Le Grand Paris teste une déchetterie fluviale entre la capitale et Gennevilliers

 |   |  457  mots
(Crédits : La Tribune)
Avec les acteurs publics et privés des 12è et 13è arrondissements de Paris, la Ville, Suez, la RATP, Voies Navigables de France (VNF) et Haropa-Ports de Paris expérimentent ce week-end du 6 et 7 juillet un centre de tri sous le pont de Tolbiac.

Une péniche de 500 mètres cubes amarrée sous le pont de Tolbiac depuis ce 5 juillet et jusqu'à dimanche soir pour préfigurer un modèle de déchetterie fluviale. A la frontière des 12e et 13e arrondissements, la ville de Paris souhaite en effet inciter les entreprises de ce quartier d'affaires (100.000 emplois, 700 PME-TPE et 60 grands groupes) ainsi que les habitants au tri des déchets et des encombrants.

"C'est l'équivalent de 4.000 poubelles et de 30 camions-bennes", souligne Antoinette Guhl, adjointe à la maire de Paris chargée de l'économie circulaire. La RATP, qui cofinance la démonstration avec la Ville et Voies Navigables de France, veut désormais se présenter désormais comme "une partenaire privilégiée des villes durables", et surtout "faire valoir [ses] atouts différenciants avant de perdre [son] monopole", explique la directrice de la stratégie, de l'innovation et du développement Marie-Claude Dupuis.

"100.000 camions évités par an"

Quant aux acteurs de la Seine, qui se sont inspirés d'un exemple de la métropole de Lyon sur la Saône, ils rêvent de devenir l'acteur de référence du transport de demain. "Cette initiative remarquable permet de redécouvrir la voie d'eau, pas seulement pour le transport de céréales ou des déchets de construction, mais aussi pour le quotidien et la logistique urbaine", soutient Dominique Ritz, directeur du bassin de la Seine de Voies Navigables de France (VNF).

Dans le même esprit, le directeur de l'agence Paris Seine de Haropa Ports de Paris Nicolas Mouyon vante le fleuve comme le moyen "d'éviter la circulation de 100.000 camions par an avec 22,1 millions de tonnes transportées en 2018, dont 4,8 millions de produits valorisables".

Un retour d'expérience lundi 8 juillet

A la fin du week-end, la capitale, Suez, la RATP, VNF et Haropa Ports de Paris, promettent de faire un retour d'expérience sur le bilan économique, le bilan carbone et l'acceptabilité par la population. Si les résultats sont concluants, Paris renforcera son plan sur l'économie circulaire, et quoiqu'il arrive, la péniche, fournie par Suez, acheminera mardi prochain les encombrants jusqu'à son centre de tri situé sur le port de Gennevilliers.

En réalité, le deuxième groupe mondial de gestion de l'eau et des déchets est déjà le grand gagnant de l'opération. A destination de la Ville de Paris et des communes de la métropole, Jean-Michel Kaleta, directeur services aux collectivités recyclage et valorisation, a rappelé que 97% des déchets transitaient actuellement par la route et qu'ils étaient responsables de 3% des émissions des gaz à effet de serre.  Autrement dit, si demain des territoires souhaitent développer ce mode d'évacuation, ils sauront qui contacter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/07/2019 à 5:06 :
Paris : plus belle ville du monde, ou ville poubelle du monde ?
a écrit le 06/07/2019 à 11:05 :
"100.000 camions évités par an"

Une excellente idée rien que pour ça, bravo.
a écrit le 06/07/2019 à 3:50 :
Ce modele d'enlevement de dechets existe dans bcp de grandes cites qui ont un fleuve navigable
A Paris, on se reveille. L'espagnole sent le sapin, sans doute ?.....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :