General Motors a plus que doublé ses bénéfices, tiré par l'Amérique du Nord

 |   |  350  mots
Le groupe dirigé par Mary Barra a inscrit des charges totales d'un montant de 1,1 milliard de dollars sans lesquelles ses profits auraient été encore plus importants.
Le groupe dirigé par Mary Barra a inscrit des charges totales d'un montant de 1,1 milliard de dollars sans lesquelles ses profits auraient été encore plus importants. (Crédits : © Rebecca Cook / Reuters)
Hors charges exceptionnelles, GM a réalisé un bénéfice de 2,9 milliards de dollars contre 1,4 milliard (58 cents par action) un an plus tôt. La branche nord-américaine du groupe a généré la quasi-totalité du bénéfice opérationnel.

General Motors a annoncé jeudi 23 juillet que son bénéfice net ajusté du deuxième trimestre avait plus que doublé, grâce à des marges élevés, portées par ses ventes soutenues de poids lourds en Amérique du Nord et une performance restée bonne en Chine.

Hors charges exceptionnelles, GM a réalisé un bénéfice de 2,9 milliards de dollars (2,64 milliards d'euros), soit 1,29 dollar par action, contre 1,4 milliard (58 cents par action) un an plus tôt et 1,08 dollar par action attendu par les analystes. Le bénéficie net du groupe a atteint 1,1 milliard de dollars, doit 67 cents par action, contre 200 millions, soit 11 cents, pour la même période de 2014 qui avait été affectée par une lourde charge liée au coût des rappels de voitures.

La branche nord-américaine du groupe a généré la quasi-totalité du bénéfice opérationnel, avec un profit multiplié par deux à 2,8 milliards de dollars et une marge de 10,5% qui, selon GM, est un record depuis sa sortie de la faillite en 2009. GM ajoute que sa coentreprise en Chine a également vu sa marge s'améliorer à 10,2% contre 10% il y a un an en dépit d'une demande morose sur le premier marché automobile mondial.

À Wall Street, le titre s'affichait en hausse de 4,4%, à 31,63 dollars, vers 16h15.

Plus d'un milliard de dollars de charges

Le groupe dirigé par Mary Barra a inscrit des charges totales d'un montant de 1,1 milliard de dollars sans lesquelles ses profits auraient été encore plus importants.

Il a passé une charge de 600 millions de dollars liée à la dévaluation du Bolivar venezuélien, une deuxième de 400 millions due à des dépréciations d'actifs en Thaïlande et une dernière de 100 millions attribuée aux indemnisations de victimes de l'affaire du commutateur d'allumage défectueux ayant causé 124 morts et 269 blessés, selon le décompte actualisé du groupe.

Dans l'ensemble, le chiffre d'affaires trimestriel a reculé de 3,7% à 38,2 milliards de dollars, en raison principalement des effets de change négatifs, explique GM. Les analystes attendaient 40,62 milliards de dollars.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :