Macron à Douai pour lancer une giga-usine de batterie électriques, 1.000 emplois à la clé

Emmanuel Macron annonce ce lundi la création d’une deuxième usine géante de batteries électriques, dans le Nord, qui fournira le groupe Renault. Le groupe sino-chinois Envision investi deux milliards d'euros dans ce site qui vient renforcer l'attractivité des Hauts-de-France.

3 mn

Cette future giga-usine est la seconde annoncée en France après celle de Stellantis et de TotalEnergies à Douvrin dans le Nord.
Cette future giga-usine est la seconde annoncée en France après celle de Stellantis et de TotalEnergies à Douvrin dans le Nord. (Crédits : ERIC GAILLARD)

Deux milliards d'euros d'investissement : c'est ce que le sino-chinois Envision, via sa filiale japonaise de batteries AESC, prévoit d'investir durant la décennie dans sa future usine de batteries électriques à Douai dans le Nord, selon Lei Zhang, le PDG du groupeUn symbole de l'attractivité française, selon Emmanuel Macron qui se rendra lui-même à Douai lundi matin, après le crash électoral de son parti aux élections régionales, pour annoncer officiellement l'implantation de cette usine.

Le projet, déjà présenté dans ses grandes lignes vendredi par le président de la région des Hauts-de-France Xavier Bertrand, se déroulera en deux phases : la construction du site entre 2022 et 2024 avec 1.000 emplois créés, près des usines Renault existantes dont les véhicules intégreront les batteries, puis une extension de la capacité de production à l'horizon 2030. "Nous avons obtenu que l'usine Envision s'implantera pour un site de production de 9 gigawatts", avait précisé Xavier Bertrand, qui a devancé l'annonce officielle du président.

Lire aussi 2 mnBatteries: pour sa giga-factory suédoise, Northvolt lève 2,3 milliards auprès de Volkswagen, Goldman Sachs...

Seconde giga-usine dans le Nord

Cette future giga-usine est la seconde annoncée en France après celle de Stellantis et de TotalEnergies à Douvrin dans le Nord.

"De par sa localisation au centre de l'Europe, le nord de la France a le potentiel de devenir un centre mondial de premier plan pour la production de batteries et également en raison du prix très compétitif" de l'énergie nucléaire, estime Lei Zhang.

L'Elysée a qualifié l'investissement d'"absolument majeur en France", et y voit l'une des annonces principales du sommet de grands patrons étrangers organisé lundi à Versailles, appelé "Choose France".

Lire aussi 6 mnAprès la déroute de LREM aux Régionales, Macron en opération séduction auprès des grands patrons étrangers

L'usine d'Envision AESC sera également la pièce maîtresse du pôle "ElectriCity" que Renault va lancer dans le Nord en 2022. Les batteries, ajoutées à l'assemblage de la Mégane et de la R5 électriques, doivent donner un nouveau souffle aux usines de Douai, Maubeuge et Ruitz, qui tournaient au ralenti.

Lire aussi 3 mnUne usine chinoise de batteries électriques pour Renault bientôt implantée à Douai

En parallèle, la marque au losange a également annoncé avoir signé un protocole d'accord en vue de devenir actionnaire à hauteur de "plus de 20%" de la startup grenobloise Verkor, qui cherche à implanter une troisième usine de batteries en France d'ici 2024. Déjà soutenue par Schneider Electric et CapGemini, Verkor vise une production de 40 à 50 GWh d'ici à 2030. Renault va travailler avec la startup sur le codéveloppement et la fabrication d'une batterie haute performance pour ses véhicules haut de gamme.

Les projets de Renault et d'Envision devraient recevoir au total environ 200 millions d'aides publiques, entre Etat et collectivités, selon l'Elysée, et entre 60 et 100 millions de fonds européens, selon le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand.

3 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 28/06/2021 à 18:14
Signaler
Petit rappel d'écologie politique française : les batteries ça ne fait pas de fumée, leurs usines non plus, donc ça ne pollue pas. Voilà l'alpha et l'omega de la pensée écologique.

à écrit le 28/06/2021 à 13:33
Signaler
Malheureusement l'emploi, dans une politique de l'offre, est une création de nature artificielle dont la contrepartie sera toujours le chômage pour tirer les salaires et les prix vers le bas!

à écrit le 28/06/2021 à 9:52
Signaler
très bien, mais que devient le français SAFT dans tout ça ???

le 28/06/2021 à 18:15
Signaler
Quand Total verra tout le fric qu'il faut en RD, il viendra Saft aux .... chinois. C'est quasiment écrit d'avance.

à écrit le 28/06/2021 à 9:39
Signaler
Le loup dans la bergerie … nos politiques de tous bords manquent de stratégie et ne font que du cours terme … une solution française ou européenne aurait dû émerger … des batteries chinoises quelle bonne idée : les chinois se s’installe peu à peu d...

le 28/06/2021 à 12:47
Signaler
personne n'a osé vous le dire, vous êtes ignare et stupide.Vous ne connaissez rien à rien et essayez de faire comme si. ..

à écrit le 28/06/2021 à 9:37
Signaler
Pourquoi les Chinois dans cette entreprise ? On ne sait plus faire sans eux? P...n, c'est donc plus grave qu'on pourrait le penser. Pour résumer, une entreprise 100% capitaux Chinois avec des subventions européennes. Plus Huawei qui investit en Franc...

à écrit le 28/06/2021 à 9:33
Signaler
Le loup dans la bergerie … nos politiques de tous bords manquent de stratégie et ne font dur du cours terme … une solution française ou européenne aurait dû émerger … des batteries chinoises quelle bonne idée : les chinois se s’installe en n’ignorio...

à écrit le 28/06/2021 à 9:30
Signaler
Quelle originalité... ça aussi ça ne le sert pas de donner l'impression de n'avoir qu'une seule corde à son arc en le criant bien haut et bien fort.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.