries qui équipent ses produits électroménagers. D'autant que James Dyson veut miser sur la batterie solide, cette technologie de rupture qui promet de doubler l'autonomie des voitures électriques tout en réduisant drastiquement le temps de charge (on parle en minute et non plus en heures).

Dyson est connu pour sa capacité d'innovation, et jusqu'ici, il n'a jamais déçu son public. Les constructeurs automobiles regarderont la suite à la loupe, et Tesla, plus encore...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/10/2018 à 10:51 :
Les pays asiatiques ont une demande bien supérieure que les pays occidentaux!
a écrit le 24/10/2018 à 8:49 :
Si l’on suppose de la stratégie marketing, sur la base d’infos wiki et autres.
Singapour : ancienne colonie Britannique, quatrième place financière au monde, "l’un des dragons de l’Asie". Un PIB par habitant supérieur à celui de la France, grâce surtout à la finance. Un point d’entrée pour les marchés chinois et indien. Pour ceux qui ont raté les infos, les marchés potentiels pour les VE électriques sont là bas et non sur un marché européen jusque là un peu "poussiéreux", qui a tardé à se réveiller et risque de mettre des décennies à évoluer, puisque nous avons fait le plein de gasoil il y a peu.
Le marché chinois des VE représenterait cette année 1 Million des ventes, en croissance de 30%. Difficile de trouver mieux. (https://www.connaissancedesenergies.org/la-strategie-chinoise-pour-devenir-le-leader-de-la-mobilite-electrique-181002#notes).
Politiquement, cela coïnciderait avec ce qu’avait annoncé un analyste qui prédisait que la GB risquait de devenir le "Singapour de l’Europe" : https://www.tdg.ch/monde/devenir-singapour-europe/story/25993982. Au moins cela démontre qu’heureusement les britanniques n’en sont pas encore là. Il n’empêche que le marché est surtout en Asie et qu’il parait logique de produire sur place.
L’autre stratégie consisterait à s’allier à des groupes chinois, au risque de se faire aspirer toutes les innovations technologiques. Un choix à faire, mais c’est cher payé et sans garantie d’accès au marché Chinois, on en sait quelque chose et en plus c’est souvent le contraire qui se produit.
Il nous reste l’innovation, le savoir faire et l’image de marque.
Si en plus Dyson est performant en innovation, maitrise les technologies des turbines électriques et des batteries de stockage,… bonne chance de réussite.
a écrit le 24/10/2018 à 8:35 :
Avant quand ils fabriquaient en Europe, j’étais d’accord pour acheter leurs produit.Maintenant qu’ils ne fabriquent plus en France ou a minima en Europe je dit non.Pour Whirpool c’est pareil mais là ,c’est une entreprise qui fait des bénéfices mais délocalise tout de même!
a écrit le 24/10/2018 à 5:08 :
Comme disait mon oncle bricoleur, concevoir une voiture electrique a partir d'un aspirateur est tres simple. Dont acte. Dyson est un infame bricoleur.
a écrit le 23/10/2018 à 22:48 :
Dyson est bon en marketing mais ses aspirateurs sont largement dépassés par Bosch (voire également Electrolux etc) qui consomment moins, aspirent mieux font moins de bruit etc. Pour les véhicules il n'a rien de vraiment innovant. C'est beaucoup de bruit pour pas grand chose et çà coûtera cher.
a écrit le 23/10/2018 à 18:03 :
Je vais rapporter mon aspirateur chez carrefour
Ça sera mon hard Brexit à moi !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :