Automobile : qui va sauver le français Novares ?

 |   |  864  mots
(Crédits : DR)
L'équipementier automobile français qui emploie 12.000 personnes dans le monde a été placé en redressement judiciaire, victime de la chute des commandes d'un secteur automobile durement frappé par la crise du coronavirus. Novares échoue de nouveau au tribunal de commerce huit ans après y avoir été une première fois déposé, malgré une mue réussie dans l'innovation et l'internationalisation.

C'était probablement l'une des plus belles success story de cette dernière décennie dans le secteur automobile français. L'entreprise spécialiste des pièces en plastique pour les moteurs, les tableaux de bord ou l'extérieur des voitures qui avait frôlé la faillite pendant la crise des subprimes était parvenue non seulement à renaître mais avait pris une nouvelle envergure et ambition au point de devenir un acteur industriel majeur en Europe et aux Etats-Unis à coup d'acquisitions tout en se repositionnant sa stratégie sur l'innovation.

115 millions d'euros avant fin mai

Mais la crise du coronavirus a totalement cassé cette dynamique, au point que Novares, lesté d'une dette considérable (400 millions d'euros), a été contraint de se mettre sous la protection du tribunal de commerce de Nanterre le 24 avril dernier. Les repreneurs ont jusqu'à ce mercredi pour déposer une offre. Le PDG, Pierre Boulet, a indiqué que Novares devait impérativement trouver 115 millions d'euros avant la fin mai pour assurer la trésorerie de l'entreprise.

Pour l'heure, les actionnaires (le fonds Equistone à 71% et BPI France à 15%) ont consenti à apporter 45 millions d'euros de prêts afin de pourvoir à une partie du cash immédiatement nécessaire. Une demande de prêt garanti par l'Etat est en cours auprès des banques pour compléter les 70 millions manquants. Les discussions se poursuivent mais les banques semblent exiger une recapitalisation de Novares afin de ne pas alourdir sa dette.

Pierre Boulet a rappelé que près de 40 usines sur 45 étaient fermées du fait de la crise du coronavirus qui a provoqué la fermeture de l'ensemble des usines automobiles européennes, américaines et chinoises. Soit autant de revenus en moins pour cette entreprise. Novares c'est 12.000 salariés dans le monde dans 22 pays, dont 1.350 en France.

L'ancien Mecaplast totalement transformé

C'est un sévère retour de bâton pour l'équipementier qui s'était déjà retrouvé au tribunal de commerce en 2012. A l'époque, l'entreprise qui s'appelait encore Mecaplast affrontait une grave crise de trésorerie, et consommait près de 200.000 euros par jours pour un chiffre d'affaires de 660 millions d'euros. Pierre Boulet arrive alors et décide de réorganiser une entreprise encore configurée autour de silos d'ingénieries totalement hermétiques et qui n'avaient pas su investir ni dans l'innovation, ni même dans l'appareil de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/05/2020 à 13:57 :
L'origine et la "part" françaises de Novares ne sont plus qu'un très très lointain souvenir. Qui s'en souvient encore ?
a écrit le 12/05/2020 à 11:45 :
Pour sauver l'industrie en general et des sous traitants vous devez premieremen vendre vos automobiles.Par exemple pourquoi en Wallonie ou en Suisse Romande la police utilise des voitures allemandes ou japonais.Vous les francais n'utilisez pas tout les marches possibles et grace a ca vous ne pouvez pas realiser facilement votre production industrielle.
Réponse de le 12/05/2020 à 13:55 :
Oh là oh là, mon ami, c'est un peu plus compliqué que cela. Et si nous parlions des distorsions de concurrence et de marchés au sein de l'UE avec la volonté de ne pas harmoniser la fiscalité et les travailleurs détachés, bulgares entre autres, esclaves volontaire et destructeurs d'emplois nationaux ?
a écrit le 12/05/2020 à 11:44 :
Il faut espérer que ce soit des fonds privés, les Français auraient augmenté leur bas de laine de 55 milliards pendant le confinement, alors un petit effort.
Pourquoi ne pas lancer un emprunt obligatoire et obligataire d'Etat , comme pour la sécheresse dans le passé?
a écrit le 12/05/2020 à 11:18 :
Pour sauver Novares, aux origines Monégasques, peut être que l'ultra riche Monaco peut faire un effort ...

Pour sauver l'industrie en général, il convient de taxer lourdement les importations venant de loin, d'asie, du maroc, de la turquie, de la tunisie ...de la pologne qui achète des armes à l'amérique ...

faudra bien aussi que les travailleurs "détachés" en France soient prélevés à la source de toutes charges sociales et de tous impôts sur le lieu de leur travail clandestin ou pas,
Réponse de le 12/05/2020 à 20:16 :
@ Evidence ;


112000 emplois dans le monde et 1200 en France...Pour moi ce n'est pas un pb Français . Aux autres pays de s'en préoccuper .
a écrit le 12/05/2020 à 9:31 :
Qui va sauver Novares ? Mais la reponse est dans la question.
L'etat est la pour pourvoir les entreprises les pieds dans le cambouis, les contribuables savent tres bien qui va payer l'ardoise.
Le secteur auto va mourir de ses exces, qu'importe, on continue de foncer dans le mur.
a écrit le 12/05/2020 à 9:29 :
Économie sous perfusion, que l'Etat soit obligé de l'alimenter abondamment avec l'argent public via ces primes à la casse, faussant encore une fois le marché de l'offre et de la demande, n'était déjà pas bon signe.

Et toujours aucun constructeur qui veut nous faire des véhicules légers, simples,consommant peu de carburant, solides et pas chers.
a écrit le 12/05/2020 à 9:21 :
@11 libre
Oui il faudrait ré-industrialiser en France, mais avec quelle demande de consommateurs en face? Avec quelles commandes? Cela va être très compliqué. Et en parallèle il faudrait rendre cette ré-industrialisation compétitive, c'est à dire la protéger de la concurrence déloyale des pays à très faible coût de main d'oeuvre... Sinon vous n'irez nulle part et vous sponsoriserez des entreprises zombies.
C'est une véritable stratégie européenne qu'il faut mettre en place si on veut sortir de cette dépendance. Mais je doute qu'on réussisse étant donné la qualité de nos élites.
a écrit le 12/05/2020 à 8:46 :
C'était un faux géant hissé sur des échasses de dette, combien y a-t-il de ces "réussites" en France ? Nous allons vers les 20 % de chômage vitesse grand V et le secteur automobile ne va pas tenir, avec ses modèles surdimensionnés trop chers et trop polluants par rapport à la demande. C'est facile de lancer des paillettes quand on lève des centaines de millions, mais ensuite il faut servir les intérêts...
a écrit le 12/05/2020 à 8:03 :
Il faut faire le max pour sauver les équipement ers automobiles français et rapatrié les équipements de fabrication electroniques. Trump veut relocaliser ses fabrication des processeurs et microprocesseurs. Notre dépendance à l'Asie est beaucoup trop importante. Oui cette, dépendance est signe d'une mondialisation totalement déséquilibrée et toujours en faveur de l'Asie (Chine). Intel, AMD et autres doivent penser et rétablir l'équilibre. Nous aussi nous savons faire des microprocesseurs et de l'electronique de grande qualité. La France doit réinstaller des usines 4.0 en France et en europe.
Réponse de le 12/05/2020 à 9:38 :
@ 11 libre.
Je ne voudrai pas doucher votre optimisme, mais avec la recession qui s'annonce, je ne vois pas qui va etre volontaire pour rapatrier en France.
Ce qui est dehors va le rester. Vos politiques depuis + de 30 annees ont vendus a tour de bras, il est trop tard, depuis les pays emergents vont mener la vie dure a l'Occident qui a oublie que la competence s'acquiert assez aisement.
Le monde d'hier est mort, le nouveau a venir va etre encore pire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :