BTP : les grandes ambitions du franco-suisse LafargeHolcim

 |   |  438  mots
Eric Olsen, directeur général adjoint des opérations du français Lafarge, devient le premier directeur général à la tête de LafargeHolcim.
Eric Olsen, directeur général adjoint des opérations du français Lafarge, devient le premier directeur général à la tête de LafargeHolcim. (Crédits : Reuters Arnd Wiegmann)
LafargeHolcim, le spécialiste des matériaux de construction, issu de la fusion du français Lafarge et du suisse Holcim, a annoncé mercredi viser 1,4 milliard d'euros de synergies dans les trois ans.

Le nouveau géant des matériaux de construction LafargeHolcim, dont les actions sont cotées depuis le mardi 14 juillet à la Bourse de Paris (Euronext) et Zurich (Six Swiss Exchange), a confirmé mercredi son objectif de réaliser 1,4 milliard d'euros de synergies dans les trois ans. LafargeHolcim présentera le 29 juillet les résultats financiers de Lafarge et de Holcim séparément pour le premier semestre. Les premiers résultats combinés du nouveau groupe seront présentés lors des résultats du troisième trimestre 2015.

Issu de la fusion du cimentier français Lafarge et du suisse Holcim, le nouvel ensemble a fait cette annonce dans un communiqué à l'occasion de son "lancement officiel au niveau mondial" :

"Nous entrons dès à présent dans la prochaine étape de notre transformation qui doit nous permettre de devenir un leader dans tous les domaines - une entreprise soucieuse d'avoir un impact positif sur le monde et qui peut réellement faire la différence pour ses clients, ses employés, ses actionnaires et pour la société dans son ensemble", a assuré le nouveau PDG du groupe, Eric Olsen, dans le communiqué.

Quinze mois pour obtenir le feu vert de la fusion

Vendredi 10 juillet, soit quinze mois après l'annonce de leur fusion, le groupe helvétique a fait savoir que le mariage franco-suisse était officiel, par un communiqué.

"Suite au succès de l'Offre publique d'échange et à l'émission des nouvelles actions Holcim à destination des actionnaires de Lafarge, toutes les conditions nécessaires à la finalisation de la fusion ont été remplies", ont ainsi indiqué les deux groupes dans un communiqué.

La veille, le gendarme de la bourse française, l'AMF (Autorité des Marchés Financiers) avait souligné dans un avis que les conditions minimales requises dans le cadre de l'offre étaient satisfaites, puisque le groupe suisse était en mesure de détenir 87,46% des parts du cimentier français. Par ailleurs, l'offre publique d'échange visant les actions Lafarge est réouverte depuis le 15 juillet et ce jusqu'au 28 juillet inclus.

Le 8 mai, les actionnaires d'Holcim avaient déjà approuvé les résolutions relatives à la fusion lors d'une Assemblée générale extraordinaire.

Le géant du ciment pèse 27 milliards d'euros

Le mariage franco-suisse entre Lafarge et Holcim avait été révélé en avril 2014 avec l'ambition de créer un numéro un mondial du ciment, du béton et des granulats.

Cette fusion a donné naissance -après cessions pour éviter une situation de monopole sur le marché -à une entité de 27 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2014 et 115.000 salariés à travers le monde.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/07/2015 à 23:40 :
Vous êtes bien gentil, mais dans la réalité il serai plus honnête de préciser qu'il s'agit de : "l'entreprise suisse Lafarge-Holcim"

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :