La RATP et Woodeum-WO2 veulent accélérer la construction en bois

 |   |  507  mots
Le projet de Woodeum porte de Brancion-Vanves lauréat du premier concours Inventons la métropole du Grand Paris.
Le projet de Woodeum porte de Brancion-Vanves lauréat du premier concours "Inventons la métropole du Grand Paris". (Crédits : Hardel Lebihan)
L'opérateur historique de transports vient de confier à la jeune PME l'étude de cinq sites dont le potentiel global représente 70.000 mètres carrés.

Le bois massif lamellé croisé contrecollé (CLT) stocke 460 kg de CO2 par mètre cube, alors que le béton en émet 470 kg. Ce matériau est en outre six fois plus léger que les matériaux traditionnels mais possède la même résistance mécanique. C'est sans doute pourquoi la RATP, premier opérateur de transports dans le monde, s'est rapprochée de Woodeum-W02, leader de la construction en CLT, pour lui confier des opérations immobilières.

"A l'heure où le secteur du bâtiment représente le principal contributeur aux émissions de gaz à effet de serre, il est essentiel que nous nous inscrivions dans une exemplarité environnementale", explique Jean-Louis Houpert, directeur valorisation immobilière, achats, logistique au groupe RATP. "Nos chantiers sont secs, sans eau donc sans poussière et peu bruyants car sans marteau-piqueur, sauf bien sûr pour les infrastructures qui restent en béton", souligne, pour sa part, Philippe Zivkovic, co-fondateur et co-président de Woodeum-WO2 avec Guillaume Poitrinal.

Surélévation et franchissement de sites

Concrètement, ce partenariat vise à aménager des sites RATP qui présentent des contraintes liées à l'outil industriel. "Il s'agit de surélévation et de franchissement d'installations type locaux techniques ou voies ferrées", avance le promoteur Philippe Zivkovic. L'opérateur de transports pense pouvoir valoriser une cinquantaine de sites, du centre bus à l'atelier de maintenance. "Nous en avons sélectionné cinq que Woodeum-WO2 sera chargé d'étudier en exclusivité. Si les faisabilités techniques et économiques sont avérées, nous pourrons décider d'aller plus loin", précise le transporteur Jean-Louis Houpert.

Si la RATP se lance dans des travaux suite à ces audits, elle réduira considérablement son empreinte carbone. Le potentiel est en effet de l'ordre de 70.000 mètres carrés nouvellement bâtis. "Nos panneaux découpés sur-mesure en usine sont numérotés, livrés et assemblés sur place. Ils nécessitent donc 6 à 8 fois moins de camions", assure ainsi Philippe Zivkovic de Woodeum-WO2. "Le recours au bois évite l'installation d'une usine en ville. C'est un chantier d'assemblage, plus rapide et plus propre. Pour des sites enclavés avec un accès difficile, cela présente un intérêt évident", renchérit Jean-Louis Houpert de la RATP.

"Que Woodeum-WO2 nous surprenne !"

"La RATP a été séduite par ce mode constructif innovant", estime le promoteur Philippe Zivkovic. "Woodeum-WO2 nous a convaincus par ses références, son agilité et son mode opératoire en milieu contraint. Nous attendons qu'ils nous surprennent", confirme Jean-Louis Houpert.

En définitive, ces deux entreprises partagent le même souhait : co-construire la ville de demain où la transition écologique sera la norme. "La RATP est un acteur actif de la ville intelligente et durable en inscrivant la transformation de ses sites industriels dans une logique d'insertion urbaine", souligne ainsi son cadre Jean-Louis Houpert. "Il est dans notre ADN et dans le leur de réduire les émissions de carbone dans les villes", insiste Philippe Zivkovic de Woodeum-WO2.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/01/2019 à 14:55 :
Où, comment raser les forêts, ces gens devraient faire un retour historique jusqu'au moyen âge. Et ce n'est pas en remplaçant les essences à pousse lente par des essences à pousse rapide qu'ils donneront le change.
Réponse de le 22/01/2019 à 20:03 :
Pourquoi raser ? Il ne faut pas que les volumes utiles dépassent ce qui peu pousser (comme pour les poissons, si on en pêche trop ça se raréfie faute de renouvellement).
Les maisons se fabriquent en chêne ?
Il faut du lent et du rapide, le lent pour dans 150 ans.
En Suède quand je vois une zone de forêt vide avec un tas de souches dans un coin, je pense "forêt Ikea". Parait qu'ils en reviennent un peu du tout raser comme on fait avec un champ de blé, à voir si ça ne porte pas préjudice d'une façon ou d'une autre. Juste pratique pour ne pas avoir d'entrave. Les petits plants 'bébé' vus dans des godets, sais pas dans combien d'années ils allaient devenir grands.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :